Enurésie fatale

L'HUMEUR DU JOUR DE GOUBELLEPas-de-Calais : un enfant de 5 ans est-il mort après avoir été puni pour un pipi au lit ?

gendarmerie-660x436

Un véhicule de la gendarmerie (photo d’illustration) Crédits photos : hadescom/Shutterstock.com

A Aire-sur-la Lys, un garçonnet a été découvert mort dans une rue dans la nuit de dimanche à lundi.

Lundi matin, aux alentours de 2h30, le corps d’un garçon de 5 ans a été découvert dans une rue de la commune d’Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais). La mère et le beau-père ont été placés en garde à vue, soupçonnés qu’ils sont de violence à son encontre.

C’est le beau-père qui a alerté les secours. Les gendarmes rapporte les propos de ce dernier : « l’enfant était sujet à des crises d’énurésie, en fait, il faisait pipi au lit, et que suite à un nouvel épisode d’énurésie, il l’aurait sanctionné en lui demandant d’aller dehors et lui aurait ordonné de faire des tours de la cour en courant »

Des conditions suspectes

Patrick Leleu, procureur de la République de Saint-Omer, a précisé : « Les conditions suspectes de ce décès nous ont amenées à faire placer les parents en garde à vue, en tout début de matinée, sur une suspicion de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

Il poursuit : « Ce sont les éléments qu’il nous donne pour expliquer le fait que l’enfant soit dehors. Reste à déterminer les circonstances du décès (…) Ce qu’on sait de manière sûre, c’est qu’il y a bien une sanction (…) dans un contexte météorologique qui était particulièrement défavorable avec un enfant qui était légèrement vêtu parce qu’il venait de sortir du lit ».

Un enfant « violemment frappé »

Le maire de la commune a rapporté les propos des gendarmes, indiquant que l’enfant aurait été « violemment frappé » par son beau-père. Pour autant la gendarmerie de Saint-Omer, à laquelle l’enquête a été confiée, veut rester prudente : « Il y a eu des traces, mais rien ne permet à ce stade de déterminer qu’elles soient liées aux faits de hier soir ».

Une autopsie doit être pratiquée par l’institut médico-légal de Lille. Les deux adultes placés en garde à vue n’étaient pas connus des services sociaux de la commune.

L’enfant de 5 ans retrouvé mort à Aire-sur-la Lys (62) venait d’être puni

FAITS DIVERS Un couple est en garde à vue après le décès d’un petit garçon de 5 ans à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais)…

Localisation d'Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais)
Localisation d’Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais) – Google Maps

O.A.

C’est le beau-père qui a appelé les secours. Un garçonnet de 5 ans est décédé à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais) dans la nuit de dimanche à lundi, rapporte l’AFP d’après des sources concordantes.

La mère et son compagnon, âgés de 22 et 30 ans, ont été placés en garde à vue « sur une suspicion de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner », explique le procureur de la République à Saint-Omer, Patrick Leleu.

Obligé à courir dehors

Interrogée par 20 Minutes, une source proche de l’enquête précise que le beau-père a appelé lui-même les pompiers vers 2 h 30, en indiquant que l’enfant avait « perdu connaissance ». Le garçonnet est décédé « sur la voie publique », indique encore cette source.

D’après les éléments issus des premières auditions, une punition avait été infligée au petit garçon après un pipi au lit. Obligé de courir dehors en pleine nuit, l’enfant a fait un malaise, indiquent les premiers témoignages.

« Ce qu’on sait de manière sûre, c’est qu’il y a bien une sanction, qu’elle consiste à se retrouver à l’extérieur du bâtiment à une heure tardive de la nuit dans un contexte météorologique qui était particulièrement défavorable avec un enfant qui était légèrement vêtu parce qu’il venait de sortir du lit », a précisé la gendarmerie, en charge de l’enquête.

La Voix du Nord précise que le garçon a été pris en charge par les pompiers, près d’un canal, à 200 mètres d’un cabanon qui appartient à ses parents.

Autopsie à venir

Selon le procureur de la République, le motif du décès était cependant encore « non établi » dans la matinée de lundi. « Il y a eu des traces, mais rien ne permet à ce stade de déterminer qu’elles soient liées aux faits d’hier soir », déclarent les gendarmes.

Le corps a été transporté pour autopsie à l’institut médico-légal de Lille. L’examen permettra également de déterminer si l’enfant porte les traces de maltraitances antérieures.

Sordide Puni pour un pipi au lit, un enfant de 5 ans est retrouvé mort

sordide-puni-pour-un-pipi-au-lit-un-enfant-de-5-ans-est-retrouve-mort

La mère et son compagnon ont immédiatement été placés en garde à vue «sur une suspicion de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner».

Le petit garçon aurait été retrouvé en pleine nuit, mort dans le jardin de la maison familiale. C’est dans la petit ville d’Aire-sur-la-Lys dans les Hauts-de-France que s’est passée cette choquante histoire. Dans la nuit de dimanche à lundi, un enfant de cinq ans serait mort dans des « conditions suspectes », d’après les mots du procureur de la République de Saint-Omer. La brigade de recherche de Saint-Omer a été chargée de mener l’enquête.

>> Relire :Japon – Un enfant abandonné par ses parents survit 6 jours, seul dans la forêt !

C’est le beau-père qui a appelé les secours en premier, vers 2 heures 30 du matin. Ce dernier aurait indiqué que l’enfant avait seulement « perdu connaissance ». Il était en arrêt cardio-respiratoire au moment de l’intervention des pompiers. Le garçonnet serait mort « sur la voie publique ». Un décès soudain et tout à fait suspect qui a poussé les enquêteurs à regarder du côté du couple : la mère, âgée de 22 ans et le beau-père âgée de 30 ans. Un couple sans profession qui n’était pas connu des services de police, ni des services sociaux de la ville. D’après les éléments issus des premières auditions, une punition avait été infligée au garçon par son beau-père après qu’il ait fait pipi au lit. L’homme l’aurait alors obligé à courir dehors en pleine nuit. L’enfant aurait fait un malaise suite à la punition, ont indiqué les premiers témoignages. Le petit aurait été retrouvé avec le nez cassé, ainsi qu’un traumatisme au niveau de la tête.

«suspicion de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner »

Le garçon aurait été pris en charge par les pompiers, près d’un canal, à 200 mètres d’un cabanon appartenant à ses parents. Un cabanon complètement isolé dans la campagne dans lequel réside normalement le beau-père. Le corps a été transporté à l’institut médico-légal de Lille pour autopsie. Un examen qui permettra également de déterminer si l’enfant a subit des maltraitances physiques. « Depuis environ 3 h du matin, des spécialistes de l’identité criminelle sont sur place et réalisent les constats », a par ailleurs indiqué une source policière. La mère et son compagnon ont immédiatement été placés en garde à vue, « sur une suspicion de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner », a expliqué Patrick Leleu, le procureur de la République de Saint-Omer

France: un garçon de 5 ans meurt, puni pour avoir fait pipi au lit

Aire-sur-la-Lys (France) – Punition qui tourne mal ou maltraitance régulière: un garçon de 5 ans a été retrouvé mort dans la nuit de dimanche à lundi à proximité d’un canal, dans le nord de la France. Son beau-père et sa mère ont été placés en garde à vue.

A l’origine du drame, « une sanction-punition, consistant à faire courir l’enfant dehors, en pleine nuit, parce qu’il avait » uriné au lit (phénomène d’énurésie), a déclaré à l’AFP le procureur chargé du dossier, Patrick Leleu, précisant qu’il était « tombé ».

L’autopsie a révélé que la mort du petit Yanis, à Aire-sur-la-Lys, était imputable à des blessures au crâne, dont certaines « pouvant être rattachées à une ou plusieurs chutes et d’autres à des violences volontaires », d’après le procureur.

C’est le beau-père du petit Yanis qui a mis en pratique cette punition en le suivant dans sa course, probablement à vélo. Le « contexte météorologique » était « particulièrement défavorable » et l’enfant « légèrement vêtu », ont précisé les gendarmes.

Le beau-père lui-même a alerté les secours, « signalant que l’enfant a été découvert inconscient » selon les gendarmes. Il leur explique alors « qu’il était sujet à des crises d’énurésie (…) et que suite à un nouvel épisode d’énurésie, il l’aurait sanctionné en lui demandant d’aller dehors et lui aurait ordonné de faire des tours (…) en courant ».

Au vu des résultats de l’autopsie, les faits reprochés aux mis en cause ont été requalifiés en « homicide volontaire sur mineur de quinze ans », et non plus « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner » comme initialement.

Les causes de la mort restent à éclaircir. Mais « la question de violences habituelles est posée au vu des premières constatations », selon le procureur.

La mère, 23 ans, et le beau-père, 30 ans, tous deux sans emploi, étaient en couple depuis août 2015, sans autre enfant. Ils n’étaient pas connus des services sociaux de la ville.

La mère de la victime « est polie et discrète. L’enfant était généralement bien habillé », a témoigné une voisine.

Un enfant de 5 ans meurt, puni d’avoir fait pipi au lit

Le corps du garçonnet a été découvert vers 2H30 par les pompiers près d'un chemin de hallage d'un canal, à une dizaine de minutes en voiture du centre-ville d'Aire-sur-La-Lys.
Le corps du garçonnet a été découvert vers 2H30 par les pompiers près d’un chemin de hallage d’un canal, à une dizaine de minutes en voiture du centre-ville d’Aire-sur-La-Lys. PHOTO/AFP DENIS CHARLET

Punition qui tourne mal ou maltraitance régulière: un garçon de 5 ans a été retrouvé mort dans la nuit de dimanche à lundi à proximité d’un canal, à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais). Son beau-père et sa mère ont été placés en garde à vue.

Les circonstances du décès du petit Yanis se précisaient lundi en fin de journée, où se poursuivaient les auditions des deux adultes dans les locaux de la gendarmerie de Saint-Omer. D’abord sur l’origine du drame: « Il s’agit d’une sanction-punition, consistant à faire courir l’enfant dehors, en pleine nuit, parce qu’il avait » uriné au lit (phénomène d’énurésie), a déclaré à l’AFP le procureur de Saint-Omer, Patrick Leleu, précisant qu’il était « tombé ».

Ensuite sur les causes de la mort: l’autopsie pratiquée lundi après-midi a révélé qu’elle était imputable à des blessures au crâne, dont certaines « pouvant être rattachées à une ou plusieurs chutes et d’autres à des violences volontaires ».

C’est le beau-père de l’enfant qui a mis en pratique cette punition en le suivant dans sa course, probablement à vélo. Le « contexte météorologique » était « particulièrement défavorable » et l’enfant « légèrement vêtu », ont précisé les gendarmes.

De source judiciaire, la mère est restée plutôt en retrait lors des premières auditions. Le corps du garçonnet a été découvert vers 2H30 par les pompiers près d’un chemin de hallage d’un canal, à une dizaine de minutes en voiture du centre-ville de cette commune d’environ 10.000 habitants à 20 km au sud de Saint-Omer. C’est dans ce secteur que vivait le beau-père, dans un cabanon situé à 200 m du canal, la mère habitant en centre-ville. Le couple y venait régulièrement le week-end. Le beau-père lui-même a alerté les secours, « signalant que l’enfant a été découvert inconscient » selon les gendarmes. Il leur explique alors « qu’il était sujet à des crises d’énurésie (…) et que suite à un nouvel épisode d’énurésie, il l’aurait sanctionné en lui demandant d’aller dehors et lui aurait ordonné de faire des tours (…) en courant ».

L’hypothèse de violences habituelles

Les causes de la mort restent à éclaircir. Mais « la question de violences habituelles est posée au vu des premières constatations », selon le procureur de Saint-Omer, qui va retenir une qualification criminelle, ce qui conduira au dessaisissement du dossier au profit du parquet de Boulogne-sur-mer mardi matin, à l’issue de la prolongation de la garde à vue du couple. « Il y a eu des traces (de coups, ndlr), mais rien ne permet à ce stade de déterminer qu’elles soient liées aux faits d’hier soir. Sur ces aspects-là on est assez prudents », souligne de son côté la gendarmerie, dont la brigade de recherches de Saint-Omer est chargée de l’enquête en appui de la brigade d’Aire-sur-la-Lys. La mère, 23 ans et le beau-père, 30 ans, tous deux sans emploi, étaient en couple depuis août 2015, sans autre enfant. Ils n’étaient pas connu des services sociaux de la ville et « nous sommes en train de vérifier ce qu’il en est du côté des services du département », a dit à l’AFP Jean-Claude Dissaux, maire d’Aire-sur-la-Lys. « Elle est arrivée voici 2-3 mois peut-être. Avec elle c’était ‘bonjour-au revoir’, on la connaît peu, elle fait semble-t-il des peintures d’enfants en noir et blanc. Son compagnon n’était pas très bavard non plus », raconte Jean, un voisin de la mère, dans la résidence moderne de type HLM, en briques, où elle vivait. « Elle est polie et discrète. L’enfant était généralement bien habillé », se souvient une autre voisine.

Enfant mort dans le Pas-de-Calais : puni pour avoir fait pipi au lit ?

06/02/17 – Aire-sur-la-Lys.
L’enfant de 5 ans qui a succombé à un arrêt cardiaque cette nuit à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais) a-t-il succombé à une punition extrême ? C’est la question que se posent les enquêteurs, quelques heures après la découverte du corps de la victime près d’un canal de la commune.

Ce midi en tout cas, la piste de mauvais traitements serait prise très au sérieux par les enquêteurs. “L’enfant aurait été puni pour avoir fait pipi au lit“, indique le Parisien.

Son beau-père l’aurait fait courir dans la cour de la maison jusqu’à épuisement. Des traces de coups anciennes ont été relevées sur le corps de la jeune victime“, précise par ailleurs le site internet du journal.

L’enfant de 5 ans aurait été retrouvé seulement vêtu d’un slip et de chaussettes.

La mère et le beau-père de l’enfant sont toujours actuellement en garde à vue. L’enquête se poursuit.

Pas-de-Calais. Puni pour avoir fait pipi au lit, un garçon de 5 ans décède

  • Un petit garçon de 5 ans est mort dans la nuit de dimanche à lundi dans des conditions suspectes, dans le Pas-de-Calais.
    Un petit garçon de 5 ans est mort dans la nuit de dimanche à lundi dans des conditions suspectes, dans le Pas-de-Calais. | Visactu

Des parents ont été placés en garde à vue lundi, dans le Pas-de-Calais, après la mort suspecte de leur petit garçon de 5 ans dans la nuit de dimanche à lundi. L’enfant a été retrouvé dans une rue à 2 h 30 du matin. Il aurait été puni par son beau-père pour avoir fait pipi au lit.

Un garçon de cinq ans est décédé à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais) dans la nuit de dimanche à lundi conduisant au placement en garde à vue de ses parents, soupçonnés de violences à son encontre, a-t-on appris lundi de sources concordantes. Selon les secours, le garçonnet a été retrouvé dehors.

« Un enfant de cinq ans est décédé dans des conditions suspectes quant aux explications qui ont été données, avec un motif médical non établi à cette heure », a indiqué Patrick Leleu, procureur de la République de Saint-Omer, précisant que les parents ont été placés en garde à vue.

« Des traces de coups »

« Les conditions suspectes de ce décès nous ont amenées à faire placer les parents en garde à vue, en tout début de matinée, sur une suspicion de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner », a ajouté le procureur.

Selon le maire d’Aire-sur-la-Lys Jean-Claude Dissaux, le beau-père aurait « violemment frappé l’enfant, qui portait des traces de coups au visage ».

C’est le beau-père lui-même qui a alerté les secours, « signalant que l’enfant a été découvert inconscient » selon les gendarmes. Il leur explique alors « que l’enfant était sujet à des crises d’énurésie, en fait, il faisait pipi au lit, et que suite à un nouvel épisode d’énurésie, il l’aurait sanctionné en lui demandant d’aller dehors et lui aurait ordonné de faire des tours de la cour en courant ».

L’enfant trouvé dans une rue

Les pompiers sont intervenus vers 2 h 30 lundi matin « pour un enfant en arrêt cardio-respiratoire », a indiqué le Codis, précisant que les gendarmes s’étaient également rendus sur les lieux du drame, dans une rue à l’écart du centre-ville de cette commune d’environ 10 000 habitants.

« Il y a suffisamment d’éléments pour placer les parents en garde à vue par rapport aux premières explications et à l’arrivée sur les lieux », a dit le procureur de la République.

D’après les gendarmes du Pas-de-Calais, l’enfant a été retrouvé à proximité d’un canal, à environ 200 mètres d’un cabanon qui appartient à ce couple âgé d’une trentaine d’années, sans profession et qui n’était pas connu des services de police. Il s’agit de l’enfant de la mère et le couple, qui vit à Aire-sur-la-Lys, n’a pas d’autre enfant, d’après la même source.

C’est dans ce cabanon qu’habitait le beau-père, selon le maire d’Aire-sur-la-Lys. La mère vit dans le centre-ville de cette commune d’environ 10 000 habitants. « Ils n’étaient pas connus des services sociaux de la commune, et nous sommes en train de vérifier ce qu’il en est du côté des services du département », a-t-il indiqué.

« Violemment frappé »

« Ce sont les éléments qu’il nous donne pour expliquer le fait que l’enfant soit dehors. Reste à déterminer les circonstances du décès (…). Ce qu’on sait de manière sûre, c’est qu’il y a bien une sanction, qu’elle consiste à se retrouver à l’extérieur du bâtiment à une heure tardive de la nuit dans un contexte météorologique qui était particulièrement défavorable avec un enfant qui était légèrement vêtu parce qu’il venait de sortir du lit », poursuit la gendarmerie. Selon le maire, citant les secours, l’enfant aurait été « violemment frappé » par son beau-père.

« Il y a eu des traces, mais rien ne permet à ce stade de déterminer qu’elles soient liées aux faits de hier soir. Sur ces aspects-là on est assez prudents », souligne cependant la gendarmerie, dont la brigade de recherches de Saint-Omer est chargée de l’enquête en appui de la brigade d’Aire-sur-la-Lys. L’autopsie de l’institut médico-légal de Lille devrait apporter des réponses précises.

Une femme « polie et discrète »

Le couple âgé d’une trentaine d’années et sans profession n’était pas connu des services sociaux de la ville et « nous sommes en train de vérifier ce qu’il en est du côté des services du département », a dit M. Dissaux. Il n’a pas d’autre enfant, d’après les gendarmes.

« Elle est arrivée voici 2-3 mois peut-être. Avec elle c’était « bonjour-au revoir », on la connaît peu, elle fait semble-t-il des peintures d’enfants en noir et blanc. Son compagnon n’était pas très bavard non plus », raconte Jean, un voisin de la mère, dans la résidence moderne de type HLM, en briques, où elle vivait. « Elle est polie et discrète. L’enfant était généralement bien habillé », se souvient une autre voisine.

Pas-de-Calais: un garçon de 5 ans retrouvé mort après avoir été puni pour avoir fait pipi au lit

Pas-de-Calais: un garçon de 5 ans rétrouvé mort après avoir été puni pour avoir fait pipi au lit
Photo d’illustration
Par charentelibre.fr

Punition qui tourne mal ou maltraitance régulière: un garçon de 5 ans a été retrouvé mort dans la nuit de dimanche à lundi à proximité d’un canal, à Aire-sur-la-Lys dans le Pas-de-Calais. Son beau-père et sa mère ont été placés en garde à vue.

Les circonstances du décès n’étaient pas encore précisément établies ce lundi après-midi, où se poursuivaient les auditions des deux adultes dans les locaux de la gendarmerie de Saint-Omer, et dans l’attente de l’autopsie pratiquée dans l’après-midi. L’origine du drame est cependant claire: « Il s’agit d’une sanction-punition, consistant à faire courir l’enfant dehors, en pleine nuit, parce qu’il avait » uriné au lit, a déclaré le procureur de Saint-Omer, Patrick Leleu, précisant qu’il était « tombé ».

C’est le beau-père de l’enfant qui a mis en pratique cette punition en le suivant dans sa course, probablement à vélo. Le « contexte météorologique » était « particulièrement défavorable » et l’enfant « légèrement vêtu », ont précisé les gendarmes.

Le corps du garçonnet a été découvert vers 2h30 par les pompiers près d’un chemin de hallage d’un canal, à une dizaine de minutes en voiture du centre-ville de cette commune d’environ 10.000 habitants à 20 km au sud de Saint-Omer. C’est dans ce secteur que vivait le beau-père, dans un cabanon situé à 200 m du canal, la mère habitant en centre-ville. Le couple y venait régulièrement le week-end.

Le beau-père lui-même a alerté les secours, « signalant que l’enfant a été découvert inconscient » selon les gendarmes. Il leur explique alors « qu’il était sujet à des crises d’énurésie (…) et que suite à un nouvel épisode d’énurésie, il l’aurait sanctionné en lui demandant d’aller dehors et lui aurait ordonné de faire des tours (…) en courant ».

« Légèrement vêtu »

Les causes de la mort restent à éclaircir. Mais « la question de violences habituelles est posée au vu des premières constatations », selon le procureur de Saint-Omer, qui va retenir une qualification criminelle, ce qui conduira au dessaisissement du dossier au profit du parquet de Boulogne-sur-mer mardi matin, à l’issue de la prolongation de la garde à vue du couple.

« Il y a eu des traces (de coups, ndlr), mais rien ne permet à ce stade de déterminer qu’elles soient liées aux faits d’hier soir. Sur ces aspects-là on est assez prudents », souligne de son côté la gendarmerie, dont la brigade de recherches de Saint-Omer est chargée de l’enquête en appui de la brigade d’Aire-sur-la-Lys.

La mère et le beau-père, tous deux âgés d’une trentaine d’années et sans emploi, était en couple depuis août 2015, sans autre enfant. Ils n’étaient pas connu des services sociaux de la ville et « nous sommes en train de vérifier ce qu’il en est du côté des services du département« , a dit Jean-Claude Dissaux, maire d’Aire-sur-la-Lys.

« Elle est arrivée voici 2-3 mois peut-être. Avec elle c’était « bonjour-au revoir », on la connaît peu, elle fait semble-t-il des peintures d’enfants en noir et blanc. Son compagnon n’était pas très bavard non plus », raconte Jean, un voisin de la mère, dans la résidence moderne de type HLM, en briques, où elle vivait. « Elle est polie et discrète. L’enfant était généralement bien habillé », se souvient une autre voisine.

Pas-de-Calais: un garçon de 5 ans meurt, puni pour avoir fait pipi au lit

Par « Source AFP »

Les gendarmes enquêtent sur les lieux où le corps du garçonnet a été découvert le 6 février 2017 à Aire-sur-la-Lys, à 20 km au sud de Saint-Omer

Photo – AFP – DENIS CHARLET

Les gendarmes à l’endroit où un enfant de 5 ans a été retrouvé mort, le 6 février 2017 à Aire-sur-la-Lys

 Benjamin MASSOT, Renaud LAVERGNE

Aire-sur-la-Lys (France) (AFP) – Punition qui tourne mal ou maltraitance régulière: un garçon de 5 ans a été retrouvé mort dans la nuit de dimanche à lundi à proximité d’un canal, à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais). Son beau-père et sa mère ont été placés en garde à vue.

Les circonstances du décès du petit Yanis se précisaient lundi en fin de journée, où se poursuivaient les auditions des deux adultes dans les locaux de la gendarmerie de Saint-Omer.

D’abord sur l’origine du drame: « Il s’agit d’une sanction-punition, consistant à faire courir l’enfant dehors, en pleine nuit, parce qu’il avait » uriné au lit (phénomène d’énurésie), a déclaré à l’AFP le procureur de Saint-Omer, Patrick Leleu.

L’enfant a ainsi « été contraint de courir sur une distance de plusieurs kilomètres le long du canal La Lys » et il a chuté « à deux reprises au moins », a précisé le parquet, qui indique que Yanis était « vêtu d’une simple culotte humide à l’arrivée des secours ».

Ensuite sur les causes de la mort: l’autopsie pratiquée lundi après-midi a révélé qu’elle était imputable à un traumatisme crânien dû à des violences volontaires.

C’est le beau-père de l’enfant qui a mis en pratique cette punition en le suivant dans sa course, probablement à vélo. De source judiciaire, la mère est restée plutôt en retrait lors des premières auditions.

Le corps du garçonnet a été découvert vers 02H30 par les pompiers près d’un chemin de halage d’un canal, à une dizaine de minutes en voiture du centre-ville de cette commune d’environ 10.000 habitants à 20 km au sud de Saint-Omer. C’est dans ce secteur que vivait le beau-père, dans un cabanon situé à 200 m du canal, la mère habitant en centre-ville. Le couple y venait régulièrement le week-end.

Le beau-père lui-même a alerté les secours, « signalant que l’enfant a été découvert inconscient » selon les gendarmes. Il leur explique alors « qu’il était sujet à des crises d’énurésie (…) et que suite à un nouvel épisode d’énurésie, il l’aurait sanctionné en lui demandant d’aller dehors et lui aurait ordonné de faire des tours (…) en courant ».

– L’hypothèse de violences habituelles –

Au vu des résultats de l’autopsie, les faits reprochés aux mis en cause ont été requalifiés en « homicide volontaire sur mineur de quinze ans ». Ils avaient été placés en garde des vue des chefs de « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

Les causes de la mort restent à éclaircir. Mais « la question de violences habituelles est posée au vu des premières constatations », selon le parquet de Saint-Omer, qui se dessaisira mardi matin de l’enquête au profit du parquet de Boulogne-sur-mer au regard de la nature criminelle des faits.

La mère, 23 ans et le beau-père, 30 ans, tous deux sans emploi, étaient en couple depuis août 2015, sans autre enfant. Ils n’étaient pas connu des services sociaux de la ville et « nous sommes en train de vérifier ce qu’il en est du côté des services du département », a dit à l’AFP Jean-Claude Dissaux, maire d’Aire-sur-la-Lys.

« Elle est arrivée voici 2-3 mois peut-être. Avec elle c’était +bonjour-au revoir+, on la connaît peu, elle fait semble-t-il des peintures d’enfants en noir et blanc. Son compagnon n’était pas très bavard non plus », raconte Jean, un voisin de la mère, dans la résidence moderne de type HLM, en briques, où elle vivait. « Elle est polie et discrète. L’enfant était généralement bien habillé », se souvient une autre voisine.

===================

Commentaires

cassel                                Le lion lorsqu’il se met en couple avec une lionne tue les lionceaux dont il n’est pas le père, on peut constater quasi tous les jours dans la presse que l’homme (avec un petit h) se conduit exactement pareil (une pensée pour Fiona). Honte aux mères complices !!!

patou63           J’espère que ces parent vont prendre la peine maximale il y en a assez que tous ces enfants meurs sous les coup de leurs parents fou. pauvre petit pour un pipi au lit il subit des punitions extrêmes

MO                               pauvre enfant quelle tristesse

Zohra 6633                  et là il vont se prendre une peine misérable alors que pour un vol on ose mettre 15 ans et on dit que y a une justice pfff dégoût profond

foledire                       Voilà pourquoi je défendrai toujours d’avoir le choix de mettre au monde un enfant … parce que franchement, certaines et certains ne devraient jamais être parents. Pauvre petit garçon, une peine exemplaire ne le ramènera pas à la vie, mais il faut une justice sévère parce que depuis un certain temps il y a trop de ces pauvres gosses qui meurent dans la souffrance

Jl66                                La même punition pour le beau père et la mère en prison après on va dire qu’ils sont mentalement perturbé ???

  • TIMOLEON44                  Une info de cette nature horrible et insoutenable laisse loin derrière les magouilles de nos politiciens.

  • Misterious56                 C’est la mère qui à 22 ans ???
    Donc elle l’a eu à 16/17 ans !!!
    Sans commentaire…

  • moname                            et maintenant ils vont courir ou les deux bidules..avant de s’écrouler

  • naima1956                       Non mais franchement c koi c’est parents qui punissent un enfant pour avoir fait pipi au lit ??? Tout les enfants font pipi au lit à un certain moment de leurs vie ,moi je me rappelle avoir fait pipi au lit petite fille ma mère (maniaque de chez maniaque) ne m’a jamais levée la mains pour ces faits, au contraire elle me demandait si j’avais fait un cauchemar et m’a appris à me retenir- Alors message au parents qui ne veulent pas de pipi au lit n’ayez pas d’enfant

  • Besancon2525                   Entre Lyana et Plomlnb : Plomlnb qui « sent » que le beau père a été élevé à la dure, donc issu d’une famille de militaire, selon lui c’est bien connu que les enfants martyrs ont des parents issus de famille de militaire … raisonnement simpliste. C’est comme l’histoire de son père qui a l’age de 17 ans qui remboursait le crédit de la chambre de bonne, on ne peut pas obtenir un crédit immobilier en tant que mineur, mytho ! Et Lyana qui « sent » que la mère doit être une catho car la punition est de type catho ? Et qui ose dire que l’éducation catho, vieille France se retrouve souvent dans les milieux défavorisés ! Lyana va chercher sur internet la définition de vieille France !

    • Vincent JP     Encore un drame d’adulte sur un enfant ,il n’y avait pas de médecin de famille pour cet enfant ??
    • calixte             Combien de cas de maltraitance d’enfants existent sans être connus ou dénoncés ? Celui ci…
    • Romain                 Honteux ce comportement avec un enfant si jeune.
    • franck laloye      Ça me dégoute 😦
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :