Cols blancs et chemises brunes

p.gifPrésidentielle 2017: le programme d’Emmanuel Macron

Challenges

On lui a reproché pendant un certain temps de ne pas avoir de programme. Emmanuel Macron a fini par le présenter sous forme de contrat avec la nation. Un contrat de droit, de devoirs et de responsabilités. Le fondateur d’En Marche! veut renouer avec « l’esprit de conquête pour bâtir une France nouvelle »

Emmanuel Macron: LOIC VENANCE / AFP © LOIC VENANCE / AFP LOIC VENANCE / AFP On lui a reproché pendant un certain temps de ne pas avoir de programme. Emmanuel Macron a fini par le présenter sous forme de contrat avec la nation. Un contrat de droit, de devoirs et de responsabilités. Le fondateur d’En Marche! veut renouer avec « l’esprit de conquête pour bâtir une France nouvelle ». Pour cela il a fixé 6 grands chantiers: l’éducation et la culture, la société du travail, la modernisation de l’économie, le renforcement de la sécurité, le renouveau démocratique, la défense des intérêts français à l’international.

Voici les principales propositions de son programme:

Economie et social

– Plan d’investissement de 50 milliards sur 5 ans

– Réduction de l’impôt sur les sociétés de 33,3% à 25%

– Transformation du CICE et allègements de charges pérennes

– Transformation de l’ISF en « Impôt sur la Fortune Immobilière

– Création d’un prélèvement unique sur les revenus du capital de l’ordre de 30%

– Exonération de la taxe d’habitation pour 80% des ménages

– Améliorer le pouvoir d’achat en réduisant les cotisations payées par les salariés, les indépendants et les fonctionnaires

– Exonération de cotisations sociales sur les heures supplémentaires

– Ouverture des droits à l’assurance chômage aux salariés qui démissionnent

– Suppression du régime social des indépendants (RSI)

– Réduction des cotisations sociales employeurs de 6 points en remplacement du CICE et jusqu’à 10 points au niveau du SMIC

-Création d’un bonus-malus sur l’assurance-chômage

– Création d’un Fonds pour pour l’industrie et l’innovation de 10 milliards

– Suppression des régimes spéciaux des retraites

– Lutte contre l’optimisation fiscale des grands groupes de l’internet

– Limitation à 1 an la durée de séjour d’un travailleur détaché

– Augmentation du minimum vieillesse de 100 euros par mois

– Création d’un versement social unique (regroupement des allocations sociales en un versement)

– Prise en charge à 100% des lunettes, prothèses auditives et dentaires en 5 ans

– Création d’un service sanitaire

– Plan de transition agricole de 5 milliards d’euros

Education

– Effort national sur la formation et l’apprentissage

– Limitation à 12 élèves par enseignants des classes de CP et CE1 en zone prioritaire

– 6 Renforcement de l’autonomie des universités

– Création d’un « Pass Culture » de 500 euros de dépenses culturelles

Environnement

– Rénovation d’un million de logements mal isolés en 5 ans

– Lutte contre les perturbateurs endocriniens et les pesticides

– Faire de la France le leader mondial de la recherche sur la transition environnementale

– Création d’une prime de 1.000 euros pour acheter un véhicule neuf ou d’occasion moins polluant

Sécurité

– Recrutement de 10.000 policiers et gendarmes supplémentaires

– Création d’une police de sécurité quotidienne

– Construction de 15.000 nouvelles places de prison

– Augmentation du budget de la défense (à 2% du PIB)

– Création d’un état-major permanent des opérations de sécurité intérieur, de renseignement et de lutte contre le terrorisme

– Création d’une force de 5.000 garde-frontières européens

Institutions

– Interdiction pour les parlementaires d’exercer des activités de conseil

– Interdiction de toute embauche par un élu ou un ministre d’un membre de sa famille

– Interdiction de cumuler plus de 3 mandats identiques successifs

– Suppression du régime spécial des retraites des parlementaires

– Réduction d’un tiers le nombre de députés et de sénateurs

– Respect de la parité pour les formations politiques

– Suppression d’un quart des départements

n3Le programme de Marine Le Pen pour la présidentielle 2017

Le Parisien

Le Parisien: Que propose Marine Le Pen (FN) pour l'élection des 23 avril et 7 mai prochains? © Photo LP/Matthieu de Martignac Que propose Marine Le Pen (FN) pour l’élection des 23 avril et 7 mai prochains? Programme. Economie, sécurité, société, international…Voici les propositions du programme de Marine Le Pen pour l’élection présidentielle 2017.

Le 23 avril, Marine Le Pen s’est qualifiée pour le second tour de la présidentielle. Le Parisien a compilé les principales propositions de la candidate en matière d’économie, de société, d’éducation, de sécurité, de terrorisme ou encore d’écologie.

La leader frontiste a dévoilé début février «144 engagements» pour la France, un projet teinté de patriotisme économique et de politique sécuritaire sans différences fondamentales avec son programme de 2012.

ECONOMIE

Fiscalité

– Pour une «juste contribution fiscale» : refus de toute hausse de la TVA et de la CSG, maintient de l’ISF
– Baisse de 10% de l’impôt sur le revenu sur les trois premières tranches
– Suppression du prélèvement à la source
– Autoriser chaque parent à transmettre sans taxation 100000 euros à chaque enfant tous les cinq ans (au lieu de quinze ans actuellement)
– Augmenter le plafond des donations sans taxation aux petits-enfants à 50000 euros, également tous les cinq ans
– Création d’une taxe sur l’activité réalisée en France par les grands groupes et les profits qui auraient été détournés
– Privation d’accès aux marchés publics pour les multinationales qui pratiquent l’évitement fiscal et refusent de régulariser leur situation
– Pour une «juste contribution fiscale» : refus de toute hausse de la TVA et de la CSG, maintient de l’ISF
– Création d’un bouclier social pour les indépendants en leur proposant le choix de s’affilier au régime général ou de conserver la spécificité de leur régime après une refonte totale du RSI qui fonctionnera sur la base de l’auto-déclaration trimestrielle des revenus

Travail

– Retrait de la loi Travail
– Revalorisation du travail manuel par l’établissement de filières professionnelles d’excellence (suppression progressive du collège unique, autorisation de l’apprentissage à partir de 14 ans)
– Création d’un dispositif «premier emploi» qui exonère totalement de charges la première embauche d’un jeune de moins de 21 ans par une entreprise et ce pour un délai maximum de deux ans
– Transfert aux établissements supérieurs d’enseignement général et professionnel la charge de trouver une offre de stage à chaque étudiant
– Instaurer une Prime de Pouvoir d’Achat (PPA) à destination des bas revenus et des petites retraites (pour les revenus jusqu’à 1500 euros par mois), financée par une Contribution Sociale sur les Importations de 3%
– Maintien des 35h mais priorité aux accords de branche pour permettre aux salariés de travailler 39h payées 39h
– Défiscalisation des heures supplémentaires et maintien de leur majoration
– Création d’un secrétariat d’État dédié aux mutations économiques rattaché au ministère des Finances afin d’anticiper les évolutions des formes de travail liées aux nouvelles technologies (ubérisation, robotisation, économie du partage…).
– Augmenter de 30% le budget public de la recherche et de l’innovation
– La Poste et la SNCF resteront des entreprises publiques
– Contrôle public du financement des syndicats
– Suppression de la directive «détachement des travailleurs
– Mise en place d’une taxe additionnelle sur l’embauche de salariés étrangers afin d’assurer la priorité nationale à l’emploi des Français
– Inscription dans la Constitution de la priorité nationale

Retraite

– Fixation de l’âge légal de la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisations pour percevoir une retraite pleine
– Défiscalisation de la majoration des pensions de retraite pour les parents de famille nombreuse
– Revalorisation du minimum vieillesse (ASPA) partout en France, le conditionner à la nationalité française ou à vingt ans de résidence en France, ce qui permettra également d’augmenter les très petites retraites
– Instaurer une Prime de Pouvoir d’Achat (PPA) à destination des bas revenus et des petites retraites (pour les revenus jusqu’à 1500 euros par mois), financée par une Contribution Sociale sur les Importations de 3%

Fonction publique

– Dégel et revalorisation du point d’indice pour les fonctionnaires. Préservation du statut de la fonction publique
– Élargissement et généralisation du troisième concours de la fonction publique et le réserver aux plus de 45 ans ayant au moins huit ans d’expérience dans le privé

Dette publique

– Réduction des dépenses de 60 milliards d’euros, qui seraient ramenés, après un mandat, aux alentours des 50% du PIB

Entreprises

– Réserve des commandes publiques aux entreprises françaises si l’écart de prix est raisonnable. Réserve d’une partie des commandes aux PME
– Renationalisation des sociétés d’autoroutes «pour rendre aux Français un patrimoine qu’ils ont financé et dont ils ont été spoliés»
– Respect des délais de paiement, pour l’État et les collectivités territoriales, en appliquant des pénalités réellement impératives et automatiques
– Réduction significative des charges sociales des TPE-PME (le CICE sera transformé en allègement de charges et entrera dans le dispositif)
– Maintien du dispositif à taux réduit à 15% de l’impôt sur les sociétés pour les TPE-PME et créer un taux intermédiaire à 24% (au lieu de 33%) pour les PME
– Création d’un dispositif «premier emploi» qui exonère totalement de charges la première embauche d’un jeune de moins de 21 ans par une entreprise et ce pour un délai maximum de deux ans
– Contrôle des investissements étrangers qui portent atteinte aux intérêts nationaux grâce à une Autorité de Sûreté Économique
– Réduction du nombre des obligations administratives liées au seuil social de 50 salariés et fusion des institutions représentatives du personnel entre 50 et 300 salariés (hors représentation syndicale) en une structure unique.
– Libération de l’accès au crédit pour les petites et très petites entreprises grâce à des taux préférentiels
– Division par deux du taux d’intérêt maximum (taux d’usure) pour les emprunts et les découverts bancaires (agios) pour les entreprises et les ménages
– Allègement administratif et fiscal sur les TPE-PME : guichet unique dédié, généralisation du «titre emploi service entreprise» aux TPE, remplacement du compte pénibilité, «inapplicable dans sa forme actuelle», par un nouveau dispositif reposant sur une évaluation personnalisée
– Réduction significative des charges sociales des TPE-PME (le CICE sera transformé en allègement de charges et entrera dans le dispositif)
– Maintien du dispositif à taux réduit à 15% de l’impôt sur les sociétés pour les TPE-PME et créer un taux intermédiaire à 24% (au lieu de 33%) pour les PME
– Contrôle des investissements étrangers qui portent atteinte aux intérêts nationaux grâce à une Autorité de Sûreté Économique
– Division par deux du taux d’intérêt maximum (taux d’usure) pour les emprunts et les découverts bancaires (agios) pour les entreprises et les ménages
– Création d’un dispositif «premier emploi» qui exonère totalement de charges la première embauche d’un jeune de moins de 21 ans par une entreprise et ce pour un délai maximum de deux ans

Commerce

– Interdiction d’importer et de vendre des produits provenant de l’étranger qui ne respectent pas les normes imposées aux producteurs français
– Soutien au «fabriqué en France». Etiquetage obligatoire, clair et loyal
– Instauration d’un «protectionnisme intelligent» : soutien des entreprises face à la concurrence internationale déloyale

Pouvoir d’achat

– Baisse immédiate de 5% les tarifs réglementés du gaz et de l’électricité
– Maintenir la liberté et la pluralité des moyens de paiement
– Sécurisation des dépôts et l’épargne des Français en abrogeant la directive européenne sur l’Union bancaire et la disposition de la loi Sapin II qui prévoient la ponction ou le gel de l’épargne bancaire et des contrats d’assurance-vie en cas de menace de crise bancaire
– Aggraver les sanctions contre les dirigeants d’entreprise coupables d’ententes ou d’agissements frauduleux qui ponctionnent une partie du pouvoir d’achat des consommateurs

Agriculture/Pêche

– Application du patriotisme économique aux produits agricoles français pour soutenir paysans et pêcheurs, notamment au travers de la commande publique
– Interdiction d’importer et de vendre des produits provenant de l’étranger qui ne respectent pas les normes imposées aux producteurs français
– Soutien au «fabriqué en France».
– Etiquetage obligatoire, clair et loyal
– Transformation de la Politique agricole commune (Pac) en Politique agricole française avec des critères de subventions fixés par la France
– Arrêt de l’explosion des normes administratives et encouragement à l’installation des jeunes agriculteurs, par le biais de défiscalisations durant les premières années

Infrastructures

– Soutien de l’effort d’investissement en infrastructures, en particulier dans la ruralité (très haut débit, couverture téléphonique, routes…)
– Renationalisation des sociétés d’autoroutes «pour rendre aux Français un patrimoine qu’ils ont financé et dont ils ont été spoliés»

SOCIETE

Egalité Hommes/Femmes

– Mettre en place un plan national pour l’égalité salariale femme/homme
– Lutter contre l’islamisme «qui fait reculer les libertés fondamentales» des femmes
– Rétablir la libre répartition du congé parental entre les deux parents.

Famille

– Hausse progressive du plafond du quotient familial
– Mise en place d’une politique nataliste réservée aux familles françaises, en rétablissant l’universalité des allocations familiales et en maintenant leur indexation sur le coût de la vie »
– Maintien de l’interdiction de la GPA et réserve de la PMA comme réponse médicale aux problèmes de stérilité.
– Création d’une union civile (PACS amélioré) qui viendra remplacer les dispositions de la loi Taubira, sans effet rétroactif »
– Rétablir la libre répartition du congé parental entre les deux parents
– Lancement d’un audit complet sur les structures d’accueil et de prise en charge des enfants

Education

– Revalorisation du travail manuel par l’établissement de filières professionnelles d’excellence (suppression progressive du collège unique, autorisation de l’apprentissage à partir de 14 ans)
– Enseignement de l’Histoire : promotion du «roman national» et refus des repentances de l’Etat «qui divisent»
– À l’école primaire, réserve de la moitié du temps d’enseignement au français, à l’écrit comme à l’oral. Suppression de l’enseignement des langues et cultures d’origine (ELCO) »
– Scolariser ses enfants selon ses choix, tout en contrôlant plus strictement la compaptibilité avec les valeurs de la République des enseignements dispensés dans les établissements privés hors-contrat
– Développement de l’alternance (contrat d’apprentissage, de professionnalisation) dans l’artisanat, le secteur public et privé
– Transfert aux établissements supérieurs d’enseignement général et professionnel la charge de trouver une offre de stage à chaque étudiant
– Instauration du port de l’uniforme à l’école
– Développement du mécénat populaire par la création d’une plate-forme numérique dédiée
– Lancement d’un grand plan national de création de filières (lycées, universités) des métiers d’art dans nos territoires et implanter un réseau de pépinières d’artistes sur tout le territoire. Restaurer une véritable éducation musicale généraliste dans les établissements scolaires

Santé

– Relever le numerus clausus d’accès aux études de santé pour éviter le recours massif aux médecins étrangers
– Lutte contre les déserts médicaux en instaurant un stage d’internat dans les zones concernées, en permettant aux médecins retraités d’y exercer avec des déductions de charges et en y développant les maisons de santé
– Maintien au maximum des hôpitaux de proximité et augmentation des effectifs de la fonction publique hospitalière
– Garantie de la Sécurité sociale pour tous les Français ainsi que le remboursement de l’ensemble des risques
– Création d’un cinquième risque de Sécurité sociale consacré à la dépendance afin de permettre à chaque Français de se soigner et de vivre dans la dignité
– Revalorisation de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH), plus de moyens aux Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH) et développement d’une prise en charge digne de l’autisme et des troubles du spectre autistique
– Accès facilité à l’emploi des personnes en situation de handicap
– Renforcement de la lutte contre toutes les discriminations liées aux handicaps et à la santé et étendre le droit à l’oubli aux majeurs en rémission d’affection de longue durée, avec un délai maximal de 5 ans
– Baisse du prix des médicaments coûteux, développement de la vente à l’unité des médicaments remboursables (en imposant aux laboratoires l’adaptation de leurs chaînes de production)

Religion

– Inscription dans la Constitution du principe: «La République ne reconnaît aucune communauté.
– Extention de la laïcité à l’ensemble de l’espace public et l’inscrire dans le Code du travail

Immigration

– Remise en cause des accords de Shengen et reprise des contrôles aux frontières
– Suppression de l’Aide Médicale d’État réservée aux clandestins, lutte contre la fraude avec la création d’une carte Vitale biométrique fusionnée avec le titre d’identité
– Suppression du regroupement familial
– Suppression, dans le droit français, de la possibilité de régulariser des clandestins. Obligation, pour les demandeurs d’asile, de déposer leur demande dans une ambassade de leur pays d’origine ou limitrophe
– Suppression du droit du sol. Suppression de la double-nationalité extra-européenne
– Limiter le nombre d’entrée légale sur le territoire français à 10.000 par an, contre environ 200.000 depuis une dizaine d’années
– Promotion de l’assimilation républicaine, principe plus exigeant que celui d’intégration

Logement

– Faciliter l’accès à la propriété en renforçant les dispositifs de prêts aidés et en améliorant les conditions de rachat par les locataires de leur logement social pour parvenir à 1% du parc HLM vendu chaque année.
– Réduction des droits de mutation de 10%
– Faire de l’isolation de l’habitat une priorité budgétaire du quinquennat
– Regroupement en un seul ministère l’aménagement du territoire, les transports et le logement
– Rationalisation des normes d’urbanisme et de construction afin de résorber les tensions sur le marché du logement. Mais veiller à la préservation de l’environnement et des espaces naturels protégés (littoral, montagne, etc.)

ENVIRONNEMENT

Souffrance animale

– Faire de la protection animale une priorité nationale. Défendre le bien-être des animaux en interdisant l’abattage sans étourdissement préalable et en remplaçant le plus possible les expérimentations animales.
– Refus du modèle des fermes-usines, du type «ferme des 1000 vaches»

OGM

– Application du principe de précaution en interdisant les OGM

Energie

– Modernisation et sécurisation de la filière nucléaire française
– Maintien du contrôle de l’État sur EDF
– Refus de la fermeture de la centrale de Fessenheim »
– Interdiction de l’exploitation du gaz de schiste.
– Développement des filières françaises des énergies renouvelables (solaire, biogaz, bois…)
– Soutien de la filière française de l’hydrogène (énergie propre)

Habitat

– Faire de l’isolation de l’habitat une priorité budgétaire du quinquennat
– Rationalisation des normes d’urbanisme et de construction afin de résorber les tensions sur le marché du logement. Mais veiller à la préservation de l’environnement et des espaces naturels protégés (littoral, montagne, etc.) »

POLICE – JUSTICE

Police

– Réarmement massif des forces de l’ordre
– Recrutement de 15 000 policiers et gendarmes
– Instauration la présomption de légitime défense pour les policiers
– Recentrer la police et la gendarmerie sur leur mission de sécurité publique en les libérant des tâches indues et administratives
– Rétablissement des services de renseignement de terrain pour lutter contre les trafics criminels
– Désarmement des banlieues concernées par les trafics, «reprise en main par l’Etat des zones de non-droits» : cibler les 5000 chefs de bandes délinquantes et criminelles identifiées par le ministère de l’Intérieur. Afin d’empêcher leur reconstitution, instaurer en complément de la peine pénale l’injonction civile d’éloignement

Armée

– Augmenter le budget de la défense à 2% du PIB dès la première année (inscrits dans la Constitution). 3% vers la fin du quinquennat
– Un second porte-avions baptisé «Richelieu»
– Recentrer la police et la gendarmerie sur leur mission de sécurité publique en les libérant des tâches indues et administratives
– Revalorisation des pensions des anciens combattants en réallouant les crédits disponibles
– Assurance d’une capacité de Défense autonome dans tous les domaines. Plus d’indépendance aussi grâce à l’industrie française
– Organiser une garde Nationale de 500 000 hommes et femmes sur l’ensemble du territoire, mobilisable rapidement
– Extention à la métropole du Service Militaire Adapté sur le modèle de celui en vigueur en Outre-mer. Rétablissement progressif d’un service militaire (minimum obligatoire 3 mois)
– Sortie de l’OTAN

Justice

– Le budget de la Justice sera revalorisé de 25% en cinq ans
– Augmentation du nombre de magistrat : 20 magistrats pour 100 000 habitants en 2017
– Supression de l’Ecole nationale de la magistrature
– Création de 40 000 places de prison supplémentaires sur cinq ans
– Attachement de l’administration pénitentiaire au ministère de l’Intérieur, renfort du renseignement pénitentiaire »
– «Tolérance zéro» : abrogation des lois pénales «laxistes» (ex. loi Taubira)
– Suppression des remises de peine automatiques
– Instauration de la réclusion criminelle à perpetuité réelle incompressible
– Suppression du versement des aides sociales aux parents de mineurs récidivistes en cas de carence éducative manifeste
– Expulsion automatique des criminels et des délinquants étrangers. Peines purgées dans le pays d’origine

Terrorisme

– Renforcer la lutte contre le cyber-djihadisme
– Renforcer les moyens humains et techniques des services de renseignement intérieurs et extérieurs
– Interdiction et dissolution des organismes de toute nature liés aux fondamentalistes islamistes
– Expulsion de tous les étrangers en lien avec le fondamentalisme islamiste
– Fermeture des mosquées extrémistes. Interdiction de financement public des lieux de culte et des activités culturelles
– Déchéance de nationalité française, expulsion et interdiction du territoire pour tout binational lié à une filière djihadiste
– Rétablissement de l’indignité nationale pour les individus coupables de crimes et délits liés au terrorisme islamiste »

INSTITUTIONS

Collectivités

– Suppression des régions : conserver trois niveaux d’administration au lieu de six actuellement, communes, départements, Etat

Symboles

– Pavoiser en permanence tous les bâtiments publics du drapeau français et en retirer le drapeau européen

Parlement

– Scrutin proportionnel à toutes les élections. A l’Assemblée, proportionnelle intégrale avec une prime majoritaire de 30% des sièges pour la liste arrivée en tête et un seuil de 5% des suffrages pour obtenir des élus.
– Abaisser le nombre de députés à 300 (contre 577) et le nombre de sénateurs à 200 (348 aujourd’hui). »

Constitution

– Élargir le champ d’application de l’article 11 de la Constitution, c’est à dire le recours au référendum.
– Créer un référendum d’initiative populaire sur proposition d’au moins 500 000 électeurs »
– Inscription dans la Constitution de la priorité nationale »

INTERNATIONAL

Europe

– Suppression de la directive «détachement des travailleurs». Mise en place d’une taxe additionnelle sur l’embauche de salariés étrangers afin d’assurer la priorité nationale à l’emploi des Français
– Retour à une monnaie nationale
– Instauration d’un «protectionnisme intelligent» : soutien des entreprises face à la concurrence internationale déloyale
– Refus des traités de libre-échange comme le Tafta ou le Ceta »
– Négociations avec partenaires européens et référendum en France pour un «projet européen respectueux de l’indépendance de la France et des souverainetés nationales». Autrement dit, sortie de l’UE
– Pavoiser en permanence tous les bâtiments publics du drapeau français et en retirer le drapeau européen

Diplomatie

– Sortie de l’OTAN
– Créer un grand ministère de l’Outre-mer et de la Mer afin de valoriser la dimension maritime de la France et développer un vaste plan stratégique d’investissement autour de l’économie de l’or bleu.

CULTURE 

– Réforme du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) avec la création de trois collèges: État, professionnels, société civile
– Création d’une carte professionnelle afin de préserver ce régime tout en opérant un meilleur contrôle des structures qui en abusent
– Suppression de Hadopi et ouverture du chantier de la licence globale

SPORT

– Création d’un «contrat sportif de haut niveau» d’une durée de trois ans renouvelable permettant aux sportifs amateurs représentant la Nation dans les compétitions internationales de vivre dignement et de se consacrer entièrement à leur discipline
– Soutient des petits clubs afin de permettre la présence d’un maximum de joueurs français dans les clubs professionnels et lutter contre la financiarisation du sport professionnel
– Renfort des actions contre la violence dans le sport amateur et respect strict de la laïcité et de la neutralité dans tous les clubs sportifs


Motivations de vote : ce que les Français avaient vraiment en tête en allant sélectionner le duel Macron Le Pen

Vote de conviction pour la sécurité, la lutte contre les inégalités, l’immigration, le terrorisme : les Français ont souvent choisi leur candidat pour les thèmes forts qu’ils portaient. Avec pour priorité un tiercé gagnant : travail, immigration et Europe.

Entre vote par défaut et adhésion réelle

Motivations de vote : ce que les Français avaient vraiment en tête en allant sélectionner le duel Macron Le Pen

Atlantico : Pour quelles raisons les Français se sont-ils déplacés pour voter dimanche ? Qu’est-ce qui dans les différents programmes présentés les a motivés à voter pour l’un plutôt que pour l’autre ?

Erwan Lestrohan : Quand on regarde les sujets qui ont compté dans le choix de vote des Français au premier tour, au-delà du fait que l’emploi et la lutte contre le chômage figure en première position (une dominante qui se vérifie dans les études d’opinion depuis quelques années), il est intéressant d’observer qu’en seconde position on a l’immigration (28%), puis l’Europe (24%) et la lutte contre le terrorisme. Cela place les questions de l’immigration et de l’Europe à un niveau très haut, au-dessus du pouvoir d’achat, de la sécurité ou de la lutte contre les inégalités – des thématiques qu’on aurait pu imaginer retrouver devant les questions européennes.

La place de l’Europe dans les préoccupations politiques des Français est donc élevée.

Si l’on regarde maintenant les thèmes qui ont compté dans les choix de vote d’Emmanuel Macron, l’emploi et la lutte contre le chômage arrivent en première position. C’est le seul candidat avec François Fillon pour lequel le thème de l’emploi est prioritaire dans le choix des électeurs. On avait pu observer dans nos dernières enquêtes d’opinion qu’Emmanuel Macron était le candidat auquel les Français rattachaient le plus la préoccupation de l’emploi. L’atout numéro un d’Emmanuel Macron est donc de donner des pistes de réflexion voire une vision d’avenir sur le marché de l’emploi et cela rentre bien en résonnance avec les préoccupations de son électorat. En seconde position vient l’Europe, ce qui montre que dans une élection où nombre de candidats s’étaient montrés eurosceptiques voire europhobes, la vision positive de l’Europe d’Emmanuel Macron semble lui avoir permis d’être le réceptacle et d’avoir du crédit auprès des europhiles français. Enfin, la troisième thématique est celle de la moralisation de la vie politique qui s’explique aussi par le besoin de renouvellement demandé par les Français qu’il prétend incarner.

Chez les électeurs de Marine Le Pen, on retrouve les préoccupations habituelles de l’électorat du Front National : l’immigration devant la lutte contre le terrorisme puis la sécurité et la lutte contre la délinquance. On retrouve ce tryptique FN qui caractérise cet électorat et qui explique sa spécificité : Marine Le Pen est souvent décriée ou raillée pour son programme économique qualifié d’utopique ou négatif, mais finalement on constate que l’électeur Front National accorde une place plutôt faible à l’économie.

Les électeurs de François Fillon, on s’est mobilisé pour l’emploi et la lutte contre le chômage. François Fillon s’était longtemps exprimé sur ce point, et s’est trouvé sur ce point assez proche des préoccupations de son électorat de référence. On peut penser à la question du temps de travail, à celle de l’âge de la retraite ou à celle des fonctionnaires. Les mesures étaient assez visibles sur ce plan-là, ce qui montre bien qu’avec Emmanuel Macron, il a fait figure de candidat de référence sur la question du travail pour son électorat. La réduction de la dette publique est le second objectif des électeurs ayant donné leur voix au candidat des Républicains. Il est le seul candidat des cinq premiers pour qui ce thème est considéré comme très prioritaire. Et cela montre que François Fillon et sa rigueur lui étaient créditée et apparaissait comme un élément différenciant pour son électorat. La troisième position revient à la lutte contre le terrorisme, un autre point sur lequel il s’était montré particulièrement réaliste et engagé.

Dans l’électorat de Jean-Luc Mélenchon, les préoccupations sont assez différentes. Tout d’abord la lutte contre les inégalités sociale arrive en première position. Cela montre bien qu’au-delà du vote de témoignage on a bien à faire à un vote d’adhésion aux valeurs de la gauche dans l’électorat de Jean-Luc Mélenchon. Ce thème devance assez largement le second thème qui concerne l’emploi et la lutte contre le chômage. Un thème sur lequel Jean-Luc Mélenchon s’est aussi prononcé avec de nombreuses mesures marquées à gauche.

Enfin en troisième position, la protection de l’environnement, thème qui est assez nouveau pour Jean-Luc Mélenchon, qu’il a de nombreuses fois mis en avant lors de sa campagne. Ce dernier point montre aussi bien la largeur de son positionnement à gauche.

Enfin pour Benoit Hamon, on retrouve la lutte contre les inégalités sociales, mais suivie cette fois-ci immédiatement par la question de la protection de l’environnement et enfin l’emploi et la lutte contre le chômage. Cela montre que cette dernière thématique a moins été déterminante pour son électorat, un peu à l’image de son programme et de ses prises de paroles sur le monde du travail qui ne devait pas s’absoudre de la réalité des questions d’inégalités sociales.

Quelle stratégie a primé lors de ce premier tour dans le choix de vote pour tel ou tel candidat ?

Nous créons l’impensable pour que vous réalisiez l’impossible #DoWhatYouCant

Dans une grande mesure, on peut parler de vote d’adhésion pour la plupart des candidats, pour une raison assez importante, d’abord parce qu’il y a plusieurs candidats qui ont été désigné par des primaires et donc ont mis en avant des candidats qui portaient la radicalité du parti qui les investissaient (Fillon pour les Républicains et Benoit Hamon pour les Socialistes). Jean-Luc Mélenchon s’est aussi placée sur une offre de gauche (moins radicale qu’elle n’a pu être mais tout de même marquée à gauche), quand Marine Le Pen s’est appuyée sur des valeurs à la droite des Républicains et a donc occupé un espace politique particulièrement radical sur certaines questions. Étant donnée l’offre électorale marquée de ces quatre candidats, il n’est pas étonnant d’identifier que les raisons prioritaires du choix de ces candidats ont été leurs propositions politiques. Pour leurs électeurs, il ne s’agit pas de stratégie mais plutôt de la conviction.

Un candidat atypique dans ces cinq premiers candidats est Emmanuel Macron pour qui la question des propositions politiques ressort au même niveau que la question du choix par défaut. Il est pour nombre de ses électeurs « le moins pire de tous », ce qui explique bien le positionnement de ces électeurs qui ont vu en lui un réceptacle des déçus : en se situant sur un centre qui a été grossi par la libération d’espace au centre-gauche du fait de la radicalisation de Benoît Hamon et au centre-droit dû au ralliement de François Bayrou et à la radicalité de François Fillon, Emmanuel Macron a su ramener à lui tous ces électeurs. Cela le place en position de choix par défaut dans la moitié des cas.

Si on devait tirer quelques leçons de ces motivations et stratégie adoptées par les Français au premier tour de l’élection présidentielle ?

On peut tout d’abord faire une hypothèse que la position d’Emmanuel Macron sur le front de l’emploi a généré particulièrement de crédit dans sa candidature. Il est la préoccupation numéro 1 des Français et de son électorat. Le fait qu’il propose une « vision d’avenir » sur le marché de l’emploi en prenant en compte sa « modernité » (malgré les écueils de flexibilité que l’on connait) lui a probablement apporté un réel crédit et que c’est sur ce thème qu’il a su capter des électeurs rejetant les thématiques trop conservatrices à droite ou utopiques à gauche si l’on en croit les remontées que l’on a dans les enquêtes d’opinion.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :