«pas autiste»

4Autisme : les propos maladroits de François Fillon énervent le Web

Autisme : les propos maladroits de François Fillon énervent le Web
François Fillon sur le plateau du journal télévisé de 20 heures de France 2, le 5 mars, 2017

En arguant du fait qu’il n’était pas autiste, hier sur France 2, l’ancien Premier ministre s’est mis à dos de nombreuses familles touchées par ce handicap.

« Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés […] Je ne suis pas jusqu’au-boutiste, pas enfermé dans une certitude, mais il y a une chose que je constate c’est qu’il n’y a pas d’alternative », a affirmé à Laurent Delahousse le candidat LR à la présidentielle.

Ces propos de François Fillon, martelés au journal télévisé de France 2 où il a répété qu’il ne se retirerait pas de la campagne à l’élection présidentielle, ont fait tiquer de nombreuses associations.

« Stop aux clichés », a tweeté SOS Autisme France, réclamant des excuses et une rencontre avec l’ancien Premier ministre.

Des dizaines de parents d’enfants autistes (et parfois eux-mêmes autistes) se sont exprimés sur la Toile tout au long de la soirée pour dénoncer ces propos.

Le parti socialiste a immédiatement embrayé dénonçant un « dérapage ». Dans le sillage de Ségolène Neuville, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, plusieurs poids lourds pro-Hamon ont protesté bruyamment.

Plusieurs internautes ont relevé que le PS avait pourtant recouru au même terme par le passé…

Quelques jours auparavant, une autre personnalité avait regretté avoir utilisé la même expression « malheureuse » au cours d’une émission télévisée.

Plusieurs internautes ont relevé que le PS avait pourtant recouru au même terme par le passé…

Quelques jours auparavant, une autre personnalité avait regretté avoir utilisé la même expression « malheureuse » au cours d’une émission télévisée.

« Je ne suis pas autiste » répète Fillon, s’attirant les foudres des internautes

Le candidat de la droite à la présidentielle était invité au 20-Heures de France 2 ce dimanche soir.

AFP            François Fillon sur le plateau du JT de France 2 le 5 mars 2017.

POLITIQUE – Lors de son passage au 20-Heures de France 2 ce dimanche 5 mars, après son grand meeting du Trocadéro de l’après-midi, François Fillon a répété plusieurs fois qu il n’était pas « autiste », s’attirant les foudres de très nombreux internautes.

« Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés, a-t-il notamment déclaré face à Laurent Delahousse. (…) Je ne suis pas jusqu’au boutiste, pas enfermé dans une certitude mais il y a une chose que je constate c’est qu’il n’y a pas d’alternative. »

Ségolène Neuville, la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, a rapidement réagi après l’interview de l’ancien Premier ministre.

De nombreux internautes se sont aussi indignés des propos de François Fillon sur Twitter.

  • Je ne suis pas autiste » : François Fillon s’attire les foudres des associations et des internautes

  • BOURDE – Lors de son passage sur le 20 Heures de France 2 dimanche soir, après son grand rassemblement au Trocadéro dans l’après-midi, François Fillon a répété plusieurs fois qu’il n’était pas « autiste ». Les associations et des internautes se sont indignés contre les paroles du candidat Les Républicains.

    Les mots ont un sens. À ses dépens, François Fillon l’a peut-être oublié dimanche. Invité du JT de 20H de France 2, le chef de file Les Républicains à la présidentielle – en plus d’annoncer qu’il ne retirerait pas sa candidature – a répété à trois reprises, « je ne suis pas autiste ». Une rhétorique maladroite (et c’est peu de le dire) pour affirmer qu’il n’était isolé au sein de sa famille politique et qui n’est pas passée du tout auprès des observateurs.

    En vidéo

    « Je ne suis pas autiste » : la bourde de Fillon sur France 2

  • Celui qui cite Rousseau dans son discours n’a-t-il pas trouvé un autre mot dans la langue française pour se défendre !SOS Autisme France

    Cette ligne de défense est d’ailleurs dénoncée par SOS Autisme France. « Une nouvelle fois, les familles et les personnes autistes s’indignent en écoutant le JT sur le service public. Celui qui cite Rousseau dans son discours n’a-t-il pas trouvé un autre mot dans la langue française pour se défendre ! », a expliqué à LCI Olivia Cattan, présidente de l’association. François Fillon, en employant ce terme, vient une nouvelle fois de participer à la propagation des clichés que l’on peut avoir sur les personnes autistes. Des clichés insupportables qui conduisent à une discrimination quotidienne. » Elle a aussi ajouté que SOS Autisme France demande au candidat de la droite et du centre « de s’excuser et de recevoir, familles et personnes autistes ».

    Les réseaux sociaux s’indignent contre Fillon

    Un élément de langage déjà utilisé par le candidat Fillon le 14 février dernier. Il s’exprimait alors devant le groupe LR à l’Assemblée nationale. « Quand j’entends certains d’entre vous dire que je suis autiste, c’est moi qui sais le mieux que la campagne est difficile parce que c’est moi qui me le prends dans la gueule à chaque instant (sic) », avait-il déclaré en aparté devant les députés de l’opposition.

    Cette nouvelle sortie n’a en tout cas pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux. Nombre sont ceux qui se sont indignés contre le manque de considération et l’absence de respect de Fillon à l’égard des personnes souffrant au quotidien de cet handicap, qui touche 650.000 personnes. L’usage du mot « autiste », répété plusieurs fois par le candidat de la droite à la présidentielle, a été considéré comme insultant, ou tout du moins peu considérant par certains internautes qui se sont exprimés sur Twitter.

    Etre autiste est une maladie, pas un défautMichel Pouzol, porte-parole de Benoît Hamon

    Sur le plateau de LCI, Michel Pouzol, porte-parole de Benoît Hamon a lui aussi fait part de son indignation, expliquant qu’être autiste « est une maladie, pas un défaut ». Et d’ajouter que la sortie maladroite de l’ancien Premier ministre allait « dans le sens de cette communication politique débridée aujourd’hui.

    Cette bourde qui fait donc tache pour un François Fillon actuellement en pleine tempête. D’autant que lorsqu’il était encore Premier ministre, il avait attribué le label de Grande cause nationale pour 2012 aux associations du Rassemblement « Ensemble pour l’autisme », organisé par le Collectif Autisme. Il souhaitait alors « sensibiliser les Français à la nécessité de lutter contre les préjugés qui l’entourent encore trop souvent ».

    « Je ne suis pas autiste » : la formule de Fillon fait polémique

    Dimanche soir lors du JT de France 2, François Fillon a répété plusieurs fois qu’il n’était « pas autiste », pour dire qu’il était conscient des difficultés de sa campagne. Une phrase critiquée et qui a fait réagir jusqu’au gouvernement, via la secrétaire d’Etat chargée de la lutte contre l’exclusion. 

    Ce sont d’autres critiques que s’est attirées François Fillon dimanche soir sur le plateau de France 2. « Je ne suis pas autiste », a répété à plusieurs reprises le candidat contesté de la droite, lors du JT de 20 Heures. Une formule choisie pour dire qu’il était conscient de la situation politique dans laquelle il était. « Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés (…) Je ne suis pas jusqu’au boutiste, pas enfermé dans une certitude, mais il y a une chose que je constate c’est qu’il n’y a pas d’alternative », a ainsi affirmé celui qui maintient sa candidature à la présidentielle malgré les défections d’une partie de son camp.

    Une « faute lourde », pour la secrétaire d’Etat Ségolène Neuville

    La référence à cette maladie, qui est un trouble neurobiologique affectant le développement social, a choqué l’association SOS Autisme France, qui a demandé des « excuses » du candidat.

    Le réseau social Twitter a rapidement vu l’émergence d’un hashtag « #JeSuisAutiste » avec des messages publiés par des autistes ou des proches.

    D’autres ont pris la défense de François Fillon en soulignant le sens « figuré » du terme autisme tel qu’il apparaît sur le site du dictionnaire Larousse : celui qui, « par exagération », précise le site, consiste à être dans le « déni de réalité » et « qui pousse à s’isoler et à refuser de communiquer ».

    Cela n’est toutefois pas suffisant pour la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, Ségolène Neuville. Celle-ci a évoqué « la faute lourde » de l’ex-Premier ministre qui illustre un « profond mépris ».

     

    Fillon dit (trois fois) qu’il n’est « pas autiste »: « maladroit », voire « inadmissible »

    francois-fillon-sur-france-2_5837103Capture d’écran de François Fillon lors de son interview sur France2, dimanche 5 mars 2017.

    François Fillon a rassemblé ses soutiens dimanche, à Paris avant d’être l’invité du journal de 20H de France 2. Pour démontrer qu’il était à l’écoute, il a répété qu’il n’était pas « autiste ». Une formule qui ne passe pas.

    Se montrer à l’écoute quand on ne peut plus aller à la rencontre des Français depuis un mois, expliquer que sa décision est mûrement réfléchie… Sur France 2 dimanche soir, François Fillon a tenté de se montrer ferme et clairvoyant. Pas de retrait de sa candidature en plein Penelopegate et un jugement nourri par ses discussions avec son entourage et les Français. Pour affirmer cette idée, le candidat à la présidentielle des Républicains a par trois fois expliqué qu’il n’était pas « autiste« .

    « Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés. J’entends bien les critiques. Je ne suis pas jusqu’au-boutiste, pas enfermé dans une certitude mais il y a une chose que je constate c’est qu’il n’y a pas d’alternative », déclare-t-il en début d’interview. « Il faut que je rassemble ma famille. C’est là évidemment que je vous dis que je ne suis pas autiste », dit-il encore un peu plus tard. « Je ne suis pas du tout enfermé, je ne suis pas du tout autiste », assure enfin une dernière fois le candidat en conclusion de son interview.

    « Maladroit », juge la journaliste Maryse Burgot sur Twitter. Comparer avec une telle régularité les troubles autistiques au comportement du candidat LR a choqué beaucoup d’autres téléspectateurs qui ont fait part de leur colère sur Twitter.

    Certains ont rapproché cette image des clichés véhiculés sur les homosexuels, alors que François Fillon est encore régulièrement critiqué pour s’être opposé à la dépénalisation de l’homosexualité en 1981. « ‘Je ne suis pas autiste, sous-entendu ‘pas fermé, lucide’. Essayez ‘Je ne suis pas pédé’, sous-entendu ‘viril. Il faut arrêté ça », écrit un téléspectateur.

    Les partisans du candidat Les Républicains ont alors tenté d’allumer un contre-feu en versant dans la pédagogie. « Autiste n’est pas une insulte », souligne la féministe et militante de gauche Caroline de Haas. « En effet, autiste est une maladie et François Fillon n’est pas atteint de cette maladie », réplique un compte partisan. Un autre tente d’établir une différence entre un sens « propre » et un sens « figuré ». « Déni de réalité qui pousse à s’isoler et à refuser de communiquer et particulièrement d’écouter autrui. NON discriminant », précise-t-il. De quoi déclencher la fureur des proches et des malades.

    Reste ceux qui préfèrent s’en moquer et inventent la prochaine réplique du candidat de la droite: « Je m’excuse auprès des autiste. Ça va, j’ai pas fait exprès! Je ne suis pas mongole! »

    La veille, la chroniqueuse d’ONPC Vanessa Burggraf avait commenté un film en traitant l’un des personnage d’autiste, alors que les acteurs qui jouaient ses parents – Doria Tilier et Nicolas Bedos – s’accordaient à dire qu’il s’agissait seulement d’un « fils décevant ». La façon dont la jeune femme avait insisté pour souligner les « problèmes » et la bêtise de cet « abruti » « pas en forme » et « très con » avaient déjà blessé les associations de proches et de malades. La journaliste avait fini par s’excuser sur Twitter. Un exemple pour Fillon?

    VIDEO. Fillon assène qu’il n’est «pas autiste» et choque

    BAD BUZZ Avec ces propos « maladroits » prononcés lors de son intervention télévisée dimanche soir, le candidat LR crée la polémique…

    François Fillon sur France 2 le 5 mars 2017.
    François Fillon sur France 2 le 5 mars 2017. – France2

    Noémie Seguin

    Questionné sur les défections de son camp sur France 2 dimanche soir, François Fillon a par trois fois expliqué à Laurent Delahousse qu’il n’était pas autiste.

    >> A lire aussi : Fake news: Fillon déclare à tort que les médias ont annoncé le suicide de Penelope

    « Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés. J’entends bien les critiques. Je ne suis pas jusqu’au-boutiste, pas enfermé dans une certitude mais il y a une chose que je constate c’est qu’il n’y a pas d’alternative », déclare-t-il en début d’interview.
    « Il faut que je rassemble ma famille. C’est là évidemment que je vous dis que je ne suis pas autiste », ajoute-il un peu plus tard. « Je ne suis pas du tout enfermé, je ne suis pas du tout autiste », conclu enfin le candidat à la Présidentielle.

    Twitter s’enflamme et martèle : #jesuisautiste

    « Maladroit » « insultant » voire « inadmissible », les propos de François Fillon ont indigné la toile. A commencer par les internautes directement concernés par le syndrome d’Asperger.

    Certains ont même relevé que Penelope Fillon, étant elle-même marraine de l’association Asperger Aide France, n’avait sans doute pas apprécié les propos de son mari…

    Les associations et la Secrétaire d’Etat en charge des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, n’ont pas hésité à pointer du doigt la « faute lourde » de François Fillon.

    Très vite, le hashtag #JeSuisAutiste a émergé sur Twitter. François Fillon, lui, ne s’est toujours pas exprimé sur la polémique alors que de nombreux Français attendent aujourd’hui de sa part, des excuses.

  • ==================
  • Didier                                      tous les journalistes, et pas mal de politiques ont parlé « d’une certaine forme d’autisme »
    Fillon ne faisait que leur répondre, et je ne suis pas de ses partisans!

  • jean                                          que çà sent mauvais . ces journaleux qui se disent journaleux çà sort de la fosse publique .

  • Le pédagogue pour les nuls et les nulles

  • Le pédagogue:
    Il ne faut plus dire:
    Il est aveugle, il est sourd, il est fou, il est malade,…
    Il est CON.
  • Avatar C’est une insulte pour nos familles. Ma femmes est en soins intensifs de cardiologie, fatiguée de mener chaque jour le combat contre l’autisme pour notre fils.

    Monsieur Fillon, vous devez vous excuser. Monsieur Fillon vous savez si bien le faire depuis quelques semaines.

    Signez ma petition, je suis horifié par ces mots. https://www.change.org/p/fr…

    Zut ! Il a perdu le soutien des autistes et de leurs proches !!

    Pour se venger et pour prouver son honnêteté maintenant on dit « je ne suis pas François Fillon »….Ou alors pour dire qu’un individu a commis une escroquerie on dit « il a commis une fillonade »…. 

  • Avatar Moi non plus je ne suis pas autiste… dans le sens médical du terme, et les autistes ainsi que leurs familles ne vous remercient pas ! 
  • Ça pour une fois on veut bien vous croire. Un autiste n’est pas voleur, profiteur, malhonnête, démesuré de l’ego, menteur, etc etc etc
  • Les autistes votent aussi aux élections présidentielles. Ahahahahah ……….. MDR ………. LOL !
  • Mais non Fillion parlait plutôt des hautistes , c’est vrai que de l’être c’est pas très glorieux
  • garsdu26                                                                         Cela se s’appelle une expression, comme « saoul comme un polonais » par exemple… et la réaction du peuple de gauche sur Tweeter se nomme mauvaise foi (ou mauvaise connaissance de la langue française). Les 2 sont bien entendu cumulables…

  • Balin                                                                                c’est devenu n’importe quoi ! effrayant quel pays ! Mercî Hollande.

  • ericthibaut                                                                      Je suis handicapé moteur depuis la naissance. Je suis un anti Fillon de la première heure mais je trouve cette polémique dérangeante… Elle n’a pas lieu d’être et franchement attaquer ce monsieur sur ça va légitimer sa thèse, selon laquelle tout est bon pour l’abattre… J’ai entendu à plusieurs reprises : « Fillon représente un handicap pour sa famille politique », bah allons y, dénonçons ce terme mal appoprié… pfff, franchement ça fait pitié….

  • destartine                                                                         En fait, son attitude est: je sais que je vais perdre, mais je ne peux faire autrement, car il n’y a pas d’alternative.
    Et Juppé?

  • EricA50                                                                             Décidément, tout ce qu’il dit est interprété n’importe comment. Que ne ferait-ont pas pour critiquer de « vendre du papier ». Des polémiques et encore des polémiques créées de toute pièces.

  • Publicités
    Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :