Réalité!

5

En France, la population de SDF a augmenté de 44% en onze ans

Ils sont 81.000 adultes et près de 31.000 enfants à ne pas avoir d’adresse. La population de SDF a atteint les 112.000 personnes en 2012 dans les moyennes et grandes agglomérations, selon une étude de l’Insee rendue publique mercredi.

Le constat est alarmant: en 11 ans, le nombre de sans-domicile a augmenté de 44% en France. Dans son «Portrait social de la France» rendu public mercredi, l’Insee dévoile la «grande diversité» de cette population, une enquête réalisée sur les personnes ayant fréquenté les services d’hébergement ou de restauration dans les agglomérations de plus de 20.000 habitants. Ce qu’il faut retenir du rapport:

» 111.700 personnes étaient sans domicile fixe en 2012 dans les agglomérations d’au moins 20.000 habitants. Parmi elles, 81.000 adultes et 30.700 enfants. Mais les SDF sont sans doute beaucoup plus nombreux étant donné que l’étude n’inclut pas ceux vivant dans des communes rurales ou de moins de 20.000 habitants.

» 1 sans-domicile sur 10 dort dans la rue ou dans d’autres endroits non prévus pour l’habitation (parc, squat, gare…). Une proportion qui monte à 14% en région parisienne, en raison du nombre croissant de sans-domicile et de la pression immobilière. Les autres sont accueillis dans les hébergements mis à disposition par des organismes d’aide (centre collectif, hôtel..). Selon le rapport, plus de 4 SDF sur 10 n’ont en outre jamais vécu dans un logement personnel indépendant. Et pour ceux qui en ont déjà eu un, 35% l’ont perdu à cause de difficultés familiales (séparation, décès du conjoint, violences conjugales), 30% en raison de problèmes financiers (perte d’emploi, loyers trop élevés, expulsions, etc.).

» 44% des SDF vivent dans l’agglomération parisienne, qui concentre à elle seule autant de sans-domicile que l’ensemble des agglomérations de plus de 200.000 habitants. 10% d’entre eux vivent dans les villes de 20.000 à 200.000 habitants.

» 55% des sans-domicile sont nés à l’étranger (soit 45.000 personnes) et près de 60% d’entre eux sont originaires d’Afrique (23% du Maghreb et 35% du reste du continent), souvent francophones. Près d’un tiers sont originaires d’Europe de l’Est et sont majoritairement non-francophones. En outre, 40% des SDF nés à l’étranger sont accompagnés d’enfants, contre seulement 16% pour les sans-domicile nés en France.

» 86% des 66.300 SDF francophonesinterrogés par l’Inseedisent avoir vécu dans leur enfance au moins un événement douloureux lié à l’environnement familial (problème de santé grave, handicap, décès d’un parent). Un quart d’entre eux ont été placés en famille d’accueil ou en foyer dans leur enfance.

» 80% ont moins de 900 euros par mois, et 30% n’atteignent pas 300 euros. Plus des trois quarts sont inactifs ou au chômage et 24% travaillent, mais occupent souvent des emplois à temps partiel, peu qualifiés et précaires. Ils sont majoritairement employés ou ouvriers, et 22% n’ont aucun contrat de travail.

(Avec AFP)

Les SDF ne meurent pas seulement en hiver

Les médias se préoccupent du sort des sans-abri lorsque le thermomètre descend. Pourtant les associations n’observent pas de pic de mortalité spécifiquement en hiver.

Le Monde.fr | Samuel Laurent

Les médias se préoccupent du sort des sans-abri lorsque le thermomètre descend. Pourtant les associations n'observent pas de pic de mortalité spécifiquement en hiver.

C’est un triste « marronnier » –  ces informations qui reviennent chaque année – de la période de Noël : au moins trois personnes sont mortes en raison de la chute des températures, en région parisienne, à Douai et dans les Alpes-Maritimes, lors du week-end des 27 et 28 décembre. Mardi 30 décembre, un autre SDF aurait été retrouvé mort à Rodez.

Lire nos explications : L’hiver a fait ses premiers morts de froid en France

Chaque hiver, les médias relaient la mort d’hommes et femmes sans abri. On évoque alors l’appel de l’abbé Pierre lors de l’hiver  1954, les questions récurrentes sur les places d’hébergement disponibles, sur l’ouverture ou non des stations de métro… Pourtant, comme n’ont de cesse de le marteler les associations, les personnes sans domicile ne meurent pas seulement au mois de décembre.

La sélection d’archives (en édition abonnés) : 1er février 1954 : l’appel de l’abbé Pierre

141 500 Selon le rapport de la Fondation Abbé Pierre, qui reprend les chiffres de l’Insee, on compte 141 500 personnes sans domicile en France, dont 112 000 sans-abri (les autres se trouvant dans des foyers de demandeurs d’asile ou des résidences sociales), et 3,52 millions de mal logés. C’est 44 % de plus qu’en 2001, déplore la fondation.

26 % L’Insee précise que 38 % des SDF sont des femmes et que plus d’un quart (26 %) des personnes qui dorment parfois ou toujours dans la rue sont accompagnés de leurs enfants. Ce qui correspond, selon des chiffres qui restent partiels, à 30 000 enfants privés de logement.

425 Combien de ces personnes meurent du fait de ces conditions de vie ? Le collectif Les Morts de la rue tente d’en établir un comptage, lui aussi par essence partiel, basé sur le recensement des cas signalés dans la presse, par le voisinage, par les familles… Pour 2014, selon des chiffres arrêtés au 17 décembre, il parvenait à 425 morts. On atteindrait 428 en y ajoutant les cas signalés les 27 et 28 décembre. C’est légèrement moins qu’en 2013, où le collectif en recensait 453.

En regardant en détail, on constate que  l’hiver n’est pas nécessairement une période de surmortalité marquée : en réalité, on compte 124 morts durant les quatre mois les plus froids (janvier, février, novembre et décembre), soit moins que durant les quatre les plus chauds (mai, juin, juillet, août), où l’on en recense 143.

La même tendance s’observe en 2013, même si pour cette année les mois les plus froids sont plus meurtriers que les mois les plus chauds (155 morts contre 135). Cette année-là, c’est en mars qu’on compte le plus de décès et en décembre qu’on en recense le moins.

Nombre de décès de SDF recensés en 2013
Selon les estimations partielles du collectif les Morts de la rue, 453 personnes sans domicile fixe sont décédées en 2013.

Selon le rapport 2013 des Morts de la rue, même si les données sont à prendre avec précaution en raison de leur caractère parcellaire, la majorité des morts recensés étaient des personnes d’une cinquantaine d’années qui avaient passé une longue période dans la rue (dix ans en moyenne).

5 % Le froid n’est pas la première cause de décès. Si dans près de la moitié des cas les circonstances sont « inconnues », les causes « externes » (suicides, morts violentes, accidents) représentent environ 20 % des cas connus, la maladie, notamment les cancers, étant également souvent à l’origine de la mort. L’hypothermie n’a représenté, pour 2012, que 1,5 % des décès en Ile-de-France (3 personnes) et 5,1 % en province (11 personnes).

15 On comptait parmi ces morts 15 enfants de moins de quinze ans, en majorité très jeunes (4 ans en moyenne, 5 nouveau-nés).

9 000 Si le froid n’est pas la cause majeure de la mort des SDF, les associations déplorent toujours le manque de places en centre d’accueil, ainsi qu’une politique d’ouverture de places « au thermomètre ». En novembre, 9 000 personnes n’ont pu obtenir d’hébergement sur les 17 200 qui avaient sollicité le SAMU social.

7 000 SDF sont morts en France en presque 2 ans !!

Selon l’INSEE en 2012 144 000 personnes étaients SDF.

Oui, vous avez bien lu mes chers amis : 7 000 SDF sont morts dans nos rues. Si l’on ramène cela à un nombre de morts par an, le nombre de SDF qui nous quittent chaque année est sensiblement identique au nombre de tués sur les routes.

Pourtant, il n’y a pas de radars sur les autoroutes de la misère !

En fait, tout le monde s’en fiche de la grande misère, de la grande détresse, de nos milliers de SDF qui meurent chaque année, ou de nos 11 000 suicidés (et 200 000 tentatives). Nous préférons cacher ces réalités et fantasmer un monde idéal et stupide.

Alors me direz-vous, d’où viennent ces chiffres ? Et vous aurez raison ! Rassurez-vous, ils ne proviennent pas d’un sous-site Internet d’un vague groupuscule “d’esssstrême” gauche qui souhaiterait montrer que la gauche de Valls, c’est la droite, ni même des fascistes de “l’esssstrême droate” qui voudraient ainsi montrer qu’avant d’accueillir des migrants par milliers, on ferait mieux de s’occuper de ceux déjà là.

Non mes amis, ni l’un ni l’autre. La source c’est Le Quotidien du Médecin, et cet article a été écrit par un docteur. Oui, un médecin qui fait face à la misère, à la maladie, à la mort des autres. Il n’y a rien de politique là-dedans. De l’humain, évidemment, mais justement pas d’homme d’État, intercesseur d’une politique devenue ces dernières décennies totalement inhumaine.

Le Quotidien du Médecin est sans doute la meilleure revue et la plus indépendante à l’attention des professions médicales et de santé (mais c’est accessible à tous). Leurs articles sont de très grande qualité.

Pour le moment, ce n’est pas le système économique qui s’effondre, c’est VOTRE niveau de vie et celui des classes moyennes !

Alors oui nous parlons de la crise et de ses effets, du système économique aussi et de son effondrement mais pour le moment, ce n’est pas tant le système qui s’effondre que le niveau de vie des classes moyennes partout dans le monde occidental sous la pression d’un ajustement massif vers le bas lié à la mondialisation.

Alors salariés aujourd’hui, SDF demain, la chute peut être rapide et très brutale, la précarité, sans les solidarités familiales, est très réelle et les gens très fragiles.

N’imaginez pas qu’ils l’ont bien cherché ! Derrière chaque SDF se cache bien souvent des histoires terribles et des blessures vivaces, de la perte de l’envie de vivre et de se battre. Pour beaucoup, cela ne reste que des mots, pourtant il y a l’histoire de cet homme, jeune, moins de 45 ans, cultivé, qui était ingénieur commercial et gagnait très bien sa vie. Puis un soir, il est rentré chez lui, le téléphone a sonné. Il a appris la mort de sa femme et de ses enfants dans un accidents de voiture. Un “gentil chauffard”… a changé sa vie. Dépression, perte de son emploi, puis deux ans après de ses droits, de tous ses revenus ensuite impossible de payer son loyer, et enfin, un jour, la rue.

Derrière les SDF, très souvent, des grands blessés de la vie. Mes propos ne visent pas à être moralisants mais simplement à montrer à quel point nos préoccupations sont avant tout dictées par les émotions télévisuelles, que nos indignations sont très “programmées”. Aujourd’hui, il faut se préoccuper du migrant (je n’ai rien contre les migrants). En revanche, nous oublions tous les autres ou presque parce que la boîte médiatique fonctionne de cette façon-là et que ce qui n’a pas été vu à la télé n’existe pas.

Nos politiques nous ont effectivement abandonnés, ils nous ont tous abandonnés, à commencer par les plus faibles et plus fragiles d’entres nous et dans cette catégorie, il n’y a pas que les SDF : il y a aussi tous ceux qui sont en marge de la société ou malades. Voici ce que dit l’essentiel de cet article.

7 000 morts !

“Près de 7 000 « sans domicile fixe » seraient morts dans la rue entre janvier 2008 et décembre 2010. Jusqu’alors, le Collectif les Morts dans la rue (CMDR), une association créée en 2002 pour accompagner les familles et qui recense les signalements, annonçait annuellement un nombre de décès autour de 400, selon les années.

« Nous savions que nous étions loin de l’exhaustivité, témoigne Lise Grout, épidémiologiste au sein du CMDR et coauteur de la première étude épidémiologique sur ce sujet à paraître dans le « British Medical Journal Public Health ». Rien que pour l’Île-de-France nous recevons des signalements de décès tous les jours, un peu par hasard. Mais au pire, on pensait être un tiers en dessous de la réalité. Là, c’est énorme. »

Une méthode reproductible

C’est la première fois que le nombre de décès dans la rue est estimé par une équipe d’épidémiologistes* selon une méthode adaptée et reproductible. Cette méthode dite de capture/recapture permet de gérer deux sources de données différentes, en l’occurrence celles du CépiDc (Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès) qui collecte et analyse tous les certificats de décès en France et celles du CMDR.

On meurt des mêmes causes que dans la population générale, 30 ans plus tôt

Être sans domicile fixe constitue un risque très élevé de mortalité, rappellent les auteurs. Les études menées à l’étranger, notamment aux États-Unis et au Canada, rapportaient un taux de mortalité entre 3 et 13 fois supérieur à celui de la population générale.

Et ce sont surtout les hommes jeunes qui meurent dans la rue. « Les causes de décès ne sont pas très différentes de celles de la population générale, explique Lise Grout. Il s’agit pour les hommes de cause cardiaque, ou externe, agressions, suicides, qui sont celles que l’on retrouve dans la population masculine au même âge. Sauf que l’âge moyen de décès dans la rue est de 45 ans contre 77 ans dans la population générale. »

La population SDF reste un problème en France. L’INSEE reportait une augmentation de 50 % des SDF au cours de la dernière décennie et estimait à 144 000 le nombre de personnes vivant dans la rue en 2012.”

=================

 commentaires

  • Avatar boby 59                        A voir ou revoir le film CEUX QUI MARCHENT CONTRE LE VENT..

    bande annonce :

    Le film adapte des textes du livre de François Bon La Douceur dans l’Abîme vies et paroles de sans abri, de Anne Calife Conte d’Asphalte ou encore de Patrick Declerck Le Sang Nouveau est Arrivé l’Horreur SDF.

  • Avatar André Romeu             Le véritable problème c’est qu’une grande majorité de ces populations qui vivent dans la rue sont étrangers et ne sont pas aidés.

    Ne serait t’il pas plus judicieux de les renvoyer d’ou ils viennent et de les aider à repartir chez eux comme le disent de nombreux d’entre nous « La France pays d’accueil d’accord mais dans la mesure de nos possibilités.
    A défaut ça finira par exploser un de ces jours.
    A méditer messieurs les gouvernants !!!!

  • Avatar graindsel                    ça vous dit quelque chose Messieurs nos Gouvernants (de quel que bord que vous soyez) ainsi que Messieurs les Députés et Sénateurs !…………. (non, ça ne vous dit rien évidemment ! nous en avons la preuve depuis des décennies maintenant !)

    Sans les médias                 Les médias comme pour le reste ne s’occupent pas spécialement des sans abris mais plutôt des sujets qui leur permettent de faire la buzz

    Duck                                        Effectivement, les SDF ne meurent pas de froid mais de l’indifférence de la nation.

    Hannibal                             Encore un titre idiot. Remplacez SDF par n’importe quelle catégorie sociale, ça marche. Mais le Monde ne supporte pas que l’on critique sa médiocrité. Alors censure? ( 2 ème essai )

    Jacques Marlier               Hannibal, je ne vous comprends pas: il était, me semble-t-il, logique de s’attendre à une (nette) augmentation de la mortalité des SDF en hiver. Il me paraît donc utile de nous apercevoir que cela est faux et qu’il est donc souhaitable d’aider lesdits SDF autant en été qu’en hiver.

    Camiloup                             Honteux en France de trouver encore des gens qui dorment dehors… Ce n’est pas une question de moyen, c’est surtout une conséquence de la crise financière et de la crise du modèle familiale uni, la famille ne remplie plus le rôle de filet de sécurité…

    Jacques Marlier               Je trouve étrange les réactions de plusieurs lecteurs. Je ne suis nullement contre l’humour, mais il m’a paru plusieurs fois « déplacé » au sens strict, c’est-à-dire tout simplement hors de propos. J’accepterais du reste volontiers ces quolibets s’ils venaient émailler une réflexion sur le fond, mais ce n’est pas le cas, c’est dommage

    Je m’étais demandé si Economie Matin était un site

    sérieux… J’ai ma réponse : La source d’Economie Matin pour cet article est le
    site Insolentiae qui, lui-même, ne relaie pas fidèlement l’article publié par
    Le Quotidien du Médecin.

    Le titre de l’article sur Le Quotidien du Médecin n’est pas comme sur
    Insolentiae et Economie Matin « Réalité : 7 000 SDF sont morts en France en
    presque 2 ans !! » mais « 6 730 morts dans la rue en trois ans en France » (ce qui n’est pas du tout pareil !).

    Décortiquons le titre « Réalité »… Faux, les chiffres qui sont annoncés dans le titre NE SONT PAS REELS ! Ils sont gonflés !

    « 7 000 SDF sont morts en France en presque 2 ans !! » … Cette partie
    du titre laisse croire qu’en pas tout à fait 2 ans (donc en moins de 2 ans,
    comme on a souvent le réflexe de comprendre avec ce type de formule) 7 000 SDF
    meurent… mais bon, laissons pour le moment le « en presque 2 ans » et
    faisons comme si le titre disait « en 2 ans », cela reviendrait à dire que
    7 000 SDF meurent en 2 ans, donc 3 500 SDF meurent en un an, et donc qu’en
    moyenne 292 SDF meurent par mois en France…

    Et bien l’article du Quotidien du Médecin affirme, lui, qu’en
    3 ans, en France, de janvier 2008 à décembre 2010, 6 730 SDF sont morts dans
    la rue.

    …. Déjà l’étude se réfère à une situation vieille de 8 à 6
    ans, et cet article ne dit rien de la situation actuelle.

    Certes l’article de départ du Quotidien du Médecin date du
    11 juillet 2014 (ce qui en fait déjà un article plus récent mais pas forcément
    en phase avec les chiffres de 2014, car 2014, c’est tout de même pas moins de 4
    années après l’étude en question ! (et les chiffres diffusés par cette
    études sont encore moins en phase avec 2016, car ils ont pas moins 6 ans de
    retard !

    Ensuite, quand l’article déformé par Insolentiae et relayé ensuite tel quel par Economie Matin nous dit « Rassurez-vous, ils ne proviennent pas
    d’un sous-site Internet d’un vague groupuscule “d’esssstrême” gauche qui
    souhaiterait montrer que la gauche de Valls, c’est la droite, ni même des
    fascistes de “l’esssstrême droate” qui voudraient ainsi montrer qu’avant
    d’accueillir des migrants par milliers, on ferait mieux de s’occuper de ceux
    déjà là. », ni le gouvernement Valls ni la vague migratoire actuelle n’ « existaient »
    en 2008, ni même en 2010… Pas même en juillet 2014… Mais le fait d’en parler
    permet d’actualiser l’article sans y apporter les modifications nécessaires en
    matière de chiffres en se référant à une étude plus récente, afin de publier un
    article sérieux sur la question.

    Au contraire, le fait de relayer une étude vieille de 6 ans
    et de l’actualiser en publiant des commentaires ancrant celui-ci en 2016, ça a
    pour conséquence d’induire le lecteur en erreur et de diffuser une information erronée.

    Enfin 6 730 SDF morts en 3 ans, cela nous donnerait
    donc, et pour les années 2008, 2009 et 2010 SEULEMENT, 2 243 SDF morts par
    an, et donc 187 SDF par mois. Ce qui est déjà un chiffre ENORME ! Une
    société ne devrait jamais permettre à des gens de ne pas avoir de toit et le
    minimum pour vivre décemment et il faut tout faire pour sortir les gens de la rue,
    leur permettre de se loger, de se nourrir et de se soigner, mais, concernant
    les chiffres, il faut bien souligner aussi que 187 SDF par an qui meurent dans
    les rues de France, ce n’est pas 292 SDF qui meurent dans les rues par an… Et
    aussi que l’étude ne reflète plus la réalité d’aujourd’hui (qui peut être pire
    ou, je l’espère, mieux -même si j’ai peu d’espoir sur ce point- que les
    chiffres avancées en 2010).

    … Et encore, le titre de l’article déformé par Insolentiae et
    relayé par Economie Matin laisse entendre que les 7 000 SDF morts en France
    le sont en moins de 2 ans, donc en un peu plus d’1 an, puisque la formule est « 7
    000 SDF sont morts en France en presque 2 ans », ce qui grossit encore le
    chiffre.

    Pour terminer, je dirais qu’il n’est pas nécessaire d’être d’extrême
    droite pour considérer qu’avant de venir en aide à de nouvelles personnes il
    faut avoir secouru les précédentes. C’est juste une question de bon sens et de
    logique. Je ne suis pas d’extrême droite, loin s’en faut, je la combas
    quotidiennement, mais le traitement de l’information par les médias concernant
    toute personne émettant des réserves vis-à-vis de la politique de bras ouverts,
    totalement inappropriée étant donné le contexte économique et la menace
    terroriste, est totalement mensonger car il accuse toute personne remettant en
    cause le bienfondé de cette politique ou réfléchissant à des alternatives, d’être
    d’extrême droite !

    C’est injurieux et ce n’est ni plus ni moins que de la désinformation.

  • Avatar

    The UN , NGOs et gouvernements ne s’occupe plus des citoyens Européens , mais les illégaux . Et les oubliés d’Europe , les 24+ millions sans emploi .

  • Et bien entendu pendant ce temps là , les migrants arrivés en France , eux se portent bien mieux puisqu’ils ne meurent pas de froid l’hiver ……………………… SURPRENANT quand même !, à moins que certaines associations aient des préférences, la question se pose ??? .

    Avant de vouloir le monde , commençons par sauver nos pauvres , ce sera un bon début et bien plus respectable !.

  • C’est malheureux ! , mais il faut l’avouer certains sont des SDF professionnels . J’en vois une placée à côté d’une Agence postale , qui y est plantée du matin au soir .

    Elle est en parfaite santé, n’a qu’une quarantaine d’années et ne cherche aucun emploi . Elle y est présente depuis des mois , ayant remplacé un SDF professionnel, qui y était également positionné depuis de très nombreuses années . Il doit être à la retraite , car je l’ai aperçu en bonne santé parler avec la personne qui l’a remplacé et comme ils sont logés et dans la majorité des cas nourris , pourquoi s’en priver et changer de vie .

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :