Dynamisme sous contrôle

107342~1.PNG

Migrants à Calais: les politiques s’invitent dans le débat

Le cas du camps de migrants à Calais agite, à nouveau, la classe politique. Longtemps évoquée par la maire Les Républicains de la ville, Natacha Bouchard, c’est au tour de Xavier Bertrand, le nouveau président de la région Nord-pas-de-Calais-Picardie, de réclamer l’intervention de l’armée dans la ville. Sur BFMTV, l’élu a annoncé vouloir « protéger le port de Calais » et « sécuriser » la ville grâce aux militaires.Cette déclaration a été faite à l’issue d’une « réunion de crise » à laquelle participait, outre le président de la Région, la maire LR de la ville et le directeur du port, Jean-Marc Puissesseau. « Il faut la tenue d’un conseil ministériel ou interministériel pour se rendre compte de la souffrance et de tout ce qui se passe à Calais », a insisté Xavier Bertrand.

Procès renvoyé

Cette rencontre des autorités intervient au lendemain d’un week-end de tension dans la ville. Quelque 2.000 personnes ont manifesté dimanche dans le centre-ville à l’appel des socio-professionnels pour « soutenir les emplois » et réclamer à nouveau un « moratoire fiscal » pour les entreprises de la région. Cette opération faisait suite à une autre manifestation samedi, où 2.000 personnes étaient venues « exprimer leur solidarité » avec les migrants et exiger « des conditions d’accueil dignes ».

C’est à l’issue de cette action que, événement exceptionnel, 50 d’entre eux se sont introduits à bord d’un ferry qu’ils ont bloqué durant trois heures avant d’être délogés dans le calme par la police. Le procès en comparution immédiate de six d’entre eux et de deux militants No Border, poursuivis pour « infraction au code des transports », a été renvoyé au 22 février, procureur et avocats ayant réclamé un délai supplémentaire.

Les six migrants seront maintenus en détention, car « vu leur situation irrégulière sur le territoire, la volonté de se rendre par tous les moyens en Angleterre fait craindre le risque de réitération », selon le tribunal. Les deux associatifs, eux, ont été relâchés. Une décision déclenchant la colère de Natacha Bouchard, la maire de Calais. Au vu de la gravité avérée des faits, cette décision est totalement incompréhensible et renforce le sentiment selon lequel les activistes peuvent commettre des délits en toute impunité », a-t-elle exprimé dans un communiqué.

Alain Juppé en déplacement mercredi

© Fournis par BFMNewsAlors que Xavier Bertrand a invité François Hollande à « venir se rendre sur place pour qu’il entende la population de Calais », c’est un autre membre de l’exécutif qui devrait aborder la question mardi. Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, est en effet attendu à Lille. Ce déplacement sera l’occasion pour le ministre d’aborder la question, notamment, des contrôles aux frontières, avec les nouveaux outils dont disposent les forces de l’ordre.

Mais cette thématique de la crise migratoire pourrait bien être un enjeu de la primaire à droite, et plus largement de la présidentielle de 2017, comme le prouve la venue d’Alain Juppé. Le maire de Bordeaux, et candidat favori à la primaire de la droite et du centre, visitera mercredi le centre Jules-Ferry où sont, notamment, distribués des repas aux réfugiés. Plus surprenant, Alain Juppé devrait se rendre dans la « Jungle ». Avant lui, peu de personnalités avaient arpenté le camps.

« La France n’est plus le pays des droits de l’homme », déplore Me Eric Dupond-Moretti

Le célèbre avocat pénaliste était l’invité de Jean-Jacques Bourdin, ce lundi matin. L’occasion de faire part de ses inquiétudes vis-à-vis de la probable prolongation de l’Etat d’urgence, décrété à la suite des attentats du 13 novembre à Paris.© Fournis par BFMNews« La France n’est plus le pays des droits de l’homme. » La phrase choc est signée Me Eric Dupond-Moretti. Invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi matin, le célèbre avocat pénaliste est venu préciser sa pensée sur BFMTV/RMC.

« Strasbourg condamne régulièrement la France, c’est même le pays le plus condamné par la cour européenne de sauvegarde des droits de l’homme. Il est vrai après la Turquie, ce qui n’est pas très glorieux », a répondu dans un premier temps Me Eric Dupond-Moretti.

Par ailleurs, « toutes les avancées en matières de libertés individuelles nous viennent de Strasbourg; comme la présence d’un avocat en garde à vue. » « C’est le pays des droits de l’homme à l’exportation », a-t-il déploré dans un second temps.

L’Etat d’urgence, et la séparation des pouvoirs

Faut-il ou non prolonger l’Etat d’urgence, instauré en France depuis les attentats du 13 novembre à Paris? Pour l’avocat pénaliste, le débat pose surtout la question de « la séparation des pouvoirs ».

« On est dans un système dans lequel la police contrôle la police », a-t-il expliqué. « Oui, il faut renoncer à la prolongation de l’Etat d’urgence », a-t-il ensuite plaidé.

« Mais qu’on soit bien clairs: ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas prendre de mesures, car là nous sommes anesthésiés par la douleur. Evidemment qu’il faut donner plus de moyens à la police, pour éradiquer contre le terrorisme. »

Des abus

« Le problème », a ajouté Me Eric Dupond-Moretti, « c’est quand on trop de pouvoir, on risque d’en abuser. » Et de s’appuyer sur l’exemple des contestataires interpellés en marge de la COP21, ou encore de Halim Abdelmalek, dont l’assignation à résidence a été annulée par le Conseil d’Etat, qui a également condamné l’Etat à lui verser 1.500 euros d’indemnités.

  • Une nouvelle oeuvre de Banksy a été peinte en face de l'ambassade française à Londres

    En imagesBanksy s’engage une nouvelle fois pour les migrants

    Une nouvelle oeuvre de Banksy a été peinte en face de l’ambassade française à LondresUne nouvelle œuvre de l’artiste Banksy a été repérée à Londres. Située en face de l’ambassade française, elle représente une jeune Cosette devant un drapeau tricolore déchiré, en proie au gaz lacrymogène. A côté de la fillette, un QR code renvoie vers une vidéo montrant les policiers français utilisant canons à eau et gaz lacrymogènes contre les migrants présents dans le camp, qui fuient ces fumées.

    Ce n’est pas la première fois que Banksy se mobilise en faveur des migrants vivants dans la jungle de Calais. En décembre dernier, trois de ses œuvres ont même été peintes au sein du bidonville calaisien, dont une montrant Steve Jobs portant un baluchon –le cofondateur d’Apple était le fils d’un immigré syrien. La deuxième était un pastiche du «Radeau de la méduse», où Banksy avait remplacé le navire par les ferries qui traversent la Manche. La troisième réalisation montrant un enfant regardant les côtes anglaises avec un oiseau sur l’épaule et une valise à ses pieds.

    Avant cela, l’artiste britannique dont on ignore toujours l’identité avait demandé à ce que les matériaux utilisés pour construire Dismaland, un parc d’attraction engagé dans lequel il avait regroupé ses œuvres et celles d’une cinquantaine d’artistes, soient envoyés à Calais afin de construire des abris pour les migrants.

  • © Stefan Wermuth / Reuters

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :