virus, Martinique, guyane, grossesse: Christiane Taubira est repartie à vélo du ministère de la Justice

cbbfc400-be7d-11e5-95ee-e9394655c4f3_L160119cLRGéopolitique des vacances © Chappatte dans Le Temps, Suisse

Zika: le virus se propage de « manière explosive », réunion d’urgence le 1er février

L’épidémie de Zika, bénigne en apparence mais soupçonnée de provoquer une grave malformation congénitale, « se propage de manière explosive » sur le continent américain, a annoncé jeudi la directrice générale de l’OMS, qui a annoncé une réunion du comité d’urgence le 1er février.

« Le virus a été détecté l’an dernier dans la région des Amériques, où il se propage de manière explosive », a déclaré Margaret Chan lors d’une réunion d’information aux Etats membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève.

Actuellement, « des cas ont été notifiés dans 23 pays et territoires dans la région. Le niveau d’alerte est extrêmement élevé », a-t-elle ajouté.

Face à la gravité de la situation, Mme Chan a décidé de convoquer un comité d’urgence le 1er février. Les experts devront décider si l’épidémie constitue « une urgence de santé publique de portée internationale », a précisé l’OMS dans un communiqué.

L’organisation est particulièrement inquiète du fait de « la possibilité d’une propagation au niveau international ».

L’OMS craint par ailleurs une « association probable de l’infection avec des malformations congénitales et des syndromes neurologiques », mais aussi « le manque d’immunité parmi la population vivant dans les régions nouvellement infectées » et « l?absence de vaccins, de traitements spécifiques et de tests de diagnostic rapides ».

« En outre », a souligné Mme Chan, « la situation découlant d’El Nino (phénomène climatique particulièrement puissant depuis 2015) devrait cette année accroître le nombre de moustiques ».

Comme la dengue et le chikungunya, Zika, qui tire son nom d’une forêt en Ouganda où il a été repéré pour la première fois en 1947, se transmet par piqûre de moustique du genre Aedes aegypti ou Aedes albopictus (moustique tigre).

En Amérique latine, le pays le plus touché par le Zika est le Brésil.

Même si le lien causal direct entre virus et complications – comme la microcéphalie – n’a pour le moment pas été établi, la Colombie, le Salvador, l’Equateur, le Brésil et la Jamaïque recommandent désormais aux femmes de ne pas tomber enceintes.

Le gouvernement déconseille aux femmes enceintes de voyager en Martinique à cause du virus Zika

femme enceinte virus

SANTE – C’est une mesure de précaution décidée par le gouvernement. La ministre de la Santé déconseille aux femmes enceintes de voyager en Martinique et en Guyane. En cause, le virus Zika qui est transmis par un moustique et peut s’avérer très dangereux pour le foetus.

« Dans des cas limités, la maladie peut être très grave avec des effets neurologiques et pour les femmes enceintes, des complications, des malformations pour leur bébé. Je veux dire très fortement. Des femmes qui sont en métropole sur le territoire français et qui ont prévu d’aller en Guyane, en Martinique ou dans les territoires d’outre-mer, si elles sont enceintes, je leur recommande de différer leur voyage. Il y a un enjeu de santé publique », a déclaré Marisol Touraine, jeudi 28 janvier sur France Info.

C’est une épidémie mondiale qui est en train de se développer. Partie d’Amérique du Sud, particulièrement du Brésil, elle a provoqué un appel à des actions urgentes du Barack Obama tandis que des premiers cas ont été déclarés en Europe. « Cette épidémie est sérieuse », a constaté la ministre de la Santé.

Pas de symptômes, même pour les femmes enceintes

Il n’y a ni traitement préventif, ni vaccin, mais la maladie ne provoque généralement que des symptômes grippaux bénins, voire passe inaperçue dans la majorité des cas, particulièrement chez les adultes en bonne santé. Le danger est donc véritablement pour les femmes enceintes: le virus peut être transmis au fœtus et est soupçonné d’entraîner des malformations congénitales graves voire la mort.

La principale maladie qui touche le foetus est la microcéphalie. « Il s’agit d’une diminution de la taille par rapport à l’âge (gestationnel ou à la naissance) de l’encéphale et donc du périmètre crânien (…) avec plus ou moins de lésions cérébrales », explique le professeur Jean-François Delfraissy, directeur de l’Institut immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

La difficulté est que cette infection est majoritairement asymptomatique au sens où elle ne déclenche pas de symptôme tel que la a fièvre par exemple). Une femme enceinte peut donc être infectée sans le savoir. A l’inverse, des cas de femmes enceintes affectées par Zika et dont l’enfant ne présente pas de microcéphalie ont été observés.

Illustration réalisée par Mathilde BOUVAULT.

“Super mésange” est née une belle journée de juin 1993. Après avoir vu le milieu mesquin de la mode, elle se lance dans le pays merveilleux de la bande dessinée et l’illustration, depuis 5 ans déjà !

Voir d’autres œuvres de cet auteur sur son blo

Jeudi 28 janvier, à l’occasion de l’ouverture du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, toute la une du HuffPost est illustrée par des élèves du Cesan, première école de bande dessinée à Paris. Cliquez ici pour y accéder.

Lire aussi :

• BLOG – « Amérique Latine: de Chikungunya à Zika l’autre alternance? »

• Ce qu’il faut savoir sur le virus Zika qui met la Martinique en alerte

Quelles précautions prendre face au virus Zika ?

Le Monde.fr avec AFPUn agent municipal à Rio de Janeiro, le 26 janvier.

Face à la propagation du virus Zika, la ministre de la santé, Marisol Touraine, jeudi 28 janvier, a « fortement » recommandé aux femmes enceintes de différer d’éventuels voyages en Martinique ou en Guyane.

« Cette épidémie est une épidémie sérieuse [qui] peut être très grave avec des effets neurologiques et pour les femmes enceintes des complications, des malformations pour leur bébé. »

La directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan, a fait savoir que le virus se propageait de « manière explosive ». « Le niveau d’alerte est extrêmement élevé », a-t-elle dit, craignant « la possibilité d’une propagation au niveau international ». Le virus est déjà présent dans 21 des 55 pays du continent américain, une propagation qui risque de s’aggraver rapidement, puisque le moustique transmetteur est déjà présent dans tous les pays d’Amérique, à l’exception du Canada et du Chili. Une réunion du comité d’urgence se tiendra le 1er février.

Ce virus est transmis par piqûres de moustiques du genre Aedes aegypti et de moustiques tigres, qui peuvent aussi être porteurs de la dengue et du chikungunya. Le virus ne se transmet pas directement entre humains.

Le virus Zika a été repéré pour la première fois en 1947, sur un singe en Ouganda. Il porte d’ailleurs le nom d’une forêt située au sud de Kampala, capitale du pays. D’après le Haut conseil de la santé publique (HCST), le virus a été isolé chez l’homme dès 1952 en Ouganda et en Tanzanie.

La première épidémie d’importance date de 2007 dans les îles de Yap en Micronésie. En Polynésie française, entre novembre 2013 et février 2014, environ 32 000 personnes ont été infectées. Et en 2014 et 2015 c’est autour de la Nouvelle-Calédonie d’être touchée par une épidémie. La souche de ce virus circule désormais en Amérique, où il provoque depuis 2015 une épidémie « sans précédent », selon l’Institut Pasteur.

Lire aussi : L’OMS s’alarme de l’extension du virus Zika

Malgré cette propagation, la « maladie est mal connue », selon le HCST, mais elle présente quelques caractéristiques :

  • dans la grande majorité des cas (70 à 80 %) l’infection passe inaperçue. Lorsqu’ils s’expriment sur une personne, les symptômes sont de type grippal – fièvre, maux de tête, courbatures – accompagnés d’éruptions cutanées. « La durée d’incubation varie de 3 à 12 jours », d’après le HCST ;
  • le virus peut aussi se manifester par une conjonctivite ou par une douleur derrière les yeux, ainsi que par un œdème des mains ou des pieds ;
  • la maladie se propage moins que la dengue ou le chikungunya, qui se transmet aussi par des moustiques Aedes, mais les autorités sanitaires ont observé qu’elle entraînait une fréquence inhabituelle de complications neurologiques, qui peuvent provoquer un syndrome de Guillain-Barré ;
  • jusqu’ici aucun cas de décès par le virus Zika n’a été répertorié.
  • Pourquoi les femmes enceintes sont-elles particulièrement surveillées ?
Une mère de famille brésilienne avec son enfant atteint de microcéphalie, à Récife, le 27 janvier.
Une mère de famille brésilienne avec son enfant atteint de microcéphalie, à Récife, le 27 janvier. Felipe Dana / AP

Outre les symptômes mentionnés, le virus peut entraîner des malformations sur le fœtus porté par des femmes infectées. En effet, les femmes enceintes atteintes peuvent donner naissance à des nourrissons atteints de microcéphalie : les bébés naissent avec un périmètre crânien inférieur à 33 centimètres et un retard mental irréversible, s’ils parviennent à survivre.

Pour comprendre l’infection des fœtus par Zika, des études sont en cours, dont une en Polynésie française, où l’épidémie a sévi de fin 2013 à début 2014. En Martinique, où l’épidémie se propage actuellement, une cohorte regroupant les femmes enceintes est organisée pour établir avec certitude la relation entre Zika et microcéphalie.

A lire notre reportage : Zika, le virus qui menace les bébés brésiliens

  • Le virus Zika est-il présent en France ?

Aucun cas n’a encore été signalé en France métropolitaine. A l’été 2015, le Haut Conseil de la santé publique avait toutefois décrit un risque « réel » que le virus se répande en France métropolitaine, où le moustique tigre est implanté dans une vingtaine de départements, « notamment en cas de circulation du virus dans les départements français d’Amérique ».

Ces derniers jours les autorités sanitaires ont évoqué des cas autochtones (infections contractées sur place) dans les îles de Guadeloupe, Martinique et Saint-Martin, dans les Caraïbes. Marisol Touraine a d’ailleurs annoncé, jeudi, l’envoi « dans quelques jours » de renforts sanitaires en Martinique pour évaluer les besoins des hôpitaux et des médecins.

Lire aussi : Le virus Zika progresse en Martinique

Le littoral de la Guyane française, en Amérique du Sud, où 45 cas sont « biologiquement confirmés, et 160 suspectés dont quatre femmes enceintes », est passé en phase épidémique du virus Zika.

  • Quels sont les pays les plus touchés ?
Présence du virus Zika sur la planète.
Présence du virus Zika sur la planète.

Si le virus est réapparu pour la première fois au Brésil en mai 2015, il est désormais présent dans 21 des 55 pays du continent américain. Selon l’OMS, le virus Zika va continuer à s’étendre dans les prochaines semaines.

Le Brésil, qui accueille dans dix jours le carnaval de Rio de Janeiro, ne communique pas le nombre de patients atteints mais seulement les cas suspects de microcéphalie : près de 4 200 depuis octobre, contre seulement 147 bébés touchés en 2014. Le gouvernement brésilien a d’ailleurs annoncé, mardi 26 janvier, le déploiement de 220 000 soldats pour intensifier la lutte contre le virus. Les militaires mobilisés iront de foyer en foyer pour distribuer des dépliants sensibilisant aux moyens de lutte contre l’épidémie.

La Colombie est le deuxième pays le plus affecté avec plus de 13 800 cas confirmés, dont 890 femmes enceintes et une centaine de bébés avec microcéphalie. Le gouvernement a décrété mardi le premier niveau d’alerte afin que les hôpitaux se préparent à répondre à une expansion de la maladie.

Face à cette propagation de l’épidémie, la présidente brésilienne, Dilma Roussef, a appelé les pays d’Amérique du Sud à adopter « une action de coopération dans la lutte contre le virus Zika ». Elle a également annoncé une réunion des ministres de la santé du Mercosur, le marché commun sud-américain. De son côté, le président des Etats-Unis, Barack Obama, a lancé mardi soir un appel à des actions urgentes.

« Le président a souligné le besoin d’accélérer les efforts de recherche pour mettre au point de meilleurs diagnostics, des vaccins et des traitements et s’assurer que tous les Américains soient informés sur le virus Zika », a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

Enfin, depuis une semaine, la présence du virus a été signalée dans au moins six pays européens  : le Royaume-Uni, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, le Danemark et la Suisse. Toutefois aucune infection n’a été rapportée chez des femmes enceintes.

  • Quelles précautions prendre ?

Il n’existe pas, pour l’heure, de traitement curatif ni de vaccin contre cette maladie. Les seuls traitements consistent à réduire les douleurs par la prise d’antalgiques. Le Brésil a cependant annoncé, samedi 16 janvier, un test pour diagnostiquer en même temps les virus de Zika, du chikungunya et de la dengue. Il sera appliqué en priorité aux femmes enceintes. Le ministre de la santé brésilien a également recommandé aux femmes « d’éviter de tomber enceinte en ce moment ».

Lire aussi : L’épidémie de Zika relance le débat sur l’avortement au Brésil

En France, le ministère de la santé a diffusé, vendredi, quelques recommandations pour prévenir la dissémination du virus. Il préconise de détruire les larves et les gîtes potentiels de moustiques (supprimer des soucoupes sous les pots de plantes, vider au moins une fois par semaine les récipients contenant de l’eau stagnante…) et de se protéger des piqûres en portant des vêtements longs et en utilisant des répulsifs et des moustiquaires.

Il faut surtout se protéger pendant la journée, ajoute le ministère, les moustiques transmettant le virus ayant principalement une activité diurne.

82e6f090-bf50-11e5-8e81-597f973028de_I160120cfLR

Zika : l’OMS s’attend à 3 à 4 millions de cas sur le continent américain

L’épidémie du virus Zika pourrait affecter entre 3 à 4 millions de personnes sur le continent américain, a prévenu jeudi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

« On peut s’attendre à 3 à 4 millions de cas », a déclaré un haut responsable de l’OMS pour le continent américain, Marcos Espinal, lors d’une réunion à Genève. Un porte-parole de l’OMS, Christian Lindmeier, a précisé à l’AFP que ces cas concernaient la région des « Amériques ». Il a également indiqué que l’OMS ne disposait pas encore de statistiques sur l’état actuel de l’épidémie, qui est sous-évaluée puisque la majorité des cas sont bénins.

407cddb0-c3ff-11e5-8a1f-d75a7c6c376d_L160123cLR

Virus Zika: des compagnies prêtes à accommoder les femmes enceintes

Les transporteurs aériens Air Transat et Air Canada se disent prêts à... (Photo archives The New York Times)

Photo archives The New York Times

Les transporteurs aériens Air Transat et Air Canada se disent prêts à accommoder les femmes enceintes qui prévoyaient voyager dans des pays touchés par le virus Zika, en pleine éclosion dans la plupart des pays d’Amérique centrale, d’Amérique du Sud et des Caraïbes, à l’exception notable de Cuba. Le Zika a des effets bénins sur l’humain, mais pourrait causer des malformations congénitales chez les nouveau-nés.

Air Transat permet aux clientes enceintes ayant acheté un billet au Mexique et en République dominicaine de changer la date du voyage ou de changer de destination. Tous les occupants d’une chambre pourront en profiter.

D’autres destinations pourraient s’ajouter à cette politique. «Nous surveillons la situation de très près. Pour l’instant, on se concentre vraiment sur les femmes enceintes puisque les avis internationaux indiquent que le virus pourrait avoir de grandes incidences sur les femmes enceintes», explique Debbie Cabana, porte-parole d’Air Transat.

« Air Canada a mis en place une politique de bonne volonté visant à faciliter les modifications pour les clientes enceintes qui voyagent à destination de zones touchées», a indiqué par courriel la porte-parole Isabelle Arthur.

L’agence de la santé publique du Canada recommande aux femmes enceintes de repousser un voyage dans les régions touchées par le virus Zika et, le cas échéant, de prendre de «strictes mesures pour se protéger contre les piqûres de moustiques».

Un nombre anormalement élevé de bébés nés avec une tête très petite et un cerveau sous-développé a été observé au Brésil dans plusieurs régions. Cette conséquence n’a toutefois pas été prouvée scientifiquement.

a65ae980-c33f-11e5-8bda-0d2aa1258562_N160124cfLR

Zika: des malformations dramatiques pour l’enfant et de nombreuses questions

Les scientifiques estiment qu’il y a un lien « hautement probable » entre Zika et les microcéphalies constatées notamment en Polynésie française et au Brésil mais de nombreuses questions demeurent sur la manière dont le virus affecte le foetus chez les femmes enceintes.

Question : Qu’est-ce qu’une microcéphalie ?

Réponse: « La microcéphalie est une diminution de la taille par rapport à l’âge (gestationnel ou à la naissance) de l’encéphale et donc du périmètre crânien (…) avec plus ou moins de lésions cérébrales », explique le professeur Jean-François Delfraissy, directeur de l’Institut immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Les causes sont multiples: infectieuses, virales, toxiques ou en raison d’un placenta mal irrigué voire des causes génétiques inconnues.

Q: Zika est-il responsable de l’augmentation importante des microcéphalies chez les nourrissons actuellement observée au Brésil ?

R: « Le lien entre Zika et microcéphalie est hautement probable mais pour l’heure, il n’est pas encore prouvé au sens scientifique du terme », résume le professeur Delfraissy.

Les chercheurs avancent un lien de cause à effet d’une part en raison d’une hausse significative de cas de microcéphalies en zone d’endémie Zika et, d’autre part, en raison de la présence du virus détectée lors d’avortements de femmes vivant en zone d’endémie et dont le foetus présentait une microcéphalie.

« Jusqu’à présent, on n’avait aucune information sur le rôle possible de Zika comme agent à l’origine de malformations. On ne s’y attendait pas car c’est un virus proche de maladies qu’on connaît mieux comme la dengue ou la fièvre jaune, qui posent des problèmes de santé sans pour autant causer de malformations », explique André Cabié, chef du service des maladies infectieuses et tropicales au CHU de Fort-de-France en Martinique.

Q: Comment Zika agit sur le foetus et existe-t-il un traitement ?

R: « On sait que des infections virales peuvent donner des malformations, surtout quand elles surviennent au premier trimestre de la grossesse au moment où les organes vitaux se forment », explique le professeur Cabié.

La rubéole, le cytomégalovirus ou la toxoplasmose sont depuis longtemps répertoriées comme causes de malformations chez le foetus.

« Les virus traversent le placenta, se localisent chez le foetus, parfois au niveau de certaines cellules cérébrales », ajoute le Pr Delfraissy.

Pour comprendre l’infection des foetus par Zika, des études sont en cours dont une en Polynésie française où l’épidémie a sévi de fin 2013 à début 2014. En Martinique, où l’épidémie se propage actuellement, « une cohorte » regroupant les femmes enceintes est organisée pour établir avec certitude la relation entre Zika et microcéphalie.

La difficulté est que cette infection est majoritairement asymptomatique (pas de symptôme comme la fièvre par exemple). Une femme enceinte peut donc être infectée sans le savoir. A l’inverse, des cas de femmes enceintes affectées par Zika et dont l’enfant ne présente pas de microcéphalie ont été observés.

Pourquoi le virus agit-il seulement chez certaines femmes enceintes ? Y a-t-il des facteurs à risques ? Des maladies associées ? Autant de questions auxquelles les chercheurs ne peuvent répondre.

En outre, les médecins ne disposent ni d’outils de diagnostic fiables, ni de traitement.

Q: Quelles sont les conséquences pour l’enfant ?

R: « Sur les tableaux de malformations graves, ce n’est pas compatible avec une vie prolongée. Si le cerveau ne s’est pas développé, le corps ne peut pas fonctionner. En Polynésie, ces malformations ont majoritairement conduit à des interruptions volontaires de grossesse car les enfants n’auraient pas survécu plus que quelques jours », souligne le Pr Cabié.

« La première issue peut être la mort in utero en raison de la sévérité de l’atteinte cérébrale », poursuit le Pr Delfraissy. « Pour les enfants naissant avec une microcéphalie, l’avenir est variable: le bébé peut devenir un infirme cérébral avec une palette d’intensités sur le plan moteur et du déficit cognitif (intellectuel), les circuits cérébraux ne pouvant pas bien se mettre en place », explique-t-il.

Pour d’autres enfants dont certaines zones du cerveau auront été moins atteintes, ils se développeront « un peu mieux sur le plan moteur mais moins bien sur le plan psychomoteur ».

Même dans les atteintes « plus légères », le pronostic au niveau fonctionnel et psychomoteur « reste relativement sévère ». « C’est un vrai drame », conclut le Pr Delfraissy.

808bb5a0-c5aa-11e5-a35e-b91879573b83_N151220cfLR

Virus Zika : informer les femmes enceintes

Actu Santé

Virus Zika : informer les femmes enceintes
Virus Zika : informer les femmes enceintes

Le ministère en charge de la Santé vient de confirmer que le virus Zika gagne du terrain dans les Départements français d’Amérique. Ainsi, la Martinique est passée le 21 janvier au stade épidémique, avec à ce jour 102 cas confirmés. Dans ce contexte  le Haut Conseil de santé publique (HCSP) a publié des mesures de prévention à destination des femmes enceintes.

Selon le ministère, « l’hypothèse d’une relation de cause à effet entre la recrudescence de cas de microcéphalies fœtales ou néonatales et une infection par le virus Zika chez la mère est probable. » Voilà pourquoi les autorités sanitaires ont décidé de renforcer leur action par les mesures suivantes :

  • Une information spécifique sur les malformations congénitales et les autres complications pouvant survenir lors d’une infection par le virus Zika sera assurée par les professionnels de santé auprès des femmes enceintes ou à désir de grossesse. Un suivi médical et une prise en charge renforcée seront mis en place ;
  • En cas de découverte à l’échographie d’anomalies congénitales, il sera nécessaire de procéder rapidement à un bilan pour en définir la cause. La patiente sera alors orientée vers un Centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal (CPDPN) pour une évaluation étiologique et pronostique de l’affection fœtale dont les conséquences possibles lui seront expliquées ;
  • Il est recommandé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse de retarder tout voyage où sévit Zika;
  • Par ailleurs, l’INPES recommande aux femmes enceintes de se protéger « par tous les moyens disponibles » contre les piqûres de moustiques et tout particulièrement au cours des deux premiers trimestres de la grossesse.

Outre les 102 cas en Martinique, 45 ont été relevés en Guyane, 1 en Guadeloupe et 1 à Saint-Martin.

Rappelons que le virus Zika se manifeste le plus souvent par des symptômes de type grippal (fièvre, maux de tête, courbatures) accompagnés des éruptions cutanées. Ils se manifestent dans les 3 à 12 jours qui suivent la piqûre par le moustique contaminé. L’infection par le virus Zika peut également se caractériser par une conjonctivite ou par une douleur derrière les yeux, ainsi que par un œdème des mains et/ou des pieds. La fièvre apparait peu élevée.

En cas de signes cliniques évocateurs d’une infection par le virus Zika, il est recommandé de consulter un médecin, le plus rapidement possible, pendant le séjour ou au retour.

Virus Zika: Touraine déconseille la Martinique, la Guyane et les TOM aux femmes enceintes

SANTE Le virus peut causer de graves malformations du fœtus…

Touraine
Touraine – capture

M.P.

Invitée de France info ce jeudi, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a demandé aux femmes enceintes de « différer leur voyage en Martinique, en Guyane et dans les territoires d’outre-mer » en raison de « l’épidémie sérieuse » du virus Zika, qui peut avoir des conséquences graves sur le foetus.

L’épidémie a débuté en Amérique du Sud et notamment au Brésil. Déjà responsable de la transmission de la dengue et du chikungunya, c’est encore le moustique aedes (de type aegypti et albopictus) qui est responsable de cette épidémie. Pour les adultes en bonne santé, le virus est peu grave mais il peut provoquer des cas de microcéphalie, une malformation de la tête chez les nourrissons, lorsqu’une mère est touchée.

Depuis la semaine dernière, le virus est arrivé en Europe, par le biais de personnes ayant voyagé en Amérique du Sud. De par leur proximité géographique, la Martinique, la Guyane et les territoires d’outre-mer, sont exposés. Plus d’une ceintaine de cas ont déjà été recensés en Martinique et Guyane.

===========

Commentaires

Alain  •                                    dans les banlieues : le virus « zyva » est déjà là, avec les mêmes effets sur les « jeunes » ….

  • DANIEL  •                    bah ! tant que c’est sur le continent américain……………………….

    ~~ Auld Lang Syne ~~  •en une seule ligne, bravo
  • jack  •                             « La Colombie, le Salvador, l’Equateur, le Brésil et la Jamaïque recommandent désormais aux femmes de ne pas tomber enceintes ». Que veut dire ce charabia?
  • HamHam  •                    « se propage de manière explosive »
    Le virus serait-il un peu halal sur les bords ? 🙂
  • Fabe  •                              Microcéphalie: malformation congénitales présente chez 100% des musulmans…
  • VengeurMasqué  •      La microcéphalie: un passeport pour être ministre.
  • BLEUDEVY  •                  Plus de copulation sans préso !    La fin du monde est pour demain semble-t-il ? Aucun traitement et des enfants monstrueux…. Bel avenir pour la planète !
  • Lydia Essenpreis  en février 2009 nous avions la grève générale aux Antilles avec à sa tête le lKp , en 2016 nous avons le ziKa , quoiqu’il en soit nous sommes dans le KK
    bon sens  •                         après le chickougougna, la dengue, voilà la mu zika.

    • Les recherches sur les smartphones et logiciels de jeux vidéos , inutiles, intéressent plus que les insectes.
      Quand on voit le bill gates nous parler de l’éradication définitive du paludisme avec des médecins soldats aller saupoudrer les mares d’eaux, on se dit que les petites bêtes ont de beaux jours devant elles.
      Laheyne  •          Sida, Ebola, Zika… vive le XXIe, ses merveilles de technologie, ses maladies inconnues qui apparaissent comme par magie, ses marchands de vaccins qui vont bien trouver les solutions miracles pour le peuple qui a toujours une bonne raison de crever de trouille !
    • charliehebdo  •    on attend une guerre destructrice mondiale, et c?est un #$%$ de moustique minuscule qui risque de #$%$ la #$%$
    • Alain  •                   de futurs électeurs pour le PS…. déjà sans cervelle !
      Jean  •                     ça va calmer les gens pauvres de se reproduire
      Laheyne  •            La Polynésie française et ses nombreuses explosions atomiques ! Plus facile de jeter la faute (peut-être réelle, mais… ) sur un moustique « mutant » et détourner l’attention de ce qui est une conséquence !!!
    • noelson             je rajouterais que la notion de Dom Tom n’existe plus. Il faudrait faire passer un Brevet des collègues avant de proposer un poste de ministre.

      • macros     L’essentiel en matière de santé publique n’est il pas de se faire comprendre ? D’ailleurs le titre et le contenu diffèrent                             Elle connaît clairement pas sa géographie. C’est comme si elle disait qu’il fallait pas aller en Bretagne et en France. Mais soit, ça peut être une légère étourderie dit à chaud mais 20 minutes aurait pu réajuster l’information dans le titre car ça n’y aucun sens.

      • gautiervon      C’est quoi cette embrouille que vous nous faites avec la Bretagne ?
        Déjà que la république nous a amputés d’une partie de notre territoire historique.
        Sachez que: un breton sur deux se sent autant breton que français et que plus d’un sur cinq se sent davantage breton que français. Qu’on nous foute la paix à la fin…

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s