Que se passe-t-il quand on tire au pistolet sur une banane ?

sans-titre

L’Europe veut que les produits en provenance des colonies israéliennes soient étiquetés

Le Monde.fr avec AFP

Appel au boycott des produits israéliens dans un camp de réfugiés près de Bethléem, en septembre 2014.

La Commission européenne a demandé, mercredi 11 novembre, aux 28 Etats membres de mettre en œuvre l’étiquetage des produits originaires des colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, selon un communiqué officiel.

La décision controversée, reportée à plusieurs reprises et à laquelle s’oppose vivement Israël, a été adoptée lors d’une réunion du collège des commissaires européens à Bruxelles. Aujourd’hui les produits des colonies israéliennes – tous illégaux au regard du droit international – sont étiquetés comme fabriqués en Israël. La provenance précise devra donc désormais être indiquée sur l’étiquette des produits.

L’Union européenne considère qu’il s’agit avant tout d’une mesure « technique » visant à informer les consommateurs européens et non d’une décision « politique » comme l’affirme le gouvernement israélien.

Possibles répercussions « sur les relations entre Israël et l’UE »

L’argument n’a visiblement pas convaincu : le premier ministre Benjamin Netanyhou a ainsi déclaré que l’UE « devrait avoir honte » de sa décision. Le porte-parole des affaires étrangères israélien a immédiatement condamné l’annonce et convoqué le représentant de l’UE en Israël.

Lire les réactions en Israël : L’étiquetage par l’UE des produits fabriqués dans les colonies provoque la fureur d’Israël

Il s’est ému du « deux poids, deux mesures » pratiqué selon lui par l’Union européenne alors qu’il y a plus de 200 querelles territoriales dans le monde et qu’Israël est actuellement confronté à une « vague de terrorisme ».

« L’étiquetage des produits ne fait pas avancer le processus politique entre Israël et les Palestiniens, au contraire. L’étiquetage renforcera les éléments radicaux qui soutiennent le boycott d’Israël et dénient à Israël le droit d’exister. »

Cette mesure « pourrait avoir des répercussions sur les relations entre Israël et l’Union européenne », a-t-il ajouté. Le pays avait déjà averti mardi qu’une telle décision aurait des « implications politiques ».

« Les produits issus d’un crime de guerre doivent être interdits, pas seulement étiquetés »

Les produits concernés représentent « moins de 1 % » du total des échanges commerciaux entre l’UE et Israël, soit 154 millions d’euros en 2014, selon des chiffres de la Commission. Mais l’ambassadeur israélien avait pour sa part évalué les produits visés à « 2 % à 3 % » des exportations israéliennes vers l’UE, soit une valeur à 200 millions de dollars (187 millions d’euros) chaque année.

Mais plus que son impact commercial, le gouvernement de droite de Benyamin Nétanyahou craint que la mesure européenne ne « soutienne et encourage » le mouvement international BDS (Boycott, désinvestissement, sanctions) contre l’Etat hébreu, qui monte en puissance.

L’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a salué une mesure positive, mais « insuffisante ».

« Les produits issus d’un crime de guerre doivent être interdits, pas seulement étiquetés. »

Le coordinateur général du Comité national palestinien de BDS, Mahmoud Nawajaa, s’est également félicité de la décision :

« Elle montre que les gouvernements européens réagissent à l’opinion publique, aux campagnes de la société civile comme à l’intransigeance israélienne, et deviennent plus enclins à engager certaines actions élémentaires contre les violations par Israël du droit international. »

Une annonce qu’il a toutefois nuancée, rappelant que « mettre en place quelques étiquettes sur un petit nombre de produits israéliens n’est pas une réponse à la mesure des crimes de guerre israéliens continus ».

Lire aussi : Israël face à la menace montante du boycottage

L’origine des produits issus des colonies israéliennes sera désormais signalée sur l’étiquette

PRODUITS COLONIES ISRAELIENNES

INTERNATIONAL – L’UE a approuvé mercredi 11 novembre la mise en oeuvre de l’étiquetage des produits originaires des colonies israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés, une mesure aussitôt dénoncée par Israël qui a averti qu’elle pourrait endommager ses relations avec l’Union.

La décision controversée, attendue depuis des mois mais reportée à plusieurs reprises, a été approuvée lors d’une réunion du collège des commissaires européens à Bruxelles, selon une source de la Commission. La Commission a « adopté ce matin la notice interprétative sur l’indication d’origine des marchandises en provenance des Territoires occupés par Israël depuis juin 1967 », a précisé la source.

Israël dénonce une « mesure discriminatoire »

Aussitôt, Benjamin Netanyahu a déclaré que « l’Union européenne devrait avoir honte ». « La décision de l’Union européenne est hypocrite et dictée par une politique du deux poids, deux mesures, puisqu’elle ne concerne qu’Israël et pas les 200 autres conflits (territoriaux) ailleurs dans le monde », a dit le Premier ministre israélien, actuellement aux Etats-Unis, selon son bureau.

Après cela, le pays a convoqué le représentant de l’UE en Israël. Le ministère israélien des Affaires étrangères a fustigé une « mesure discriminatoire » prise pour des « raisons politiques », qui à ses yeux compliquera encore davantage le processus de paix avec les Palestiniens, au point mort depuis le printemps 2014.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait même affirmé en septembre que l’initiative de l’UE rappelait « une époque où les produits des Juifs étaient étiquetés », en faisant référence à la période nazie. Les responsables israéliens ont d’ores et déjà mis en garde l’UE contre les « implications » de ses directives relatives à l’étiquetage. « Depuis l’entrée en fonction de la nouvelle équipe à la tête de l’UE (il y a un an) nous avons clairement dit en Israël que nous nous félicitions des contributions de l’UE au processus de paix. Ce qui arrive pourrait nous forcer à reconsidérer » cette position, a prévenu dès mardi le chef de la mission israélienne auprès de l’UE à Bruxelles, David Walzer. L’UE cherche à relancer le processus de paix israélo-palestinien par l’intermédiaire du Quartette pour le Proche-Orient (qui regroupe l’Union, les Etats-Unis, l’ONU et la Russie).

En fin de journée, Israël a indiqué que ses diplomates ne participeront pas à un certain nombre de réunions avec l’Union européenne (UE). « Compte tenu de la dernière décision de l’UE, Israël suspend son dialogue diplomatique avec elle dans plusieurs forums qui devaient avoir lieu au cours des prochaines semaines », a affirmé le ministère israélien des Affaires étrangères

Pour l’UE, une « question technique, pas une prise de position politique »

Face à la colère du gouvernement israélien, l’UE s’est efforcée de minimiser la portée de son geste. « C’est une question technique, pas une prise de position politique », a insisté mercredi le vice-président de l’exécutif européen Valdis Dombrovskis lors d’un point presse, rappelant que l’UE ne soutenait « aucune forme de boycott ou de sanctions contre Israël ». Débattue depuis 2012, cette décision qui s’impose aux 28 Etats membres vise à informer les consommateurs européens de l’origine des produits qu’ils consomment, conformément à la législation commerciale de l’UE, selon la Commission.

Elle porte désormais l’obligation à l’industrie alimentaire et à la distribution de mentionner spécifiquement sur les étiquettes que les marchandises viennent des colonies, qui pour l’UE comme pour la communauté internationale, ne font pas partie du territoire d’Israël. Or aujourd’hui les produits des implantations israéliennes en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et sur le plateau du Golan sont étiquetés comme fabriqués en Israël.

Netanyahu craint une décision favorable à un mouvement de boycott

Les marchandises concernées, en majorité des produits agricoles (fruits, légumes, vins) et des cosmétiques, représentent « moins de 1% » du total des échanges commerciaux entre l’UE et Israël, soit 154 millions d’euros en 2014, selon des chiffres de la Commission. Mais plus que son impact sur la balance commerciale, le gouvernement de droite de Benjamin Netanyahu craint que la mesure européenne ne « soutienne et encourage » le mouvement international BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) contre l’Etat hébreu, qui monte en puissance. « Ce que l’UE est en train de faire va soutenir et encourager le BDS contre Israël », a déploré le représentant israélien auprès de l’UE.

Dans un communiqué, le Comité national palestinien pour le BDS s’est réjoui de la décision « qui montre que les gouvernements européens réagissent à l’opinion publique, aux campagnes de la société civile comme à l’intransigeance israélienne, et deviennent plus enclins à engager certaines actions élémentaires contre les violations par Israël du droit international ». « Cela dit, mettre en place quelques étiquettes sur un petit nombre de produits israéliens n’est pas une réponse à la mesure des crimes de guerre israéliens continus », a souligné Mahmoud Nawajaa, le coordinateur général du BDS palestinien.

Lire aussi :

• Chiffres, localisation… le point sur les colonies israéliennes

• Israël – Palestine: le couteau, l’arme devenue symbole de la flambée de violences

L’UE veut étiqueter les produits provenant des colonies en Palestine, Israël se fâche

 LEXPRESS.fr avec AFP

un-homme-brandit-un-drapeau-palestinien-dans-un-champs-d-oliviers-a-hebron-hebron-en-cisjordanie-occupee-le-16-octobre-2010_5461314Un homme brandit un drapeau palestinien dans un champs d’oliviers à Hébron Hébron en Cisjordanie occupée, le 16 octobre 2010    afp.com/Hazem Bader

La Commission européenne a demandé aux Etats membres de mettre en oeuvre l’étiquetage des produits venant des colonies israéliennes dans les territoires occupés. Israël suspend certains dialogues avec l’Union.

Une décision controversée, reportée à plusieurs reprises, mais finalement approuvée lors d’une réunion du collège des commissaires européens à Bruxelles ce mercredi. La Commission européenne a adopté « la notice interprétative sur l’indication d’origine des marchandises en provenance des Territoires occupés par Israël depuis juin 1967″. Dans son communiqué, l’UE précise qu’il s’agit avant tout d’une mesure « technique » visant à informer les consommateurs européens. Une précaution insuffisante pour apaiser la colère d’Israël, qui renvoie l’Europe à son passé antisémite.

La campagne de boycott encouragée?

La décision européenne repose sur l’obligation faite à l’industrie alimentaire et à la distribution de mentionner l’origine des produits sur les étiquettes. Jusqu’à présent, les produits des colonies israéliennes -toutes illégales au regard du droit international- étaient étiquetés comme fabriqués en Israël. Avec cette nouvelle contrainte, ils seront désormais signalés comme originaires des territoires occupés.

Plus que son impact commercial, Israël craint que la mesure européenne ne « soutienne et encourage » le mouvement international BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) contre l’Etat hébreu, qui monte en puissance. Le changement de signalétique qui pourrait, en théorie, faciliter le boycott des produits originaires des colonies israéliennes, réclamé par des associations comme France Palestine Solidarité. Et ce alors que, le 7 novembre dernier, la Cour de cassation a jugé discriminatoire l’appel au boycott de produits venant d’Israël.

>> Lire aussi: « Pourquoi le boycott commence à faire peur à Israël »

« L’Europe devrait avoir honte », pour Netanyahu

Les produits concernés par cet étiquetage représentent « moins de 1% » du total des échanges commerciaux entre l’UE et Israël, soit 154 millions d’euros en 2014, selon des chiffres de la Commission.

La réaction d’Israël ne s’est pas pas fait attendre, qui « condamne » cette décision, et a convoqué le représentant de l’Union. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a ensuite déclaré que « l’Union européenne devrait avoir honte » et a invoqué l’antisémitisme nazi: « L’étiquetage des produits de l’État juif par l’Union européenne réveille de sombres souvenirs. L’Europe devrait avoir honte », a-t-il déclaré dans une vidéo diffusée par ses services. « Alors qu’il y a des centaines de conflits territoriaux à travers le monde, (l’Union européenne) a décidé de s’en prendre seulement à Israël, alors qu’Israël combat le dos au mur contre une vague de terrorisme », a dit le Premier ministre, actuellement aux États-Unis.

A mots à peine couverts, la ministre de la Justice Ayelet Shaked a accusé l’Union d’antisémitisme. « La décision de marquer les produits des implantations est une décision anti-israélienne et antijuive. L’hypocrisie européenne et la haine contre Israël ont dépassé toutes les limites ».

En représailles, Israël a annoncé suspendre une série de dialogues avec l’Union européenne.

==============

Commentaires

Emmanuelle  •   Pourquoi refusent-ils que l’on sache d’ où viennent les produits? Ont-ils quelque chose à se reprocher ??

  • OC  •                   Achetons les produits de nos terres
  • Geronimo  •      Une mesure légale de la part de l union européenne. Des marchandises qui viennent des territoires occupés doivent étre étiquetés selon leurs Origines et avec le nom , le lieu du fabriquant et le certificat d origine de la marchandise selon la réglementation de l import export . Israel cherche t il a ignorer encore une fois la réglementation internationale en matière du commerce.
  • VIVIRIN  •       Quelles colonies ? En fait , des territoires occupés par l’état fasciste , raciste , colonialiste et illégal d’Israel .Ces produits doivent être étiquetés  » En provenance des territoires occupés  » qu’Israel refuse de restituer malgré les nombreuses recommandations de l’ONU .
  • bibi  •                « estimant que « l’étiquetage des produits de l’État juif par l’Union européenne réveille de sombres souvenirs ».
    Ce ne sont pas des produits de l’État Juif, mais des territoires occupés illégalement par Israël.
     » alors qu’Israël combat le dos au mur contre une vague de terrorisme »
    Et qui a fait tout son possible pour la provoquer, « cette vague de terrorisme?.
    Et ils viennent pleurer, après?.
    Soyons sérieux.
  • Mauricette  •     eux devraient avoir honte
  • tolbiase  •            Incroyable , ces gens s’installent dans un pays qui ne leur appartient pas , à moins de penser que Dieux éxiste, et qu’ils sont sont peuple, donc les élus…c’est ça ,et le père noel aussi existe ainsi que les cloches de pâque…Les Israéliens sont d’une arrongance stupéfiante, ils ne respectent pas les résolutions des nations unies, et en plus ils se plaignent, sont toujours en train de geindre, de donner dans la victimisation, l’antisémitisme c’est leur fond de commerce…Ceci dit on se demande d’où viennent les millions de Palestiniens qui croupissent dans des camps de réfugiés depuis des décénnies, de la lune peut être…Pour comprendre l’affaire il suffit de regarder les frontières de l’entité sioniste en 1948 et celles de 2015 ,tout est dit, ce qu’ils veulent c’est le grand Israel, le reste n’est que littérature. Tôt ou tard cet état raçiste et colonialiste s’écroulera , comme l’Afrique du sud de l’apartheid, les Palestiniens pourront rentrer chez eux, récupérer leur terres , leur maisons , et le monde sera plus sûr…
    Francois  •             Allez, on parie?
    Combien de temps et de pression faudra-t-il a la droite colonialiste pour faire revenir l’EU en arrière?
    Pour moi c’est une question de jours peut être d’heures
    Archibald & Fils  •eternel bavardage israélien pour justifier la colonisation
    Gabriel Cohen  •    On devrait écrire « Jude » sur les vitrines des magasins qui vendent ces produits.

Stephen                            De quel pays la Palestine fut un protectorat ? Quel grand Etat dominait Machrek et une partie de notre Maghreb actuel au 19eme siècle. Ah l’histoire!

jeronimotexas               Excellente idée, la liberté à un prix: celui de faire connaître les injustices Merci pour cette petite lueur d’espoir pour le peuple Palestinien en souffrance

Lyly_23

@Ragnarocke :                         pffffff îl fait regarder la zut chez soi avant de regarder celle des autres …

samuelarie

@chaalors                      quant à ne plus rien acheter de ce qui vient d’Israël, il va falloir vite se séparer de vos smartphones et applis, ainsi que votre ordi, du moins une grande partie de ce qu’il contient, conçu en grande partie par des ingénieurs israéliens (2ème place technologique mondiale) de toutes origines et religions.   si vous le dites. Donc en pénalisant ces produits, vous les pénalisez ? Non ?

@knah67:                       tout à fait d’accord!! :

furusato                         comment se faire des ennemis dans les deux camps ?. Logique mais j’aimerais l’étiquetage du hallal aussi n’ayant aucune intention de verser une dîme aux imams ( à l’insu de mon plein gré ) .

Robert BIGEAT              En attendant il faut mieux vivre dans un territoire soi-disant « occupé » par Israël, que dans beaucoup d’autres lieux au proche Orient. Ainsi il vaut mieux éviter la Syrie par les temps qui courent…ou encore l’Irak. Mais la Syrie n’a eu que ce qu’elle méritait après avoir tenté, il y a trente ans, de s’emparer du Liban en y fomentant puis entretenant une guerre. Et le Dieu qui protège Israël semble plus puissant et efficace que celui qui protégerait les pays vivant sous le joug islamiste….

Philibert Delorme         Tout ça me fait penser à une fable de La Fontaine dans laquelle un pauvre baudet (Israël 8 millions d’habitants, n ème économie mondiale) se voit sévèrement condamné pour avoir brouté un bord de chemin d’une largeur de langue, alors que le Lion (la Chine, + 1 milliard d’habitants, 1 ère économie mondiale) bénéficie de l’indulgence et de la compréhension de l’assemblée des animaux.

Tintin                                  Israel pourrait peut être lui aussi accueillir des migrants de Syrie p.e . plutôt que des juifs du reste du Monde.Se mélanger à d autres cultures ne pourrait que l’enrichir.. il y a besoin en Urgence en israel d’un système de vases communicants interculturels sinon ce pays va continuer de s’empoisonner de l’interieur….il est encore temps…

Ayatollah Gros Milou 

@Tintin:                               Si Israël voulait accueillir les Chrétiens d’Orient persécutés, je crois que ces derniers ne refuseraient pas l’hospitalité : enfin un pays où ils pourraient vivre en sécurité !

Caroline H                          Israël n’est pas indifférent à la tragédie humaine des réfugiés syriens et africains.Mais Israël est un pays minuscule :20 000 km2 = la surface de la Lorraine. Israël héberge déjà 50 000 réfugiés d’Erythrée et du Soudan.De toute façon,depuis le conflit avec la Syrie, sur les 4 millions de réfugiés qui ont fui vers la Jordanie, le Liban,la Turquie, aucun n’a tenté de rejoindre Israël

Rimousk

@ch :                                     vous jouez la naïve ! Israël qui occupe le Golan syrien ne veut pas accueillir les réfugiés syriens en Israël . Ceux qui y sont soignés sont obligés de repartir . Pire: Abbas a proposé d’accueillir en Cisjordanie des palestiniens de Syrie ( et déjà réfugiés depuis leur expulsion en 1948) menacés par Assad ou Daech .Netanyahou a refusé……

palladio                              Ce qui serait bien, c’est que, conformément à la résolution 194 de l’ONU (votée par la France), l’Etat israélien rapatrie enfin les Palestiniens qu’il a expulsés en 1948. Finalement, ces Palestiniens ne demandent qu’à rentrer chez eux en territoire israélien alors il n’y a aucune raison de ne pas respecter leur droit de rentrer chez eux. L’ensemble du conflit provient de ce que le projet européen sioniste consistait à prendre leur place (cf. l’historien israélien Sternhell, le Monde du 15 mars)

Alexandre K

@Tintin:                  25% de la population israélienne est musulmane. En France nous sommes loin de ce chiffre, avons un territoire immense comparé aux 20000 km2, et donc ne sommes pas en mesure de donner des leçons sur la mixité.

PIERRE-MARIE MURAZ

@Tintin !               quand Israël a accueilli des blessés Syriens , les Druzes ont mis le Bazar ! …

Caroline H 

@Palladio :           faites taire votre cynisme.Vous qui connaissez si bien l’historique du conflit israélo-palestinien, vs savez que les palestiniens se sont enfuis en 48 et en 68 car les pays de la ligue arabe leur promettaient une victoire expéditive et un retour triomphal.Depuis, les 600 000 mille enfuis,sont devenus quelque 8 000 000. Concevriez -vous la Lorraine, dont la superficie égale celle d’Israël soit 20 000km2, accueillir 8 000 000 réfugiés syriens?

tom                        je sais enfin ce que je ne dois pas acheter. comme la majorité des personnes pourvues de bon sens.

PIERRE-MARIE MURAZ       Et les produits de Jordanie produit sur la rive Palestinienne du Jourdain annexée par la Jordanie, comment sont-ils étiquettes ?

Andre Angle 

@The Void:                                 Enfin, vous avez trouve la « solution finale » , la vraie de vraie.

Mat                                                 Cet étiquetage n’a absolument rien d’antisémite et il est dangereux de le prétendre. Mais il est totalement contestable. Pourquoi n’étiqueter que les produits israéliens et pas les produits marocains fabriqués au Sahara Occidental colonisé et annexé, ni les produits turcs fabriqués à Chypre Nord colonisée et annexée? Ce qui est insupportable est de ne viser, systématiquement, qu’Israel. Aucun grand principe ne justifie ce deux poids deux mesures permanent contre Israel.

Cletus                                          Des produits fabriqués dans le Sahara occidental ? Vous pensez à quoi qui pourrait être exporté chez nous ?

TrancheChair                            Ce sont des cas relativement obscurs, et peut-etre vous avez raison, mais les colonies israeliennes sont les causes racines d’un grand part des troubles du Proche-Orient entier, et donc c’est beaucoup plus pressant et ne peut pas attendre les autres. Merci pour ne pas invoquer l’antisémitisme.

Mat

@Cletus :                               Le Maroc exporte chez nous notamment du poisson pêché au Sahara Occidental.

@TrancheChair :                    l’argument selon lequel les colonies israéliennes seraient la cause des troubles du Proche Orient est selon moi totalement erroné. Ceux qui se battent en prétendant « défendre les Palestiniens » (sauf ceux massacrés par Bachar à Alep, mais passons) n’appellent pas au retour aux lignes de 67 mais à la disparition de tout Israel.

Cletus                                     Du poisson péché dans le désert ; c’est original. Nous nous allons jusqu’à Terre-Neuve pécher du thon.

Mousterlin

@Mat:                                    vous êtes sérieusement en train de comparer un peu de pêche dans les eaux qui bordent le Sahara occidental avec la colonisation de la Palestine par les israéliens (occupation militaire, arrachage des oliviers, démolition de maisons, nouveaux permis de construire accordés uniquement à des israéliens, contrôle systématique des déplacements, rétention des subsides accordés par les organisations internationales, etc.) ?

Hans                                     Tempête dans un verre de haine.

Friedrich Hain                 Hum, tempête de haine dans un verre d’eau plutôt.

daniel                                  Zones géographies annexées par Israël après 1967? À ma connaissance, ni Gaza ni la Cisjordanie n’ont jamais été annexées!

C.                                 Alors pourquoi les colonies s’y sont-elles développées, et, pour Gaza, se sont elles retirées ? Pourquoi ne ferait-on pas la même chose pour les colonies de Cisjordanie ?

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s