L’énergie en questions

7

Electricité : EDF veut couper le courant à ses concurrents

Par latribune.fr  (Avec AFP)
"Il est impératif qu'EDF se prépare à maîtriser la situation pour assurer la continuité de l'approvisionnement", écrit la ministre.
« Il est impératif qu’EDF se prépare à maîtriser la situation pour assurer la continuité de l’approvisionnement », écrit la ministre. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
À l’approche de l’hiver, et alors que de nombreux réacteurs sont en travaux, le groupe demande à l’Etat la suspension temporaire de l’accord permettant aux autres opérateurs d’acheter de l’électricité. Auparavant, Ségolène Royal avait mis en garde EDF sur le risque de pénurie.

Confronté à la fermeture pour des contrôles d’une partie de son parc nucléaire, EDF a demandé vendredi à l’Etat de suspendre temporairement le mécanisme d’accès régulé à l’électricité nucléaire historique (Arenh).

Ce dispositif, introduit par la loi NOME sur l’énergie de 2010, permet aux opérateurs alternatifs qui le souhaitent d’acheter des volumes d’électricité à EDF dans le but de favoriser le développement d’offres concurrentes à celles de l’opérateur historique.

Des arrêts de réacteurs non programmés pour des raisons de sécurité

Sur les 58 réacteurs exploités par EDF en France, 20 étaient hors service mercredi, selon RTE, le gestionnaire du réseau électrique à haute tension. La plupart sont arrêtés pour maintenance classique, comme c’est habituellement le cas avant l’hiver. Pour sept d’entre eux, ces arrêts planifiés ont été mis à profit pour inspecter leurs générateurs de vapeur.

Ces composants clés sont suspectés de présenter une concentration excessive en carbone de leur acier, susceptible de les affaiblir. À la demande de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), cinq réacteurs supplémentaires seront arrêtés au cours des prochaines semaines pour examen, sans forcément attendre leur maintenance. Au total, 18 réacteurs sont potentiellement concernés par cette anomalie, dont six ont déjà redémarré après inspection.

« Compte tenu de ces circonstances, de leur répercussion sur le marché de gros de l’électricité et des effets spéculatifs qui en résultent« , EDF demande ainsi à l’Etat de prendre « toutes les mesures nécessaires, dans le cadre du mécanisme d’Accès régulé à l’électricité nucléaire historique (ARENH), incluant, le cas échéant, la suspension temporaire du dispositif ».

Royal s’inquiète

La ministre de l’Environnement Ségolène Royal avait auparavant écrit à EDF pour lui enjoindre d' »assurer la continuité de l’approvisionnement » en électricité du pays, en dépit de l’arrêt prochain de plus d’un tiers du parc nucléaire, dans une lettre citée vendredi par Le Parisien.

« Il est impératif qu’EDF se prépare à maîtriser la situation pour assurer la continuité de l’approvisionnement« , écrit la ministre dans son courrier adressé au Pdg d’EDF, Jean-Bernard Lévy et daté du 10 octobre.

« La sécurité d’approvisionnement du territoire français en électricité doit être assurée. EDF, premier producteur d’électricité en France, est dépositaire d’une forte responsabilité dans la garantie de cet approvisionnement », insiste-t-elle.

Va-t-on manquer d’électricité cet hiver en France ?

L’Hexagone est hautement « thermosensible »: la popularité du chauffage électrique fait qu’une baisse d’un degré de la température hivernale représente une consommation additionnelle de courant de l’ordre de 2.400 mégawatts (MW), l’équivalent d’une agglomération comme Marseille.

« Les arrêts sont réalisés aujourd’hui, justement pour avoir le maximum de réacteurs possibles au coeur de l’hiver », veut rassurer EDF, dont les réacteurs stoppés ont déjà entraîné une hausse des prix sur le marché européen de l’électricité.

Pour RTE, il est toutefois « trop tôt » pour se prononcer. Le gestionnaire met la dernière main à son étude prévisionnelle sur les capacités du pays à faire face à ses besoins pour l’hiver, qu’il présentera début novembre.

« Les prévisions relatives à l’équilibre offre-demande d’électricité présentées jusqu’ici par EDF ne prennent pas en compte ce risque d’indisponibilité accrue du parc nucléaire« , s’inquiète Ségolène Royal dans sa lettre.

EDF : pas de risque de pénurie cet hiver, assure Ségolène Royal

Marianne Davril — ©2016, Boursier.com

FR0010242511

L’électricien a dû arrêter cinq de ses réacteurs nucléaires. L’occasion, estime la ministre, de mener une action de sensibilisation pour faire des économies d’énergie…

(Boursier.com) — Il n’y aura pas de pénurie d’électricité cet hiver, a encore assuré la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal sur ‘Europe 1’, alors que l’Autorité de sûreté nucléaire a récemment demandé l’arrêt de cinq réacteurs exploités par EDF

C’est même « une très bonne chose, qu’un certain nombre de réacteurs soient contrôlés », a-t-elle estimé. Fin octobre, la ministre n’avait pourtant pas caché ses inquiétudes, adressant un courrier à EDF pour s’assurer des capacités d’approvisionnement en électricité.

EDF révise ses objectifs de production nucléaire

Jeudi, EDF a une nouvelles fois abaissé ses prévisions de production nucléaire pour l’année 2016 de 380-390 TWh à 378-385 TWh. L’énergéticien a dû reporter à fin décembre 2016, le redémarrage de 5 réacteurs : Bugey 4, Gravelines 2, et Tricastin 1, 3 et 4.

Une annonce qui a lourdement pesé sur le titre, à la Bourse de Paris. L’action perd plus de 4% ce vendredi en Bourse de Paris, de retour sous la zone symbolique des 10 euros.

Economies d’énergie

Actuellement, 19.300 mégawatts (MW), soit 30,51% de la capacité de production d’électricité nucléaire de la France, sont indisponibles selon des estimations de Reuters.

Pour autant, grâce aux mesures d’efficacité énergétique, la consommation en électricité des ménages est orientée à la baisse. Elle se contracterait de 1,5% entre 2015 et 2021, selon un bilan prévisionnel établi par RTE.

Un mouvement que souhaite amplifier la ministre de l’Environnement. La baisse de la production nucléaire est « une occasion extraordinaire de lancer un mouvement citoyen d’économies d’énergie », a-t-elle fait valoir.

«Il n’y aura pas de pénurie d’électricité cet hiver», assure Ségolène Royal

ENERGIE Vingt des 58 réacteurs nucléaires d’EDF sont actuellement arrêtés, dont 12 pour des contrôles de sûreté…

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal
La ministre de l’Ecologie Ségolène Royal – ALAIN JOCARD / AFP

20 Minutes avec AFP

Ségolène Royal a tenu à rassurer les Français. La ministre de l’Environnement et de l’Energie a affirmé ce vendredi que la France ne connaîtrait pas de pénurie d’électricité cet hiver, malgré l’arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires d’EDF pour des contrôles de sûreté.

« Non, il n’y a pas de risque de pénurie », a déclaré la ministre, interrogée sur Europe 1. « C’est une très bonne chose, finalement, qu’un certain nombre de réacteurs soient contrôlés sous la responsabilité de l’Autorité de sûreté nucléaire », a-t-elle ajouté.

>> A lire aussi : Avec 21 réacteurs nucléaires à l’arrêt, la France va-t-elle manquer d’électricité cet hiver ?

Une campagne sur les économies d’énergie

« C’est aussi une occasion extraordinaire de lancer une campagne – que je vais lancer dans quelque temps – sur les économies d’énergie », a-t-elle poursuivi. « Savez-vous, par exemple, que si tous les Français éteignent, dans tous les bureaux et dans tous les domiciles, les appareils en veille, c’est l’équivalent d’un réacteur nucléaire ? »

>> A lire aussi : EDF lance un site qui aide à faire des économies d’énergie

Vingt des 58 réacteurs nucléaires d’EDF étaient arrêtés vendredi, dont 12 pour des contrôles de sûreté demandés par l’Autorité de sûreté nucléaire en raison d’une teneur excessive en carbone dans l’acier de leurs générateurs de vapeur, une anomalie susceptible d’affaiblir leur résistance.

.

Pas de pénurie d’électricité cet hiver, assure Ségolène Royal

Il n’y aura pas de pénurie d’électricité cet hiver, malgré l’arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires EDF pour des contrôles de sûreté demandés par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en raison d’une teneur excessive en carbone dans l’acier de leurs générateurs de vapeur, a assuré Ségolène Royal sur Europe 1 ce vendredi.
« Savez-vous, par exemple, que si tous les Français éteignent, dans tous les bureaux et dans tous les domiciles, les appareils en veille, c’est l’équivalent d’un réacteur nucléaire? », a interrogé Ségolène Royal.           ©Amez Ugo/Sipa

La ministre de l’Environnement et de l’Energie, Ségolène Royal, a assuré ce vendredi 4 que la France ne connaîtrait pas de pénurie d’électricité cet hiver, malgré l’arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires d’EDF pour des contrôles de sûreté. « Non, il n’y a pas de risque de pénurie », a déclaré Mme Royal, interrogée sur la radio Europe 1.

« C’est une très bonne chose, finalement, qu’un certain nombre de réacteurs soient contrôlés sous la responsabilité de l’Autorité de sûreté nucléaire », a-t-elle ajouté. « C’est aussi une occasion extraordinaire de lancer une campagne – que je vais lancer dans quelque temps – sur les économies d’énergie », a-t-elle poursuivi. « Savez-vous, par exemple, que si tous les Français éteignent, dans tous les bureaux et dans tous les domiciles, les appareils en veille, c’est l’équivalent d’un réacteur nucléaire? »

Vingt des 58 réacteurs nucléaires d’EDF étaient arrêtés ce vendredi, dont douze pour des contrôles de sûreté demandés par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en raison d’une teneur excessive en carbone dans l’acier de leurs générateurs de vapeur, une anomalie susceptible d’affaiblir leur résistance.

Royal: la France ne connaîtra pas de pénurie d’électricité cet hiver

Par AFP
961591-la-ministre-francaise-de-l-environnement-et-de-l-energie-segolene-royal-a-l-elysee-le-2-novembre-201La ministre française de l’Environnement et de l’Energie Ségolène Royal à l’Elysée le 2 novembre 2016

La ministre de l’Environnement et de l’Energie, Ségolène Royal, a assuré vendredi que la France ne connaîtrait pas de pénurie d’électricité cet hiver, malgré l’arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires d’EDF pour des contrôles de sûreté.

«Non, il n’y a pas de risque de pénurie», a déclaré Mme Royal, interrogée sur la radio Europe 1.

«C’est une très bonne chose, finalement, qu’un certain nombre de réacteurs soient contrôlés sous la responsabilité de l’Autorité de sûreté nucléaire», a-t-elle ajouté.

«C’est aussi une occasion extraordinaire de lancer une campagne – que je vais lancer dans quelque temps – sur les économies d’énergie», a-t-elle poursuivi. «Savez-vous, par exemple, que si tous les Français éteignent, dans tous les bureaux et dans tous les domiciles, les appareils en veille, c’est l’équivalent d’un réacteur nucléaire?»

Vingt des 58 réacteurs nucléaires d’EDF étaient arrêtés vendredi, dont douze pour des contrôles de sûreté demandés par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en raison d’une teneur excessive en carbone dans l’acier de leurs générateurs de vapeur, une anomalie susceptible d’affaiblir leur résistance.

Électricité : bientôt la pénurie en France ?

Près d’un réacteur nucléaire sur trois à l’arrêt pour maintenance. Nos centrales produiront-elles assez d’électricité cet hiver pour faire fonctionner les radiateurs des Français ? Un risque de pénurie au moment où la demande est la plus forte avec une chute des températures attendue dans les prochains jours.La ministre de l’Écologie s’inquiète. Ségolène Royal demande à EDF un plan d’action pour maîtriser la situation. Parmi les solutions : acheter de l’électricité à l’étranger. Pas de risque donc de coupures selon un expert, mais déjà une conséquence avec une flambée des prix sur le marché de gros où les fournisseurs achètent et revendent l’électricité. C’est + 50% pour les mégawatts livrés la semaine prochaine. EDF se veut toutefois rassurante, l’entreprise assure tout faire pour qu’un maximum de réacteurs soient remis en service d’ici janvier.Le JT JT de 20h du mardi 1 novembre 2016 L’intégraleLes autres sujets du JT1 Autour de Mossoul, des combats acharnés contre l’Etat islamique 2 Irak : les forces irakiennes avancent dans Mossoul 3 EDF : les problèmes dus à la modernisation des centrales nucléaires 4 Informatique : le grand fichier des données personnelles fait débat 5 États-Unis : une nouvelle affaire embarrasse le clan Clinton 6 États-Unis : un dernier sondage donne Donald Trump vainqueur 7 Chine : de nouveaux avions furtifs 8 Politique : Alain Rousset dément avoir demandé à François Hollande de « la fermer » 9 Assistants parlementaires : l’Union européenne réclame 339 000 euros au Front national 10 Autisme : le témoignage d’Evan, jeune collégien 11 Consommation : la pause déjeuner, un vrai business A lire aussiJT de 20h du mardi 1 novembre 2016JT de 20h du lundi 31 octobre 2016JT de 20h du dimanche 30 octobre 2016JT de 20h du samedi 29 octobre 2016JT de 20h du vendredi 28 octobre 2016

Risque de pénurie d’électricité : l’avertissement de Royal au patron d’EDF

Le Parisien

Erwan Benezet 


Le Parisien: Ségolène Royal a jugé la situation suffisamment préoccupante pour écrire à Jean-Bernard Lévy, le patron d’EDF.© AFP/ADAM BERRY, AFP/ERIC PIERMONT Ségolène Royal a jugé la situation suffisamment préoccupante pour écrire à Jean-Bernard Lévy, le patron d’EDF. Quand Ségolène Royal n’est pas contente, elle prend la plume. Dans un courrier que nous nous sommes procuré (lire ci-dessous), en date du 10 octobre et adressé au PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, la ministre de l’Energie et de l’Ecologie demande des garanties sur l’approvisionnement en électricité cet hiver. En cause, la demande par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de mise à l’arrêt de plusieurs réacteurs.

Le ton employé par la ministre traduit une certaine fébrilité. La lettre commence en effet par un rappel des devoirs de l’électricien français : « La sécurité d’approvisionnement du territoire français en électricité doit être assurée, écrit-elle. EDF, premier producteur d’électricité en France, est dépositaire d’une forte responsabilité dans la garantie de cet approvisionnement. » Avant l’été, sur les 58 réacteurs nucléaires français (dans 19 centrales), 18 ont en effet été identifiés comme pouvant présenter des anomalies dans le forgeage de générateurs de vapeur. Après contrôle, six réacteurs ont finalement été autorisés à redémarrer. Sept autres sont en cours d’inspection. Au moment où la lettre est écrite, les cinq restants (Fessenheim, Tricastin, Gravelines et Civaux) tournent encore normalement. Mais Ségolène Royal semble déjà prévoir leur prochaine mise à l’arrêt, puisqu’elle demande à Jean-Bernard Lévy « d’anticiper d’éventuelles demandes de l’ASN conduisant à des indisponibilités supplémentaires de certains réacteurs ». Ce qui ne manque pas d’arriver huit jours plus tard (nos éditions du 19 octobre).

Pour que la ministre se fende d’un courrier au patron d’EDF, c’est qu’elle juge la situation préoccupante. Elle n’est pas la seule d’ailleurs. Les ingénieurs de RTE (Réseau de transport d’électricité) travaillent jour et nuit depuis deux jours pour revoir tous leurs calculs. « Nous devons repousser de deux semaines notre présentation des différents scénarios de passage de l’hiver », explique-t-on à la filiale d’EDF chargée d’assurer l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité. Il leur faut en effet croiser 700 millions de données avec 200 simulations climatiques fournies par Météo France, pour sortir quatre hypothèses : hiver doux ou normal ; vague de froid décennale ou centennale.

EDF se veut rassurant

Douze réacteurs nucléaires en moins, c’est une perte de 11 000 MW qui oblige RTE à tirer sur d’autres ressources, qui ne sont pas illimitées : le renouvelable (éolien et solaire) et l’hydraulique (rivières, barrages, usines marémotrices). Mais également des importations en provenance d’Allemagne, de Suisse, d’Italie, d’Espagne et de Grande-Bretagne (pour une capacité maximale de 12 000 MW).

L’exercice est donc loin d’être simple. Et dépend énormément de la météo. Car 1 oC de température en moins représente 2 400 MW d’électricité consommée en plus. Jean-Bernard Lévy a-t-il une petite grenouille dans son bureau, qui lui donne les prévisions météo ? Il s’est en tout cas voulu rassurant dans sa réponse à Ségolène Royal, en date du 14 octobre, en mettant en avant la « mobilisation », la « diligence » et le « professionnalisme » de ses équipes.

(LP/Frédéric Dugit)

SÉGOLÈNE ROYAL, ministre de l’Energie

« Les prévisions relatives à l’équilibre offre-demande d’électricité présentées jusqu’ici par EDF ne prennent pas en compte ce risque d’indisponibilité accrue du parc nucléaire. Il est impératif qu’EDF se prépare à maîtriser la situation pour assurer la continuité de l’approvisionnement… » [extrait de la lettre envoyée à EDF le 10 octobre]

sÉgolÈne royal, ministre de l’Énergie

publié par redacweb6352

(Reuters)

JEAN-BERNARD LÉVY, PDG D’EDF

« Nous connaissons une situation plus difficile qu’habituellement à cette période de l’année. (…) On ne peut écarter l’hypothèse que tout ou partie des 12 réacteurs en cause ne puissent être disponibles pendant la période hivernale (…) Les moyens sur le système électrique pourraient s’avérer insuffisants… » [La réponse du patron d’EDF, quatre jours plus tard]

jean-bernard lÉvy, pdg d’edf

Risque « modéré » de pénurie de courant cet hiver

Levée du jour à Cesson-Sevigné dans l'ouest de la France. - Damien Meyer AFP
Levée du jour à Cesson-Sevigné dans l’ouest de la France. Damien Meyer AFP

On ne devrait pas manquer d’électricité cet hiver en France. Selon RTE, qui gère le réseau national de lignes à haute tension, le risque de rupture d’approvisionnement est « modéré ». La filiale d’EDF se méfie toutefois d’une période de froid « intense et durable » qui pourrait contraindre la France à s’approvisionner auprès de pays voisins, comme l’an dernier.

« La situation prévisionnelle de l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité en France continentale présente un risque de rupture d’approvisionnement modéré pour l’ensemble de l’hiver 2012-2013 », a prévenu RTE ce jeudi dans un communiqué. L’entreprise juge toutefois que, comme les hivers précédents, cette situation prévisionnelle est « satisfaisante ». Selon les prévisions de RTE pour l’hiver 2012-2013, un pic de consommation de 84 500 mégawatts devrait être atteint durant la deuxième semaine de janvier en cas de conditions météorolgiques « normales. Ces chiffres sont en très légère hausse par rapport à l’hiver dernier. Mais de tels besoins devraient être largement couverts par les moyens de production d’électricité nationaux, sans recours à des importations d’électricité, grâce notamment à l’augmentation du parc électrique français. La capacité de production disponible sera meilleure qu’un an plus tôt et similaire entre janvier et mars.

En revanche, en cas de froid « intense et durable » avec des températures inférieures aux normales de 6 à 8°C, ou si d’importantes capacités de production venaient à manquer, les fournisseurs pourraient devoir s’approvisionner à l’étranger pour satisfaire les besoins du pays en courant. Mais les niveaux d’importation nécessaires (5 400 MW) « resteraient compatibles avec les capacités du réseau électrique ». En hiver, en raison de la fort proportion de radiateurs électriques dans les foyers français, la moindre chute des températures fait grimper brutalement la consommation d’électricité, surtout lors des pointes journalières d’utilisation du courant (en fin de matinée et en début de soirée).

Dernier « black-out » en France en 1978

L’an dernier, la consommation nationale d’électricité avait pulvérisé tous les records en raison d’une vague de froid particulièrement rude. Elle avait culminé à 102 100 mégawatts le 8 février à 19 heures, selon RTE. Malgré cela, le système électrique national avait tenu le choc sans problème, grâce à la mobilisation des usines électriques de l’Hexagone (parc nucléaire, centrales thermiques, barrages hydrauliques…) et à des importations massives de courant depuis les pays voisins.

Comme chaque hiver, RTE se tient prêt à demander aux habitants de la Bretagne et de la partie est de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur de modérer leur consommation d’électricité, grâce au dispositif « Ecowatt ». Ces zones, considérées comme des « péninsules électriques », sont particulièrement exposées aux risques de pannes. Elle ne produisent qu’une fraction du courant qu’elles consomment, une faiblesse aggravée par le fait qu’elles sont situées à des extrémités du réseau électrique, ce qui limite les possibilités de les alimenter depuis le reste du territoire. Outre ces appels au civisme, de lourds investissements ont été réalisées ou sont en cours pour sécuriser leur alimentation.

Le dernier « black-out » enregistré en France remonte à 1978. Et la dernière grande panne, liée aux répercussions d’un incident sur le réseau allemand, date de novembre 2006.

Risque de pénurie de gaz cet hiver !

13/11/2013 – Auteur : jazz

La semaine dernière, la prévision du gestionnaire du réseau de transport électrique « RTE », jugeait la situation satisfaisante pour la fourniture d’électricité cet hiver mais il n’en serait pas de même apparemment pour le gaz selon GRTgaz (principal gestionnaire de réseau gaz).

Le froid n’est pas encore tout à fait installé, mais le fournisseur GDF Suez s’inquiète sur l’équilibre entre l’offre et la demande pour les prochains mois.

Les analyses prévisionnelles faites par GRTgaz démontrent que le niveau de remplissage des sites de stockage, est nettement insuffisant pour être compensé en totalité par les autres points d’entrée en cas de pointe de froid. La situation est plus tendue que les hivers précédents et demande une extrême vigilance.

La situation actuelle des provisions découle du fait que la différence entre les tarifs de gaz d’été et d’hiver est minime alors que 4 ou 5 ans en arrière les tarifs proposés l’été étaient largement moins chers ce qui permettait aux fournisseurs de stocker.

Ceci dit un contrat est signé entre GRTgaz et les utilisateurs du réseau qui les oblige à répartir correctement leurs sources d’approvisionnement (sites de stockage, terminaux méthaniers, gazoducs) et si cela n’était pas suffisant, les fournisseurs GDF Suez, EDF, ENI et Direct Energie seraient obligés de modifier leur utilisation du système gazier.

Au niveau de l’électricité le RET n’a pas de soucis majeurs à signaler même en cas de froid intense, les importations nécessaires sont compatibles avec les capacités du réseau ainsi qu’avec les marges disponibles des pays limitrophes.

Seulement en 2016, des prévisions pourraient compliquer la situation, en cas de relance économique qui dynamiserait le besoin de puissance, c’est pourquoi la directrice du RET (Réseau de transport d’électricité) appelle régulièrement au renforcement des réseaux et des interconnexions électriques entre les pays européens.

Comparez votre fournisseur électricité et gaz ici

==============

  1. blaincourt  Oh que voilà la belle entreprise dirigée par l’état. Si, si, c’est le slogan des économistes de comptoir : l’état compétent, l’état stratège, la politique industrielle, l’état au dessus des intérêts, etc   mais l’état, c’est toujours la cata : Edf, Dexia, Cr Lyonnais, etc)Edf c’est : surendettement, prix politiques, absence de maintenance !!! productivité défaillante, etc    Alors que la dame du Poitou soit obligée de nous dire que nous aurons de l’électricité, c’est bien la preuve que c’est comme au Venezuela, là où l’état est roi.

    damien35             Il y a clairement au contraire risque de pénurie.

    1/3 de la production en moins, les capacités d’importations en provenance d’Allemagne limitées par la capacité de transport.
    Très peu de possibilités d’importation depuis l’Espagne ou l’Italie ou le Royaume-Uni qui ont peu de marges de production et sont même parfois (cas de l’Italie notamment) structurellement déficitaires.

    Pour peu qu’on traverse une vague de froid intense comme en 2012 et il y aura clairement pénurie et disjonction.

    alcolle                     s’il y a pénurie, les bretons seront les premiers concernés (pas de centrale)

  2. clicpg                      Avec les socialos, il y a Sapin qui fait des prévisions de croissance trop optimistes et Ségolène qui, dès la Toussaint, connaît la rigueur de l’hiver à venir: quelle bande de marchands de sable! Et il y a encore 14 ou 15% de gogos pour croire à tous ces boniments sans ciller..

  3. damien35                 Ségolène Royale tente de rassurer. Il y a deux ans confrontée à la même situation (une large de part du parc nucléaire arrêté), la ministre belge de l’Energie Marie-Christine Marghem avait tenté un exercice de transparence en dévoilant un plan de délestage en cas de pénurie. Ce qui avait plus contribué à paniquer la population qu’à la rassurer.Je ne sais pas ce qui est le mieux. Qu’on l’admette ou non, qu’on dévoile les solutions de délestages retenues ou non, le risque de pénurie il est là et bien là. Personnellement je préfèrerais qu’on l’admette et qu’on discute des solutions dans le cadre de la campagne qui s’en vient.

    Car on ne le résoudra pas en quelques mois. Ni même en quelques années. Ce sera un enjeu majeur du quinquennat à venir. Et des suivants aussi.

    Le risque de pénurie lui-même est d’ailleurs le fruit de plusieurs décennies au moins de mauvais choix, comme celui de laisser se développer massivement le chauffage électrique alors qu’on ne dispose pas d’un parc avec la souplesse de production suffisante pour passer les pointes de consommation hivernales.
    C’est aussi la conséquence de l’insuffisance des investissements dans les moyens de production, de mauvais choix d’investissements aussi.

    Cela n’a rien à voir avec le public ou le privé. EDF est largement publique. Electrabel essentiellement privée et toutes deux sont confrontées au même problème de l’obsolescence de la technologie nucléaire.
    Cela n’a rien à voir avec la droite ou la gauche. Marghem est de droite, Royal de gauche et n’ont pas plus de prise sur des problèmes dont temps caractéristiques vont bien au delà du temps politique.

    J’en viens presque à espérer une vraie pénurie qui paralyse la France quelques semaines et qui oblige les français à s’intéresser enfin de la stratégie énergétique de la France pour les années à venir. Une question bien plus importante que celle des tenues de ces dames à la plage, de la déchéance de nationalité des terroristes kamikaze, le mariage pour tous ou autres (censuré) qui ont fait la une des médias ces derniers temps.

  4. La censure...                Les tentatives de voyance érigées en doctrine politique par les socialistes du Président aux députés en passant par ses ministres se soldent la plupart du temps par bides.Prévoyez donc bougies et bois de chauffage…

    germinal.montgon     il ne faut pas s’inquiéter les éoliennes et le photovoltaïque vont palier au manque d’électricité nucléaire.Le 04/11/2016 à 13h08

  5. damien35                        Elle ne représentent pas loin s’en faut la capacité de production manquante actuellement.
    La France est en retard notamment sur ses objectifs de développement éolien.
    Beaucoup moins que ceux du développement de l’EPR. Mais en retard tout de même.f34rnarko                    Normal damien, personne veut d’éolienne à coté de chez lui donc les gens font des recours !Le 04/11/2016 à 13h56

  6. damien35                    Personne ne veut non plus de centrale nucléaire à coté de chez lui, et surtout pas s’il pèse ne moindre doute sur sa fiabilité, ni de centrale à charbon, ni de…
    Mais tous veulent bien du courant. Mais à force de dire « not in my backyard », il finit pas y avoir pénurie…
    Et les mêmes qui ne voulaient pas de ceci pas de cela râlent contre le manque de moyens de productions.steph                         Comme en GB normalisation des courants nazis. Et bien quel beau monde!

  7. damien35                  Sa collègue belge ne partage pas son avis.
    http://www.lesoir.be/1361589/article ….. ssible-penurie-d-energie-en-belgiquedamien35                 RTE non plus.
    http://www.lemonde.fr/economie/artic ….. ctricite-cet-hiver_5027044_3234.htm

    énergie+                   Electricité na pas de source ni gisement elle est produite par l’alternateur.+une force mécanique le faisant tourner.
    Gattaca@coincoin31:        « vous faites exprès de pas comprendre on dirait. »
    C’est vous qui ne comprenez vraiment rien…

    « ok, cet été ou maintenant, d’où provient l’électricité que vend la france à l’Allemagne à votre avis ? vous etes si naif que ça ? je ne savais pas que les allemands avaient raccordé à la France des lignes hautes tension intelligente capable de distinguer électricité nucléaire du reste … »
    Je ne sais pas comment ils font, je vous dis juste ce que les Allemands ont réclamé dans le contrat. Après, je m’en fous, je ne suis pas allemand, donc je ne me sens pas concerné. Je précise quand même 2 choses. D’une part, l’Allemagne importe très peu d’électricité de France (essentiellement en été, à une époque où bon nombre de réacteurs nucléaires sont au repos), alors qu’elle en exporte bien plus vers la France (essentiellement en hiver). D’autre part, l’Allemagne peut faire appel à des importations françaises sans obligatoirement passer par les interconnexions franco-allemandes.

    « D’ailleurs vous le dites vous même qu’en important d’Allemagne on a soit du fossile, soit du nucléaire, soit du renouvelable. La encore, on ne choisit pas la source d’électricité »
    C’est surtout que la France s’en fout hein…

    « A qui l’Allemagne achete de l’energie ? la france,la republique tcheque et d’autre. La republique tcheque utilise encore des réacteurs nucléaires aussi dangereux que tchernobyl. »
    Mais quel est le rapport avec l’article qui ne parle QUE de la France? Vous pouvez me dire? On a dérivé sur le cas de l’Allemagne, vous allez plus loin en parlant de la République tchèque. Eh bien autant enfoncer le clou: pourquoi ne dites-vous pas que la France importe de l’électricité venant de ces centrales nucléaires tchèques? J’ignore quelle quantité d’électricité tchèque l’Allemagne achète, je m’en fous, je ne suis pas Allemand. Mais à mon avis c’est faible car l’Allemagne est quasiment auto-suffisante en électricité.
    J’ignore à quel article de L’express vous faites référence, mais d’après l’extrait que vous citez, si c’est bien celui que je crois (écrit juste après Fukushima), il est totalement inexact. Bref si vous vous basez là-dessus pour sortir des généralités…

    « vous n’avez donc pas compris pourquoi je parlais de l’hydraulique. Cette source d’énergie est – à ce jour – la seule énergie renouvelable capable de produire de grosse puissance en continue. »
    Effectivement je ne comprends pas bien ce que ça vient faire là. Il faudrait que je me penche sur les énergies renouvelables et leur capacité de production. Il n’y a pas que l’hydraulique, l’éolien et le solaire hein. Et je ne vois pas en quoi il est si important d’avoir des sources d’électricité capables de produire de grosse puissance en continue: en effet, si jamais un incident survient, ça peut provoquer un gros déséquilibre dans le réseau de distribution. Bref pas forcément une solution idéale.

    « Donc ne pas avoir d’electricité de source hydraulique est genant car les autres sources renouvelable n’ont pas de production continue. »
    Foutaises!

    « donc ca veut dire qu’une cas de pics de consommation, ils vont devoir augmenté la cadences de centrale à charbon ou pomper chez leurs voisins de l’énergie venant en parti (ou totalement) du nucleaire.  »
    Théoriquement oui. Sauf que dans les faits, non. L’Allemagne n’a pas vraiment de pics de consommation, du fait de son système énergétique et de sa politique en matière d’économies d’énergie et d’efficacité énergétique. D’ailleurs quand l’Allemagne connait des pics de consommation, c’est parce que la France est justement en pic de consommation et réclame de grosses importations d’électricité à l’Allemagne qui doit du coup faire appel à ses centrales thermiques. Pratique hein, c’est le voisin qui pollue à notre place…

    « D’ailleurs, le fameux contrat dont vous parliez a deja été remis en cause puisque l’allemagne a redémarrer en 2012 5 sur 8 des reacteurs nucleaires arretés en 2011 donc à la barbe de sa politique de réduction du nucleaire »
    Non je ne crois pas du tout. Les 8 réacteurs nucléaires dont vous parlez ont été fermés en catastrophe juste après Fukushima. Donc rien à voir avec un quelconque contrat. Evitons le sensationnalisme merci.

    coincoin31                    « Il n’ya un réseau électrique par source d’électricité en france donc l’électricité circulant peut provenir de toutes les sources potentielles. »
    il manque un pas dans mon post précédent. ce qui donne :
    « Il n’y a pas un réseau électrique par source d’électricité en france donc l’électricité circulant peut provenir de toutes les sources potentielles.

    coincoin31@gattaca:                     vous faites exprès de pas comprendre on dirait.

    « Encore une fois, c’est faux, comme je l’ai déjà dit. Qu’est-ce que vous ne comprenez pas? C’est ce qui est marqué dans le contrat! »
    ok, cet été ou maintenant, d’où provient l’électricité que vend la france à l’allemagne à votre avis ? vous etes si naif que ca ?
    je ne savais pas que les allemands avait raccordé à la France des lignes hautes tension intelligente capable de distinguer électricité nucléaire du reste … Il n’ya un réseau électrique par source d’électricité en france donc l’électricité circulant peut provenir de toutes les sources potentielles.
    D’ailleurs vous le dites vous même qu’en important d’Allemagne on a soit du fossile, soit du nucléaire, soit du renouvelable. La encore, on ne choisit pas la source d’électricité( il n’y a a pas de réseau HT pour chaque source d’électricité).

    « pour la republique tcheque, certaine centrale sont encore de type tchernobyl (disons des reacteurs sans enceinte de confinement). »
    On parlait de la France et de l’Allemagne, voilà que vous dérivez sur la République Tchèque. Vous mélangez un peu tout, n’est-ce pas? »
    ben non, justement, c’est vous qui ne comprenez rien. A qui l’Allemagne achete de l’energie ? la france,la republique tcheque et d’autre. La republique tcheque utilise encore des réacteurs nucléaires aussi dangereux que tchernobyl.
    Renseignez vous ( source = lexpress):
    «  »Le gouvernement allemand examine les conséquences » de la décision d’arrêter les sept réacteurs nucléaires « sur le marché de l’électricité allemand », a de son côté déclaré le porte-parole du gouvernement. Selon le BDEW, les flux en provenance de France et de République tchèque notamment ont été multipliés par deux.  »
    Donc quand l’allemagne achete à la republique tcheque, elle achète du nucléaire. Et ceci malgré le fameux contrat dont vous parlez.
    pour les chiffres de répartition, sur internet aussi mes chiffres sont de 2011 et la source est l’ ENTSO (réseau européen d’électricité). A parler de 2009 , contrairement à ce que vous affirmiez, la france avait un solde énergétique positif. (24.6 TWh de solde positif – source RTE). Je ne connais pas les chiffres de 2012.

    « Lapalisse en aurait dit autant: s’il y a 5% venant de l’hydraulique, il y en a donc 95% ne venant pas de l’hydraulique!  »
    vous n’avez donc pas compris pourquoi je parlais de l’hydraulique. Cette source d’énergie est – à ce jour – la seule énergie renouvelable capable de produire de grosse puissance en continue. Donc ne pas avoir d’electricité de source hydraulique est genant car les autres sources renouvelable n’ont pas de production continue. donc ca veut dire qu’une cas de pics de consommation, ils vont devoir augmenté la cadences de centrale à charbon ou pomper chez leurs voisins de l’énergie venant en parti (ou totalement) du nucleaire.
    D’ailleurs, le fameux contrat dont vous parliez a deja été remis en cause puisque l’allemagne a redémarrer en 2012 5 sur 8 des reacteurs nucleaires arretés en 2011 donc à la barbe de sa politique de réduction du nucleaire. La encore le contrat n’est pas respecté.

    Gattaca@coincoin31::            « si l’allemagne n’achète pas de nucleaire à ses voisins, elle achète quoi ? de l’energie electrique venant du fossile ? du solaire de la baltique ? »
    Du fossile (gaz russe entre autre), du renouvelable…

    « en tout cas, à la france, comme vous le dite vous même, elle achete du nucleaire. »
    Encore une fois, c’est faux, comme je l’ai déjà dit. Qu’est-ce que vous ne comprenez pas? C’est ce qui est marqué dans le contrat!

    « pour la republique tcheque, certaine centrale sont encore de type tchernobyl (disons des reacteurs sans enceinte de confinement). »
    On parlait de la France et de l’Allemagne, voilà que vous dérivez sur la République Tchèque. Vous mélangez un peu tout, n’est-ce pas?

    « je cherchais la proportion d’energie hydraulique (renouvelable et productrice de grosse puissance) dans l’electricité produite en allemagne, s’il y a 5 % d’hydraulique, c’est bien que le reste vient d’autre source donc 95 % de non hydraulique. »
    Lapalisse en aurait dit autant: s’il y a 5% venant de l’hydraulique, il y en a donc 95% ne venant pas de l’hydraulique!
    Plus en détails, il faut faire des recherches sur internet. Ainsi, pour l’année 2009, la production d’électricité en Allemagne dépend à 44% du charbon (à 66% d’origine nationale), 2% du pétrole, 13% du gaz naturel (86% importé), 23% du nucléaire (uranium totalement importé) et 18% des énergies renouvelables. La production d’origine renouvelable est elle-même diversifiée : 7% biomasse (bois, déchets organiques agricoles ou ménagers), 6% éolien, 4% hydraulique et 1% solaire photovoltaïque.
    Plus récemment, l’Association allemande des industries de l’énergie et de l’eau (BDEW) a annoncé que les énergies renouvelables ont représenté 20,8% de la production électrique totale du pays durant le premier semestre 2011 (7,5% pour l’éolien, 5,6% pour la biomasse, 3,5% pour le solaire, 3,3% pour l’hydraulique). C’est à peu près autant que le nucléaire. Le reste vient du fossile.

    « donc si on achète de électricité à l’allemagne, on achete quoi si c’est pas du nuleaire ? a du fossile »
    Du fossile, du renouvelable, du nucléaire…

    tetard12                       « que font les lignards de ERDF l’été.?? »
    En hiver les lignes pètent parce qu’elles se rétractent.
    En été elles se dilatent, se balancent (le vent), touchent le sol ou les arbres (non élagués) et pètent.
    Donc en été ils réparent!

    coincoin31@Gattaca                     si l’allemagne n’achète pas de nucleaire à ses voisins, elle achète quoi ? de l’energie electrique venant du fossil ? du solaire de la baltique ?
    en tout cas, à la france, comme vous le dite vous même, elle achete du nucleaire.
    (donc contradiction puisque vous dites juste avant que l’allemagne n’achete pas de nucleaire)

    pour la republique tcheque, certaines centrales sont encore de type tchernobyl (disons des reacteurs sans enceinte de confinement).
    pour votre connaissance : sur wikipedia
    « Des réacteurs VVER-440/213 se trouvent entre autres à Dukovany, Bohunice, Mohovce et Paks, des réacteurs VVER-440/230 à Bohunice, Erevan (Centrale nucléaire de Metsamor) . Les réacteurs VVER-440/213 nécessitent un grand effort pour correspondre aux standards de sécurité de l’Union européenne. Les réacteurs VVER-440/230 ne peuvent être modernisés »
    ==>ce sont des reacteurs sans enceinte de confinement comme tchernobyL.

    « Houla! Vous mélangez tout! Apprenez à vous informer! »

    je cherchais la proportion d’energie hydraulique (renouvelable et productrice de grosse puissance) dans l’electricité produite en allemagne, s’il y a 5 % d’hydraulique, c’est bien que le reste vient d’autre source donc 95 % de non hydraulique. => qu’est ce que vous ne comprenez pas ?

    en 2011, répartition production electricité:
    18.6 nucleaire, 64.4 fosille,hydraulique 3.6 et autre renouvelable 15.8
    (le total fait 102.5 c’est normal car on elle produit plus qu’elle consomme)
    donc si on achète de électricité à l’allemagne, on achete quoi si c’est pas du nuleaire ? a du fossile ….

    Gattaca@boralion:                     « importer d’Allemagne (ce qui n’est pas du tout garanti maintenant)de l’électricité produite à partir d’énergies fossiles , ce n’est pas génial non plus »: non ce n’est pas génial. Mais tant que nous resterons avec un système énergétique qui ne fait rien contre le gaspillage et qui est incapable de faire face aux pics de consommation, on est malheureusement réduit à ça.

    @coincoin31:
    « et si on utilisait électricité que l’on vend à l’Espagne et à l’Allemagne ? la balance du commerce extérieur serait encore deplacée vers le négatif mais nous n’aurions pas de pénurie »
    Alors ça, c’est vous qui fantasmez. Comme je l’ai dit, on a un système électrique incapable de faire face aux pics de consommation, malgré les centrales thermiques (très polluantes) qu’on a gardées. Donc si on gardait l’électricité vendue à nos voisins, on dépendrait moins de l’extérieur, mais on serait quand même obligé d’importer. Et puis il faut voir aussi les contrats avec nos voisins: devoir payer des indemnités à nos voisins pour rupture de contrat, ce n’est pas bon pour notre balance commerciale…

    « on préfère vendre plus cher de l’électricité à nos voisins plutot que de la vendre à nos concitoyens à un tarif régulé … »
    En fait non: on vend l’électricité à nos voisins à un prix dérisoire. Car le problème du nucléaire, c’est qu’on ne peut pas appuyer sur un bouton comme par magie, on ne peut pas moduler la production comme bon nous semble. Et l’électricité que l’on produit, on est obligé de s’en débarrasser. Quand on est en surproduction (donc le contraire des pics de consommation), il faut essayer de s’en débarrasser chez les voisins. Ils le savent, et c’est pour ça qu’ils l’achètent à faible prix.

    « l’Allemagne qui a fait un choix de ne pas produire avec le nucleaire le fait faire à ses voisins :
    la france , Republique tcheque(avec des centrales type tchernobyl)… »
    Faux. C’est bien ce qui est indiqué dans les contrats, sous la pression des politiciens allemands soucieux de leur électorat: l’Allemagne continue d’acheter de l’électricité de ses voisins, mais à condition qu’elle ne vienne pas de centrales nucléaires.

    « C’est sur, laissons le nucléaire pour le charbon ou le petrole ce qui serait le cas de l’allemagne sans le nucleaire de ses voisins… »
    Encore une fois, c’est faux. L’Allemagne s’est engagée dans un vaste programme d’économies d’énergie, d’efficacité énergétique et de développement des énergies renouvelables.

    « Acheter de l’energie à l’allemagne c’est acheter de l’energie fossile .. ou nucleaire de type tchernobyl »
    Les centrales nucléaires allemandes ne sont pas de type Tchernobyl. A ma connaissance.

    « l’hydraulique ne couvre que 5 % des besoin de l’allemagne. Sans le nucleaire (de ses voisins), reste à couvrir 95 des besoin avec panneau solaire, eolienne et energie fossiles. »
    Houla! Vous mélangez tout! Apprenez à vous informer!

    MANIX                              Risque « modéré » de pénurie de courant cet hiver..???????????????????????????
    Extraordinaire.!!!!! Excellent.!! je rêve, la France qui est le pays qui produit le plus de Méga par habitant…!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Trés drôle.!!!!! que font les lignards de ERDF l’été.??

    coincoin31@Gattaca                         et tous ceux qui parlent d’acheter l’energie en allemagne

    l’Allemagne qui a fait un choix de ne pas produire avec le nucleaire le fait faire à ses voisins :
    la france , Republique tcheque(avec des centrales type tchernobyl)…
    en gros, je ne fais plus de nucléaire mais je l’achète. cherchez l’erreur.
    C’est sur, laissons le nucléaire pour le charbon ou le petrole ce qui serait le cas de l’allemagne sans le nucleaire de ses voisins…..

    Acheter de l’energie à l’allemagne c’est acheter de l’energie fossile .. ou nucleaire de type tchernobyl.
    Pour les ecolos bisounours : l’hydraulique ne couvre que 5 % des besoin de l’allemagne. Sans le nucleaire (de ses voisins), reste à couvrir 95 des besoin avec panneau solaire, eolienne et energie fossiles. Belle leçon d’écologie hypocrite …

    coincoin31@Gattaca                  et si on utilisait électricité que l’on vend à l’Espagne et à l’Allemagne ? la balance du commerce extérieur serait encore deplacée vers le négatif mais nous n’aurions pas de pénurie.
    La pénurie n’est pas du à énergie elle même mais plutôt à sa commercialisation : on préfère vendre plus cher de l’électricité à nos voisins plutot que de la vendre à nos concitoyens à un tarif régulé …
    donc si, le nucléaire nous prémunit de la pénurie mais les commerciaux d’EDF non

    boralion                       60 ans de promotion du chauffage électrique et 30 ans de freinage des recherches sur des énergies alternatives. Merci qui ? Merci EDF !
    @Gattaca: importer d’Allemagne (ce qui n’est pas du tout garanti maintenant)de l’électricité produite à partir d’énergies fossiles , ce n’est pas génial non plus !
    Mais tant qu’on refusera les éoliennes et que l’on a perdu la main sur le solaire (merci Sarko !) nous irons vers de gros soucis.

    Gattaca@Clara F:                      environ 75% de l’électricité produite en France est d’origine nucléaire, et comme vous le voyez, on n’est pas à l’abri de problèmes, ou même d’un blackout. Que pensez-vous donc de la propagande nucléaire qui affirme que grâce au nucléaire nous ne risquons rien? Hein? En attendant, vous pouvez être rassuré: si jamais il y a de forts pics de consommation cet hiver, on pourra importer de l’électricité d’Allemagne qui, elle, a décidé de sortir du nucléaire (sous un gouvernement de droite je précise). Tout est dit.

    Java 31                         Pas de souci, le gouvernement a la solution, si, si vous allez voir!!!
    tetard12                      Si la temprérature ne descend pas en dessous de la normale qui ne tient pas compte de l’inclinaison de la Terre, si le vent ne souffle pas trop fort, si le degré d’hygrométrie, si… EDF devrait assurer. Comme elle le fait depuis de nombreuses annnées.

    Prévoyez quand même poêles à pétrole et un petit stock de pétrole, des bougies et des couvertures. N’oubliez pas les allumettes pour allumer les bougies!

     sas13                             Et bien voila le résultat de mes calculs, après avoir recueilli les informations relatives aux kilomètres parcourus en France en un an, et la puissance fournie par nos 58 réacteurs nucléaires:

    nombres total de kilomètres par an en France par les véhicules: 398 milliards de kilomètres (pour un parc de plus de 38 millions de véhicules)

    Si tous les véhicules roulaient à l’électricité, sachant qu’un véhicule électrique consomme environ 12 kw/100Kms (la Zoé fait mieux, 10,5 kw/100 kms), il faudrait donc 398 *12/100= 47 milliards de KW

    Nos 58 réacteurs actuels produisent en un an 553 milliards de KW soit 9,5 milliards de KW de moyenne par réacteur

    il faudrait donc 47/9,5=5 réacteurs de plus pour charger tous les véhicules (s’ils sont tous électriques)

    Ca c’est dans l’hypothèse ou les 58 réacteurs actuels fonctionnent à plein régime toute l’année, ce qui n’est pas le cas. Le taux d’activité moyen d’un réacteur est de 72% (en été la demande diminue….alors que nos voitures roulent beaucoup à cette période de vacances). S’il passait à 82%,soit 10% de plus, cela nous offrirait un gain de 553*0,10=55 milliards de KW, ce qui suffirait à alimenter le parc automobile électrique, et ne demanderait donc pas de réacteur supplémentaire
    Peut-on passer de 72 à 82% de production sur un réacteur. Je ne suis pas assez spécialiste pour le dire, mais en période de faible consommation, comme en été, je pense que oui. Reste les périodes d’hiver, avec les pointes de consommation ou ce serait difficile de le faire, mais la nuit oui.

    Pour en revenir à notre parc électrique, sachant qu’il aura du mal à atteindre les 10% du parc avant longtemps, on est tranquille, les centrales actuelles suffiront largement. Et pour le futur, j’espère qu’on arrivera à produire de l’électricité par d’autres moyens, comme les énergies renouvelables (la pénurie d’uranium est prévu pour 2025)

    Nota: je ne pense pas avoir fait d’erreur, mais si vous en notez, n’hésitez pas à me le dire!)

    Socialistes, verts jamais contents  :
    Les socialistes et les verts veulent arrêter le nucléaire. On arrête une vingtaine de réacteurs et il ne sont toujours pas contents. Vivement les prochaines présidentielles!

     i88416  :                           L’actionnaire principal finira par tuer cette entreprise. Nous voyons bien qu’EDF à bien du mal à piloter ses centrales. La maintenance coûte de plus en plus et les chiffres annoncés risquent d’être bien supérieurs. Comme si cela n’était pas suffisant, EDF va investir 2 EPR en Angleterre et le prix de vente garantie de l’électricité , la contre partie, est bien supérieur aux prix actuels. Quelle motivation peut conduire un consommateur à acheter ce courant?
    Au bout du compte, devinez qui payera la facture?

    velka  :                             Le problème n’est pas celui de la mise à l’arrêt des réacteurs, sécurité oblige, mais celui du mode de chauffage électrique. Absurdité héritée des années 70 où il fallait à tout prix absorber le surplus de production électrique des centrales. Malheureusement ces équipements et les mauvaises habitudes sont restées. Malgré les diverses politiques, plus ou moins volontaristes et tout de même largement inefficaces. La rénovation thermique coûte cher et est difficile à amortir à court terme.
    Les solutions :
    – accélérer la rénovation des bâtiments et supprimer les radiateurs électriques
    – diversifier les modes de production grâce aux énergies renouvelables, qui coûtent maintenant beaucoup moins cher.

    Pour que les mentalités évoluent, la meilleure des solutions est que les usagers maitrisent leur consommation, grâce aux smartgrids et qu’ils deviennent eux-mêmes producteurs (même partiellement ou symboliquement) grâce au solaire photovoltaïque.
    Une manière de responsabiliser.

    Pour rappel : l’Arenh a été mise en place sur le principe qu’une majorité du parc nucléaire a été déjà payé par les Français. Le parc n’appartient donc pas à un seul fournisseur, même s’il est historique et gérant de l’ensemble. A l’ouverture du marché de l’énergie il semblait normal que tous les fournisseurs d’électricité (donc indirectement tous leurs clients nationaux) puissent bénéficier de ce mode de production économiquement favorable, car déjà financé.
    Après on peut toujours discuter de l’intérêt de l’ouverture du marché à la concurrence et de la gestion d’EDF, mais comme les deux dépendent de l’État, il est facile de trouver qui est responsable…

    yvan  :                      Pour rappel, le moyen de produire de l’électricité le moins polluant est l’hydraulique. Vous re-nationnalisez les barrages, vous leur branchez des pompes de relevages qui fonctionnent à base d’éolien et solaire, et plus besoin de centrales nucléaires. Je dis ça, je dis rien…

    michel 5 :                 Mais ce titre est débile !
    EDF ne veut pas couper le courant, il veut juste couper l’ARENH qui oblige EDF à vendre pas cher son électricité à des concurrents qui ne supportent pas de coûts de production. Je suis sur qu’à 3 fois le prix, EDF souhaitera toujours vendre à ces concurrents !

    Bref quand les prix de marché sont faibles les concurrents achètent à prix de marché, quand ils sont hauts ils achètent moins cher que les prix de marché chez EDF.
    C’est une spoliation d’une entreprise publique par des entreprises privées !!
    (Cela ne pardonne pas la très mauvaise gestion d’EDF)

    jose-9  :                   C’est le choix du tout NUCLEAIRE de fin des ans 70 qui nous pose des problèmes qui ne font que commencer.Vieillissement du parc ,grands carénage , travaux d’après Fukushima , l’EPR (usine à gaz) et des déchets à transmettre aux générations futures et un prix de revient kwh nucléaire toujours inconnu.Car les politiques , les syndicats de l ‘énergie , les groupes indus privés (Alstom,Bouygues etc) de l’époque ont acheté (ou surprotège les agents EDF)pour endormir les citoyens , élus locaux etc… Quelles conséquences suite à accidents nucléaire en France pour toute l Europe et pour combien d’année ! Ce nucléaire à eau pressurisée et uranium était souhaité par les militaires (compacité) US mais pour le civil ce sera un boulet . On a négligé la filière nucléaire à thorium ,beaucoup moins risquée et presque sans déchets , les chinois explorent cette filière car ils se rendent compte que l’ avenir n’est pas dans les réacteurs actuels (pwr et epr ) que l’occident leur a vendu.

     yvan  :                   Eeet… les Chinois, le thorium, ça donne quoi..?? Note, le jour où les Chinois auront de l’inventivité, il pleuvra des vaches… Sinon, faisons comme les Allemands : centrales charbon à donf, ces grands « écolos » qui tuent la planète.

    Les Chinois ont déjà inventé plein de choses, alors arrête ton discours xénophobe. Exemples : le cerf volant , le gouvernail des bateaux , la poudre à canon, le papier , la soie, la boussole , la roue à aubes , la brouette , le sismographe , la première anesthésie générale, l’arbalète , la porcelaine , la cloche , etc.

    Citoyen blasé :     Excellent, jamais le prix de l’énergie n’avait été aussi bas et pourtant nous autres consommateurs la payons de plus en plus chère et pour couronner le tout on peut se retrouver sans chauffage cet été.
    Pitoyable néolibéralisme.
    Se retrouver sans chauffage cet hiver bien entendu et pas cet été, désolé.

     malucino  :               Regardez bien le détail de votre facture: les taxes montent

    cocofiolo                   Ce n »est pas edf qui fixe les prix , la déréglementation se font avec les hommes politique que nous mettons en place, Bruxelles’ le parlement européen . Voila aussi le profit, le libéralisme on ne peut pas s’en passer!!!!

    churchill  :                 c’est ce qu’il faut faire; les alternatifs pourront alors joyeusement faire des augmentations de capital colossales pour investir dans les infrastructures……. enfin ‘ s’ils trouvent des actionnaires qui vont mettre des radis dans des secteurs ou on voit comment des politiques amènent çà à la catastrophe’……..
    oui je sais c’est pas gagné; mais çà remettrait les choses a leur place!

    luc:                            Si l’Europe avait investi dans l’isolation…
    L’architecte italien Leon Alberti (1404-1472) est, semble-t-il, le premier à avoir expliqué comment construire une maison isolée en piégeant de l’air dans les murs et dans les toits.
    Si on avait suivi ses bons conseils, l’Europe pourrait faire de grosses économies sur le chauffage électrique, la climatisation, le chauffage au fioul et le chauffage au gaz.
    Ce qui serait une bonne chose vue que c’est l’argent du pétrole et du gaz qui finance les guerres en Ukraine et au Moyen-Orient.

     Bachoubouzouc  :       Une bonne isolation peut permettre d’économiser quelques pourcents sur sa facture de clim ou de chauffage. Mais :
    1) Elle demande des investissements importants de la part de propriétaires qui n’en ont pas forcément les moyens.
    2) Elle ne permet pas d’économiser mieux que quelques pourcents. Il ne faut pas s’attendre à des miracles.

    luc :
    @ – Bachoubouzouc
    – La plus ancienne maison isolée de France a été fabriquée en 1921 à
    Montargis par Émile Feuillette. Les murs en paille ont 40 cm
    d’épaisseur. En 95 ans, cet investissement a été largement rentabilisé.
    – En France, en 2012 le chauffage, eau chaude comprise, a représenté 77% de la consommation d’énergie dans le secteur résidentiel et 57% de la consommation d’énergie dans le secteur tertiaire.
    Ce n’est pas rien.
    Source    ADEME : LES CHIFFRES CLÉS 2014
    bref:                   Je pensais que même les subventions déguisées étaient interdite pas Bruxelles, mais je vois que, quand il s’agit de créer de la concurrence artificielle, tout est bon, surtout quand cela détruit des services publics!

    Wiki  :               Absolument et en plus mr hollande voulait fermer Fessenheim 😝

    Steph  :                 Ces arrets sont justifiés car le nuke est dangereux et quelques mois d’arret ne sont rien en comparaison du cout d’un accident. Couper le jus aux concurrents est un très bonne nouvelle pour les defenseurs des EnR puisque c a va les amener a chercher leur electricité sur le marché, donc hausse du prix du kWh, donc encore meilleure compétitivité des EnR.
    Le retour de manivelle de la mono-culture électrique française.

    Bachoubouzouc  :   Le nucléaire est dangereux, il l’est simplement beaucoup moins que le charbon, la lignite, le gaz, le fuel… et même la biomasse : https://www.manicore.com/documentation/petrole/danger_charbon.html
    Quant aux ENR type éolien ou solaire, elles ne nous aideront pas dans ce contexte où il manque des capacités de production en base puisqu’elles sont intermittentes.

    un physicien  :      Elle commence à réaliser où mène le « nucléaire bashing » qu’elle a impulsé …

    bonne nouvelle  :    bruit de couloir madame Royal postulerait pour les présidentielle !

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :