Ivoire..mieux!

 / ©: naturepl.com / Andy Rouse / WWFProtection des éléphants : la Chine va interdire le commerce d’ivoire d’ici fin 2017

L’ivoire est très recherché en Chine, où il peut atteindre jusqu’à 1 050 euros le kilo.

Selon les associations de protection de la nature, plus de 20 000 éléphants sont massacrés chaque année pour leur ivoire.
Selon les associations de protection de la nature, plus de 20 000 éléphants sont massacrés chaque année pour leur ivoire. (TONY KARUMBA / AFP)
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Une bonne nouvelle pour les défenseurs des éléphants. La Chine va interdire tout commerce et transformation de l’ivoire dans le pays d’ici fin 2017. « Afin de mieux protéger les éléphants et mieux combattre les trafics, [la Chine] va arrêter peu à peu la vente et la transformation à des fins commerciales d’ivoire et d’objets en ivoire », a indiqué dans un communiqué le Conseil d’Etat, gouvernement du régime communiste, vendredi 30 décembre.

Une première vague d’ateliers et de vendeurs devront cesser leurs activités dès le 31 mars, et les autres devront faire de même « dans les délais impartis », est-il précisé. L’ivoire est très recherché en Chine, où il peut atteindre jusqu’à 1 050 euros le kilo et est considéré comme le symbole d’un statut social élevé, et la forte demande du pays alimente le massacre de dizaines de milliers de pachydermes africains par an.

Plus de 20 000 éléphants massacrés en 2015

Cette annonce de Pékin s’inscrit dans le prolongement de la décision chinoise annoncée en mars d’étendre l’interdiction d’importation de l’ivoire et de ses produits dérivés acquis avant 1975. L’interdiction totale dévoilée vendredi affectera « 34 entreprises de transformation de l’ivoire et 143 centres de commerce, des dizaines devant fermer d’ici mars 2017 », selon l’agence Chine nouvelle.

Selon les associations de protection de la nature, plus de 20 000 éléphants ont été massacrés pour leur ivoire l’an dernier et des chiffres similaires ont été avancés les années précédentes. Seuls quelque 415 000 éléphants subsistent encore, selon le Fonds mondial pour la nature (World Wildlife Fund).

Pékin est signataire de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de la flore sauvages menacées d’extinction (Cites), qui interdit presque toutes les formes de négoce international sur les défenses d’éléphants. Mais la Chine n’en est pas moins le principal consommateur mondial d’ivoire de contrebande.

Hong Kong, future plaque tournante de l’ivoire ?

Le WWF s’est félicité de la décision chinoise, saluant « le calendrier déterminé de la Chine pour sauver les éléphants de l’extinction ». Mais l’organisation souhaite que Hong Kong – territoire chinois doté d’une large autonomie et de ses propres lois – arrête à son tour le commerce de l’ivoire d’ici 2021. « Avec le marché chinois fermé, Hong Kong peut devenir le marché favori des trafiquants pour blanchir l’ivoire illégal sous couverture du commerce légal de l’ivoire », estime une responsable de WWF, Cheryl Lo.

Les Etats-Unis, deuxième plus gros consommateur d’ivoire illégal après la Chine, avait annoncé en juin une interdiction presque totale du commerce d’ivoire provenant d’éléphants africains, avec toutefois de notables exceptions comme les antiquités. De même, la Chine continuera d’autoriser des ventes aux enchères d’antiquités en ivoire dûment identifiés et provenant de « sources légitimes », un processus placé sous « étroite supervision », selon le gouvernement chinois.

La Chine prévoit l’interdiction du commerce d’ivoire d’ici fin 2017

Cette mesure vise à protéger les éléphants menacés, et à combattre le trafic. Une première vague d’ateliers et de vendeurs devra cesser ses activités dès le 31 mars.

Le Monde.fr avec AFP

A Beijing, en 2015, un employé travaillant l’ivoire.

La Chine va interdire tout commerce et transformation de l’ivoire dans le pays d’ici un an, a annoncé vendredi 30 décembre son gouvernement. Cette décision pourrait « changer la donne » selon les défenseurs des éléphants africains.

« Afin de mieux protéger les éléphants et mieux combattre les trafics, [la Chine] va arrêter peu à peu la vente et la transformation à des fins commerciales d’ivoire et d’objets en ivoire », et ce d’ici fin 2017, a défendu dans un communiqué le Conseil d’Etat, gouvernement du régime communiste.

Lire aussi :   Ruée dévastatrice vers l’« ivoire » de la mer de Chine

Une première vague d’ateliers et de vendeurs devra cesser ses activités dès le 31 mars, a-t-il précisé, et les autres devront faire de même « dans les délais impartis ».

L’ivoire est très recherché en Chine, où il peut atteindre jusqu’à 1 050 euros le kilo et, est considéré comme le symbole d’un statut social élevé. La forte demande du pays alimente le massacre de dizaines de milliers de pachydermes africains par an.

Le principal consommateur mondial d’ivoire de contrebande

Cette annonce de Pékin s’inscrit dans le prolongement de la décision chinoise annoncée en mars d’étendre l’interdiction d’importation de l’ivoire et de ses produits dérivés acquis avant 1975. Cette interdiction totale affectera « 34 entreprises de transformation de l’ivoire et 143 centres de commerce, des dizaines devant fermer d’ici mars 2017 », a assuré Chine nouvelle.

Selon les associations de protection de la nature, plus de 20 000 éléphants ont été massacrés pour leur ivoire l’an dernier et des chiffres similaires ont été avancés les années précédentes. Seuls quelque 415 000 éléphants subsistent encore, selon le Fonds mondial pour la nature (World Wildlife Fund).

Lire aussi :   En dix ans, l’Afrique a perdu 20 % de ses éléphants

Pékin est signataire de la convention sur le commerce international des espèces de faune et de la flore sauvages menacées d’extinction (Cites), qui interdit presque toutes les formes de négoce international sur les défenses d’éléphants. Mais la Chine n’en est pas moins le principal consommateur mondial d’ivoire de contrebande. Par ailleurs, les ventes d’ivoire ouvragé restaient légales dans le pays, même si Pékin en avait toutefois interdit l’importation en 2015. A l’image d’autres pays, la Chine permettait également la revente d’ivoire acheté avant l’interdiction de la Cites en 1989.

Le WWF s’est félicité de la décision chinoise, saluant « le calendrier déterminé de la Chine pour sauver les éléphants de l’extinction ». Mais l’organisation souhaite que Hong Kong – territoire chinois doté d’une large autonomie et de ses propres lois – arrête à son tour le commerce de l’ivoire d’ici 2021. « Avec le marché chinois fermé, Hong Kong peut devenir le marché favori des trafiquants pour blanchir l’ivoire illégal sous couverture du commerce légal de l’ivoire », a estimé une responsable de WWF, Cheryl Lo.

Les ventes aux enchères d’antiquités en ivoire autorisées

Entre 800 et 900 affaires de contrebande d’ivoire sont mises au jour en Chine continentale chaque année, selon les statistiques des douanes. Et plus de la moitié des entreprises engagées dans le commerce légal de l’ivoire sont aussi impliquées dans des transactions illégales.

Les Etats-Unis, deuxième plus gros consommateur d’ivoire illégal après la Chine, a annoncé en juin une interdiction presque totale du commerce d’ivoire provenant d’éléphants africains, avec toutefois de notables exceptions comme les antiquités.

Lire aussi :   Washington interdit le commerce de l’ivoire pour sauver les éléphants d’Afrique

De même, la Chine continuera d’autoriser des ventes aux enchères d’antiquités en ivoire dûment identifiées et provenant de « sources légitimes », un processus placé sous « étroite supervision », a rapporté vendredi le gouvernement chinois.

La Chine va interdire le commerce d’ivoire d’ici fin 2017

Des défenses  d'éléphants entreposées le 22 avril 2016 à Nairobi par les services de protection de la nature
Des défenses d’éléphants entreposées le 22 avril 2016 à Nairobi par les services de protection de la nature

Pékin (AFP) – La Chine va interdire tout commerce et transformation de l’ivoire dans le pays d’ici fin 2017, a annoncé vendredi son gouvernement, une décision qui pourrait « changer la donne » selon les défenseurs des éléphants africains.

« Afin de mieux protéger les éléphants et mieux combattre les trafics, (la Chine) va arrêter peu à peu la vente et la transformation à des fins commerciales d’ivoire et d’objets en ivoire », et ce d’ici fin 2017, a indiqué dans un communiqué le Conseil d’Etat, gouvernement du régime communiste.

Une première vague d’ateliers et de vendeurs devront cesser leurs activités dès le 31 mars, a-t-il précisé, et les autres devront faire de même « dans les délais impartis ».

L’ivoire est très recherché en Chine, où il peut atteindre jusqu’à 1.050 euros le kilo et est considéré comme le symbole d’un statut social élevé, et la forte demande du pays alimente le massacre de dizaines de milliers de pachydermes africains par an.

Cette annonce de Pékin s’inscrit dans le prolongement de la décision chinoise annoncée en mars d’étendre l’interdiction d’importation de l’ivoire et de ses produits dérivés acquis avant 1975.

L’interdiction totale dévoilée vendredi affectera « 34 entreprises de transformation de l’ivoire et 143 centres de commerce, des dizaines devant fermer d’ici mars 2017 », a assuré Chine nouvelle.

Selon les associations de protection de la nature, plus de 20.000 éléphants ont été massacrés pour leur ivoire l’an dernier et des chiffres similaires ont été avancés les années précédentes. Seuls quelque 415.000 éléphants subsistent encore, selon le Fonds mondial pour la nature (World Wildlife Fund).

-Pression sur Hong Kong-

Pékin est signataire de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de la flore sauvages menacées d’extinction (Cites), qui interdit presque toutes les formes de négoce international sur les défenses d’éléphants.

Mais la Chine n’en est pas moins le principal consommateur mondial d’ivoire de contrebande.

Par ailleurs, les ventes d’ivoire ouvragé restaient légales dans le pays, même si Pékin en avait toutefois interdit l’importation en 2015. A l’image d’autres pays, la Chine permettait également la revente d’ivoire acheté avant l’interdiction de la Cites en 1989.

Le WWF s’est félicité de la décision chinoise, saluant « le calendrier déterminé de la Chine pour sauver les éléphants de l’extinction ».

Mais l’organisation souhaite que Hong Kong –territoire chinois doté d’une large autonomie et de ses propres lois– arrête à son tour le commerce de l’ivoire d’ici 2021.

« Avec le marché chinois fermé, Hong Kong peut devenir le marché favori des trafiquants pour blanchir l’ivoire illégal sous couverture du commerce légal de l’ivoire », a estimé une responsable de WWF, Cheryl Lo.

Entre 800 et 900 affaires de contrebande d’ivoire sont mises au jour en Chine continentale chaque année, selon les statistiques des douanes. Et plus de la moitié des entreprises engagées dans le commerce légal de l’ivoire sont aussi impliquées dans des transactions illégales.

Les Etats-Unis, deuxième plus gros consommateur d’ivoire illégal après la Chine, a annoncé en juin une interdiction presque totale du commerce d’ivoire provenant d’éléphants africains, avec toutefois de notables exceptions comme les antiquités.

De même, la Chine continuera d’autoriser des ventes aux enchères d’antiquités en ivoire dûment identifiés et provenant de « sources légitimes », un processus placé sous « étroite supervision », a indiqué vendredi le gouvernement chinois.

La sculpture sur ivoire est un art ancien en Chine et les objets finement ouvragés –souvent des scènes tirées de la tradition bouddhiste, mais aussi des sceaux ou de simples baguettes– y sont très prisés des collectionneurs.

Protection des éléphants. Les messages

contradictoires de l’Onu

  • le nombre d'éléphants africains victimes des trafics s'est dramatiquement accru pour atteindre 110 000 têtes au cours de la dernière décennie.
    le nombre d’éléphants africains victimes des trafics s’est dramatiquement accru pour atteindre 110 000 têtes au cours de la dernière décennie. | Reuters

La question des éléphants et l’ivoire sont au cœur de la réunion de la Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées d’extinction (Cites), à Johannesburg, en Afrique du sud. Ce week-end, les 182 pays présents ont voté pour une fermeture des marchés locaux de l’ivoire. Mais, aujourd’hui, certains pays africains veulent un nouveau feu vert pour écouler leurs réserves d’ivoire, confisqué ou provenant d’éléphants morts naturellement.

Difficile de s’y retrouver dans les débats sur la protection des éléphants et la lutte contre le commerce illégal de l’ivoire. Ce week-end, les 182 pays présents ont voté à l’unanimité une résolution dénonçant les marchés intérieurs de vente d’ivoire qui « contribuent à la contrebande et au commerce illégal ». Le texte, qui demande leur fermeture de ces marchés locaux, a même reçu le soutien de la Chine, un pays qui pèse très lourd dans la demande d’or blanc.

Même si le texte n’a pas de valeur juridique contraignante, il est considéré comme un pas très important par ceux qui veulent interdire toute forme de commerce. Le Fonds mondial pour la protection de la faune sauvage (WWF) a salué un « coup de main important » de la Cites. Actuellement, seul le commerce international d’ivoire est officiellement interdit depuis 1989. Le souci, c’est qu’en maintenant l’autorisation de travailler et de vendre de l’ivoire sur un marché national, on pousse les trafiquants à y faire entrer illégalement de l’ivoire.

Ecouler les stocks

Preuve que le débat sur l’ivoire est loin d’être tranché, la même Cites qui voté ce week-end pour la fermeture des marchés locaux, va devoir se prononcer, ce lundi, sur la demande de plusieurs pays d’Afrique australe, de pouvoir exceptionnellement écouler leur stock.

Le Zimbabwe comme la Namibie, dont les populations de pachydermes ont été bien moins décimées que dans d’autres pays voisins, ont sollicité à Johannesburg un nouveau feu vert pour écouler leurs réserves d’ivoire confisqué ou provenant d’éléphants décédés de mort naturelle. Les deux pays sont notamment soutenus par l’Afrique du Sud et la Zambie. L’objectif est, officiellement, de dégager des ressources pour leurs programmes de protection.

La proposition est violemment dénoncée par 29 autres pays africains, emmenés par le Kenya, qui veulent au contraire renforcer les interdictions

Les Etats refusent de renforcer la protection des éléphants d’Afrique

Biodiversité  |   Laurent Radisson

Les Etats parties à la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction (Cites) ont refusé d’inscrire la totalité des éléphants d’Afrique dans son annexe I censée apporter la protection la plus forte. Cette décision a été prise lundi 3 octobre lors de la 17e conférences des parties (COP17) qui se tient en ce moment à Johannesbourg (Afrique du Sud).

« C’est une tragédie pour les éléphants. Alors que nous assistons à une augmentation si dramatique de l’abattage des éléphants pour l’ivoire, le moment était venu pour la communauté internationale de monter au créneau et de dire « plus jamais ça ! »« , réagit Kelvin Alie, directeur du programme de la faune sauvage du Fonds international pour la protection des animaux (Ifaw).

« L’Annexe I aurait contribué à rétablir la paix », réagit l’association Robin des Bois à cette « mauvaise nouvelle« . Pour l’ONG, le braconnage engendre la guerre civile. « Les gardes, les braconniers meurent par centaines et laissent derrière eux des épouses et des orphelins« , dénonce-t-elle.

Au final, les Parties se sont mises d’accord sur un simple encouragement des Etats à fermer leur marché s’il est démontré qu’il contribue au braconnage et au commerce illégal. « Il est vraiment dommage que des pays possédant un marché de l’ivoire légal ignorent les risques que comportent ces marchés pour les populations d’éléphants et les populations locales, car ils offrent la possibilité de blanchir l’ivoire illégal, sous couvert de légalité« , déplore Kelvin Alie qui se félicite toutefois de l’engagement de la Chine à œuvrer pour la fermeture des marchés domestiques.

La réouverture du commerce international refusée

Les Parties à la convention ont en revanche rejeté les propositions de la Namibie et du Zimbabwe de supprimer les restrictions sur le commerce de leur population d’éléphants, ce qui aurait rouvert le commerce international de l’ivoire.

« Rouvrir un quelconque commerce de l’ivoire viendrait compromettre les efforts mis en œuvre pour protéger les éléphants, réagit Ginette Hemley du Fonds mondial pour la nature (WWF) en se félicitant de ce vote. Cela donnerait aussi aux organisations criminelles l’opportunité de blanchir l’ivoire issu du braconnage, empêchant la bonne application des lois, et ruinerait le travail entrepris pour réduire la demande des consommateurs qui est à l’origine de ce braconnage de masse« , explique-t-elle.

La Chine va interdire le commerce d’ivoire d’ici fin 2017

La Chine va interdire tout commerce et transformation de l’ivoire dans le pays d’ici fin 2017, a annoncé vendredi son gouvernement, une décision qui pourrait « changer la donne » selon les défenseurs des éléphants africains.

« Afin de mieux protéger les éléphants et mieux combattre les trafics, (la Chine) va arrêter peu à peu la vente et la transformation à des fins commerciales d’ivoire et d’objets en ivoire », et ce d’ici fin 2017, a indiqué dans un communiqué le Conseil d’Etat, gouvernement du régime communiste.
Une première vague d’ateliers et de vendeurs devront cesser leurs activités dès le 31 mars, a-t-il précisé, et les autres devront faire de même « dans les délais impartis ».
L’ivoire est très recherché en Chine, où il peut atteindre jusqu’à 1.050 euros le kilo et est considéré comme le symbole d’un statut social élevé, et la forte demande du pays alimente le massacre de dizaines de milliers de pachydermes africains par an.
Cette annonce de Pékin s’inscrit dans le prolongement de la décision chinoise annoncée en mars d’étendre l’interdiction d’importation de l’ivoire et de ses produits dérivés acquis avant 1975.
L’interdiction totale dévoilée vendredi affectera « 34 entreprises de transformation de l’ivoire et 143 centres de commerce, des dizaines devant fermer d’ici mars 2017 », a assuré Chine nouvelle.
Selon les associations de protection de la nature, plus de 20.000 éléphants ont été massacrés pour leur ivoire l’an dernier et des chiffres similaires ont été avancés les années précédentes. Seuls quelque 415.000 éléphants subsistent encore, selon le Fonds mondial pour la nature (World Wildlife Fund).
-Pression sur Hong Kong-
Pékin est signataire de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de la flore sauvages menacées d’extinction (Cites), qui interdit presque toutes les formes de négoce international sur les défenses d’éléphants.
Mais la Chine n’en est pas moins le principal consommateur mondial d’ivoire de contrebande.
Par ailleurs, les ventes d’ivoire ouvragé restaient légales dans le pays, même si Pékin en avait toutefois interdit l’importation en 2015. A l’image d’autres pays, la Chine permettait également la revente d’ivoire acheté avant l’interdiction de la Cites en 1989.
Le WWF s’est félicité de la décision chinoise, saluant « le calendrier déterminé de la Chine pour sauver les éléphants de l’extinction ».
Mais l’organisation souhaite que Hong Kong –territoire chinois doté d’une large autonomie et de ses propres lois– arrête à son tour le commerce de l’ivoire d’ici 2021.
« Avec le marché chinois fermé, Hong Kong peut devenir le marché favori des trafiquants pour blanchir l’ivoire illégal sous couverture du commerce légal de l’ivoire », a estimé une responsable de WWF, Cheryl Lo.
Entre 800 et 900 affaires de contrebande d’ivoire sont mises au jour en Chine continentale chaque année, selon les statistiques des douanes. Et plus de la moitié des entreprises engagées dans le commerce légal de l’ivoire sont aussi impliquées dans des transactions illégales.
Les Etats-Unis, deuxième plus gros consommateur d’ivoire illégal après la Chine, a annoncé en juin une interdiction presque totale du commerce d’ivoire provenant d’éléphants africains, avec toutefois de notables exceptions comme les antiquités.
De même, la Chine continuera d’autoriser des ventes aux enchères d’antiquités en ivoire dûment identifiés et provenant de « sources légitimes », un processus placé sous « étroite supervision », a indiqué vendredi le gouvernement chinois.
La sculpture sur ivoire est un art ancien en Chine et les objets finement ouvragés –souvent des scènes tirées de la tradition bouddhiste, mais aussi des sceaux ou de simples baguettes– y sont très prisés des collectionneurs.

La Chine va interdire le commerce d’ivoire d’ici fin 2017

Des défenses d'éléphants entreposées le 22 avril 2016 à Nairobi par les services de protection de la nature / AFP/Archives

Des défenses d’éléphants entreposées le 22 avril 2016 à Nairobi par les services de protection de la nature / AFP/Archives

La Chine va interdire tout commerce et transformation de l’ivoire dans le pays d’ici fin 2017, a annoncé vendredi son gouvernement, une décision qui pourrait « changer la donne » selon les défenseurs des éléphants africains.

« Afin de mieux protéger les éléphants et mieux combattre les trafics, (la Chine) va arrêter peu à peu la vente et la transformation à des fins commerciales d’ivoire et d’objets en ivoire », et ce d’ici fin 2017, a indiqué dans un communiqué le Conseil d’Etat, gouvernement du régime communiste.

Une première vague d’ateliers et de vendeurs devront cesser leurs activités dès le 31 mars, a-t-il précisé, et les autres devront faire de même « dans les délais impartis ».

L’ivoire est très recherché en Chine, où il peut atteindre jusqu’à 1.050 euros le kilo et est considéré comme le symbole d’un statut social élevé, et la forte demande du pays alimente le massacre de dizaines de milliers de pachydermes africains par an.

Cette annonce de Pékin s’inscrit dans le prolongement de la décision chinoise annoncée en mars d’étendre l’interdiction d’importation de l’ivoire et de ses produits dérivés acquis avant 1975.

L’interdiction totale dévoilée vendredi affectera « 34 entreprises de transformation de l’ivoire et 143 centres de commerce, des dizaines devant fermer d’ici mars 2017 », a assuré Chine nouvelle.

Selon les associations de protection de la nature, plus de 20.000 éléphants ont été massacrés pour leur ivoire l’an dernier et des chiffres similaires ont été avancés les années précédentes. Seuls quelque 415.000 éléphants subsistent encore, selon le Fonds mondial pour la nature (World Wildlife Fund).

-Pression sur Hong Kong-

Pékin est signataire de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de la flore sauvages menacées d’extinction (Cites), qui interdit presque toutes les formes de négoce international sur les défenses d’éléphants.

Mais la Chine n’en est pas moins le principal consommateur mondial d’ivoire de contrebande.

Par ailleurs, les ventes d’ivoire ouvragé restaient légales dans le pays, même si Pékin en avait toutefois interdit l’importation en 2015. A l’image d’autres pays, la Chine permettait également la revente d’ivoire acheté avant l’interdiction de la Cites en 1989.

Le WWF s’est félicité de la décision chinoise, saluant « le calendrier déterminé de la Chine pour sauver les éléphants de l’extinction ».

Mais l’organisation souhaite que Hong Kong –territoire chinois doté d’une large autonomie et de ses propres lois– arrête à son tour le commerce de l’ivoire d’ici 2021.

« Avec le marché chinois fermé, Hong Kong peut devenir le marché favori des trafiquants pour blanchir l’ivoire illégal sous couverture du commerce légal de l’ivoire », a estimé une responsable de WWF, Cheryl Lo.

Entre 800 et 900 affaires de contrebande d’ivoire sont mises au jour en Chine continentale chaque année, selon les statistiques des douanes. Et plus de la moitié des entreprises engagées dans le commerce légal de l’ivoire sont aussi impliquées dans des transactions illégales.

Les Etats-Unis, deuxième plus gros consommateur d’ivoire illégal après la Chine, a annoncé en juin une interdiction presque totale du commerce d’ivoire provenant d’éléphants africains, avec toutefois de notables exceptions comme les antiquités.

De même, la Chine continuera d’autoriser des ventes aux enchères d’antiquités en ivoire dûment identifiés et provenant de « sources légitimes », un processus placé sous « étroite supervision », a indiqué vendredi le gouvernement chinois.

La sculpture sur ivoire est un art ancien en Chine et les objets finement ouvragés –souvent des scènes tirées de la tradition bouddhiste, mais aussi des sceaux ou de simples baguettes– y sont très prisés des collectionneurs.

La Chine en finira en 2017 avec le commerce de l’ivoire sur son territoire

Entre 800 et 900 affaires de contrebande d'ivoire sont mises au jour en Chine continentale chaque année, selon les statistiques des douanes

La Chine interdira dans le pays tout commerce et transformation de l’ivoire, très prisé dans l’empire du Milieu, d’ici fin 2017. Une décision qui pourrait « changer la donne » selon les défenseurs des éléphants africains.



==========

réactions

Eschalier Marc                    Pourquoi pas maintenant ????? Quelle honte

FAYS-LONG DENIS           Une nouvelle occasion de s’enrichir pour les trafiquants et les spéculateurs. Il va y avoir un bond énorme du trafic et du braconnage pour engranger un maximum d’ivoire avant l’interdiction totale. Et derrière, ce sont les salles des ventes qui vont flamber.

  • KymKym                     Ben y serait temps ( va interdire ) donc, pas encore commencé, et qu’elle se dépêche la Chine !!………

    grincheux59       mais avant cette date la chine va accélérer le trafic de l’ivoire

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s