L’addition svp!!!

 UNTITL~1

#Budget Michel Sapin annonce de nouvelles mesures d’économies pour dégager 4 milliards d’euros supplémentaires en 2015 >>

Selon « Le Monde », le ministre des Finances a transmis à Bruxelles un programme de stabilité financière qui prévoit 4 milliards d’euros d’économies supplémentaires pour 2015. Voici comment ces 4 milliards seront dégagés dans le détail :
– 2,4 milliards d’euros d’économies pour l’Etat et ses opérateurs (via notamment un allégement de la charge de la dette)
– 1 milliard d’économies pour la Sécurité sociale (dont 400 millions de réduction des dépenses d’assurance maladie)
– 600 millions de recettes supplémentaires (dont 400 millions récoltés sur la régularisation des avoirs détenus à l »étranger)

Michel Sapin précise par ailleurs dans « Le Monde » que « la France sera au rendez-vous de moins de 3% (de déficit) en 2017 ».

Michel Sapin annonce de nouvelles mesures d’économie pour dégager 4 milliards d’euros

Le Monde.fr | Patrick Roger

Les ministres des finances et de l'économie Michel Sapin et Emmanuel Macron à l'Assemblée, le 1er avril.

Le ministre des finances, Michel Sapin, détaille dans Le Monde les 4 milliards d’euros de mesures supplémentaires prévues en 2015 dans le programme de stabilité budgétaire qui va être transmis à la Commission européenne. L’Etat et ses opérateurs contribueront pour 2,4 milliards d’euros, notamment grâce à l’allégement de la charge de la dette.

La Sécurité sociale fournira une contribution d’un milliard d’euros, se répartissant entre une diminution de 400 millions d’euros de l’objectif national des dépenses d’assurance maladie et 600 millions pour le reste du social. S’y ajoutent 600 millions d’euros de recettes supplémentaires, dont 400 millions de plus que prévu en loi de finances par la régularisation des avoirs détenus à l’étranger. Pas d’effort supplémentaire demandé aux collectivités territoriales.

La France défendra devant la Commission européenne une stratégie budgétaire qui, sans mettre en danger la croissance renaissante, doit permettre d’atteindre les objectifs de réduction du déficit qu’elle s’est fixés et que la Commission lui a recommandés après lui avoir accordé un délai supplémentaire de deux ans. « Nous avons souhaité avoir une trajectoire de réduction de nos déficits prudente mais légèrement meilleure que celle que nous recommandait la Commission, souligne M. Sapin. La France sera au rendez-vous de moins de 3 % en 2017. »

Lire aussi : Bercy table sur un timide retour de la croissance

En outre, les mesures en faveur de l’investissement des entreprises annoncées mercredi 8 avril par Manuel Valls seront applicables dès le 15 avril. Une instruction ministérielle sera publiée « dans les prochains jours », annonce dans Le Monde le ministre des finances. Elle précisera les types d’investissements industriels concernés et les modes de calcul pour que les entreprises puissent les intégrer dans leurs acomptes d’impôt sur les sociétés pour les investissements engagés à partir de la date du 15 avril. Une mesure législative interviendra rétroactivement dans le cadre du projet de loi sur la croissance et l’activité actuellement en cours de discussion au Parlement. Il n’y aura pas de projet de loi de finances rectificative cet été, annonce M. Sapin.

Impôts sur le revenu 2015 : Sapin reparle du prélèvement à la source

Le ministre des Finances a lancé mardi la campagne 2015 des impôts sur le revenu en évoquant de nouveau le prélèvement à la source, «une bonne idée» selon lui. Mesure que le gouvernement avait abandonné en 2012.

Depuis le ministère des Finances ce mardi, Michel Sapin a lancé la campagne 2015 de l'impôt sur le revenu : le ministre a rappelé que 9 millions de Français paieront moins ou ne paieront plus d'impôts. Il est également revenu sur le prélèvement à la source, «une bonne idée». 
Depuis le ministère des Finances ce mardi, Michel Sapin a lancé la campagne 2015 de l’impôt sur le revenu : le ministre a rappelé que 9 millions de Français paieront moins ou ne paieront plus d’impôts. Il est également revenu sur le prélèvement à la source, «une bonne idée».  AFP/Martin Bureau

La campagne de collecte d’impôt sur le revenu est lancée. Mercredi à minuit s’ouvrira le site de déclaration en ligne afin que les quelque 37 millions de foyers fiscaux puissent déclarer leurs revenus de l’année écoulée. Parlant d’un «rendez-vous important de l’année fiscale», le ministre des Finances Michel Sapin a également évoqué le prélèvement à la source.

C’est une «bonne idée», résume le ministre. «La simplification, ce serait la retenue à la source, un dispositif qui, en soi lorsqu’il marche, lorsqu’il est mis en place depuis de nombreuses années dans certains pays, est très satisfaisant», a détaillé Michel Sapin.

En Belgique, en Allemagne, en Espagne ou au Royaume-Uni, le prélèvement à la source des impôts sur le revenu est en place depuis très longtemps. Mais en France, si la discussion a de nombreuses fois été engagée, cela reste à l’état d’hypothèse.

En 2012, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, tout juste arrivé au pouvoir, avait relancé l’idée avant de l’abandonner un an plus tard, la jugeant trop complexe à mettre en oeuvre. En décembre dernier, de nouvelles discussions ont été engagées au plus haut sommet de l’Etat, mais rien de concret n’a été décidé.

Trois millions de Français sortent de l’impôt

En outre, Michel Sapin a rappelé que «pour la première fois depuis 2010, un contribuable dont la situation ne change pas ne paiera pas plus d’impôt sur le revenu». Le gouvernement a en effet prévu dans sa loi de finances pour 2015 un allègement d’impôt pour les plus bas salaires, passant notamment par la suppression de la première tranche d’impôt. Le seuil d’entrée dans l’impôt sur le revenu est désormais de 9 690 euros, contre 6 011 euros auparavant.

«L’impôt va baisser ou être annulé pour plus de neuf millions de foyers fiscaux», a expliqué Michel Sapin, parlant d’environ 3 millions de Français sortant purement et simplement de l’impôt. Il a assuré que cette baisse se ferait sans augmentation pour les autres catégories de contribuables.

Enfin, le ministre a, une nouvelle fois, défendu les «avantages» de la déclaration en ligne par rapport au papier, rappelant que désormais un tiers (36 %) des contribuables déclaraient sur internet et que «près de 5 millions de foyers» ont opté pour le tout dématérialisé. «Nous travaillons aujourd’hui à des modalités qui permettraient d’amplifier ce mouvement au cours des années qui viennent, 2016 et 2017», a-t-il assuré.

 – Idé

La hausse des impôts locaux, c’est pour bientôt

Face à la baisse des dotations de l’État, les maires n’auront pas d’autre choix que de relever les taxes locales. Pour certains, il faudra tailler dans les dépenses.

La pause fiscale est déjà terminée. Si le gouvernement n’augmente pas les impôts en 2015, les communes pourraient s’en charger. Jeudi, le Premier ministre a adressé une fin de non-recevoir à l’Association des maires de France (AMF), qui demandait un délai sur les baisses de dotations de l’État. À deux semaines des élections départementales, les maires – dont bon nombre sont aussi conseillers généraux – espéraient un coup de pouce de Manuel Valls. Leur dernière cartouche perdue, ils se retrouvent face à une situation inédite. Depuis 2013 et jusqu’en 2017, les collectivités locales verront leurs dotations baisser de 30 milliards d’euros dont la moitié pour les communes. Une austérité sans précédent.

En pleine campagne électorale, les présidents de conseils généraux s’engagent à ne pas augmenter les impôts départementaux. Une promesse facile puisque leurs leviers fiscaux sont réduits à la taxe sur le foncier bâti et aux droits de mutation (taxes sur les actes notariés). « Je ne vais pas aller taxer les propriétaires de petits pavillons de banlieue, ce serait suicidaire », promet Jérôme Guedj (PS, Essonne). Mais, prévient Dominique Bussereau (UMP, Charente-Maritime), « à moyen terme la situation sera plus compliquée car nous avons des investissements à financer ».

Au Mans, Jean-Claude Boulard relève les impôts d’1% par an

Les maires tiennent le même discours. Ils sont en train de boucler leurs budgets 2015 qui devraient être en recul de 3 milliards d’euros, soit 3%. Depuis deux ans, ils les ont ajustés en taillant de 5% dans les investissements. Moins de travaux et d’entretien des routes, moins de services publics. Leurs coupes budgétaires pourraient grimper à 30 % dans les trois prochaines années. Les maires menacent : 10 milliards d’investissement en moins, ce sont 80.000 emplois en péril dans le BTP.

À terme, une hausse des impôts locaux paraît inévitable. La taxe d’habitation et la taxe foncière, qui pèsent pour plus de la moitié des recettes des mairies, n’y échapperont pas. Les tarifs des cantines et des centres aérés non plus. « Les communes n’ont pas de réserves, un nombre important y recourra dès cette année, assure Philippe Laurent, secrétaire général de l’AMF et maire de Sceaux. Et pratiquement toutes en 2017, si ça continue ainsi. » À Bordeaux, Alain Juppé a déjà annoncé une augmentation des impôts qui serait d’environ 5%. Au Mans, le prudent Jean-Claude Boulard les relève chaque année de 1%. Mieux vaut prévenir que guérir. « C’est le seul moyen de maintenir la qualité du service public et son périmètre », assure celui que l’on a surnommé « Monsieur 1% ».

Privatisation des services publics

Le risque est de voir des maires supprimer des centres aérés, les vacances pour les plus démunis ou les services à domicile pour les personnes âgées. Selon l’AMF, certains élus sont même tentés de privatiser des services publics pour limiter les dépenses. C’est le cas des crèches, dont le coût moyen atteint 4.000 € par place. Des entreprises privées de gestion l’ont d’ailleurs bien compris et démarchent des communes.

Reste le tabou ultime : les fonctionnaires territoriaux. Rennes, Limoges ou Lyon y pensent déjà. La masse salariale pèse en moyenne 60 % du budget d’une grande ville. Les épineux sujets de la maîtrise des revalorisations et de la durée du temps de travail sont aussi sur la table. « Chez nous, il est hors de question d’augmenter les impôts, plaide un porte-parole de l’Association des maires de grandes villes. On pose la question des dépenses. » À Lyon, la fusion de la ville et du département du Rhône a conduit à aligner les indemnités des fonctionnaires par le bas! Du jamais-vu dans une collectivité.

Les impôts locaux augmentent, Sapin met en cause l’opposition

Comme BFMBusiness l’annonçait dès vendredi, les conseils municipaux de nombreuses villes viennent de décider d’augmenter les impôts locaux 2015. Ce 14 avril, Michel Sapin, a mis en cause les élus d’opposition.

==========

Pourquoi ?                                 Pourquoi moins de 50% des foyers payent l’impôt. C’est absolument anormal. 100% des foyers devraient payer l’impôt en fonction de leur revenus bien sur. Ceux qui ne payent pas d’impôt, ne devraient pas avoir le droit de vote, d’utiliser les routes, les écoles…..

Lolo                                          Je suis absolument contre le prélèvement à la source, c’est encore mesure pour que l’on devienne des assistés et que l’impôt nous semble indolore. Déclarer et payer ses impôts doivent rester un geste citoyen                    Olam6691                               et Cahuzac ? qu’est ce qu’il devient ?

Runakuna                               Au lieu de regarder ce qui se fait en Allemagne, Espagne etc, perso j’aimerais mieux qu’il regarde du côté de la Bolivie (pays félicité par le FMI quand même). Eux gardent leurs tickets de caisse lorsqu’ils font des achats ; ils déclarent leurs recettes et leur impôt est relatif à : Recettes moins dépenses de l’année. Plus équitable aux finances du contribuable en tous cas !

Ben                                           Le prélèvement à la source, un pas en avant, 3 en arrière. Attention, beaucoup de français ne savent pas ce qu’est la retenue à la source. Un tel dispositif ne dispense pas de déposer une déclaration chaque année et pose de nombreux problèmes dans sa mise en place, tant au niveau de l’Etat qu’au niveau des entreprises. Par ailleurs, pourquoi Sapin reparle de la retenue à la source alors que ses services veulent rendre obligatoire la mensualisation de l’impôt ? Enfin, petite note d’optimisme, cette année mes impôts baissent ! On gueule quand ça augmente, il faut aussi le dire quand ça baisse. Donc, merci au gouvernement !

552d73899027e                        Stratégie pour faire oublier le chômage ! Pendant ce temps les gens pensent « impôts  » et non chômage ! Classique.

  • buggs                                                          Dotations réduites alors que les communes en ont besoin.L’Etat doit réduire ses dépenses ,s’attaquer a la suppression du Sénat ,réduire le nombre de députés. De ceci les dotations n’ont pas a être réduites. Les collectivités territoriales détenues grandement par les socialistes coûtent énormément chères. Les communes seraient bien avisées de réduire le nombre de jours des illuminations de Noel. Démarrer en novembre n’a pas de sens ,.Début des vacances de Noel au 3 janvier suffit Répondre 
  •  montmort                                                  l’heure de vérité des maires qui dans leur fuite en avant pour se faire réélire , ont succombé à la dépendance de la dépense publique en asservissant leurs administrés dans leurs errances, arrive. Sachant qu’on ne soumet aucune vérification de la compétence ou de la potentialité des élus, le bilan de l’activité des communes va révéler le bon grain de l’ivraie. 
  •  charles10240                                         de toute façon les impôts locaux ont toujours augmentés , cet umps vont faire que les français vont voter FN aux prochaines tant qu’ils ne changent pas le système des deputés et sénateurs et leur cumul de mandats et retraites dorées
  •  jean-camille                                            Les maires, tous partis confondus , continuent la gabegie ,rien n’a changé ,ils se foutent des économies ,de la dette ,des impôts ,et des contribuables… 
  •  normand01                                              beaucoup de villes sont passées a droite et voila les impôts qui arrivent souvenez vous il y avait que la gauche qui augmentait les impôts
  • p_sernine                                                       Et quand on entend tous ces types de l’UMP qui fustigent les hausses d’impôts du gouvernement et sont donc comme les autres obligés d’augmenter les impôts dans leurs villes! Et ce n’est pas fini car avec les nouveaux conseillers départementaux il y aura aussi d’autres hausses, venant de gauche comme de droite….Hier à
    Le fonctionnaire du privé                                – eh oui, la vie à crédit s’éteint avec la capacité d’endettement épuisée,..
    1. CAC95                                                                Tous ces maires sont irresponsables aucun cherche à réduire la facture.
      Bizarre les maires FN baissent les impôts locaux ?
      Arrêter de faire des ronds points à 300000 euros et d’embaucher des agents pour travailler 28 heures par semaine.
      Je ne vote pour un maire qui dit avant l’élection je ne baisse pas les impôts futurs.

      djfd                                                                        L’obligation qui s’impose actuellement au Maire UMP de Toulouse est la conséquence :- de la gestion désastreuse de son prédécesseur SOCIALISTE (endettement abyssal).
      – de la décision de notre gouvernement SOCIALISTE (réduction des dotations).

      canyon                                                                 c’est effectif depuis hier et le vote du Conseil municipal : la pression fiscale s’accentue dans la commune de Bordeaux. Les taux d’imposition encaissent une hausse de 5 % à compter de l’année fiscale 2015. Alain Juppé a présenté cette décision de sa majorité comme une fatalité compte tenu de la baisse des ressources apportées aux communes par l’État.comme disait Jacouille , le meilleur d’entre nous , tous socialos mais le portefeuille à droite , François peut dormir tranquille …

      CAC95                                                                 La DROITOISE à un exemple le plus remarquable de toute la France avec un certain BALKANI à Levallois.

    2. antiimposteur                                                     Ce n’est pas un problème de gauche ou de droite mais de nos politiques qui ne savent pas faire d’économies mais des promesses démagogiques sans les chiffrer.
      Alors cessons de pleurer et lisons les programmes qui nous montrent un avenir mirobolant avec des matins fiscaux qui déchantent !!!

    3. caramel760                                        c’est aussi un problème de communication où on a fait croire pendant des décennies que les services publics étaient gratuits or tout a un cout

      Comme les prestations sociales payées par les départements/régions ne diminuent pas, il faut bien augmenter localement pour compenser la baisse des dotations.   Sans baisse de nos dépenses, IMPOSSIBLE que les impôts diminuent.

    4. OJF                                       C’est le fruit de la collusion PSFN. Hollande taxe à mort le peuple et assèche financièrement les collectivités pour pousser le citoyen et la citoyenne à voter pour la pme familiale FN. Et le FN monte malgré les horreurs récurrentes prononcées par le patriarche.Hier à 13h58
    5. matou56                             une seule solution le RSA et vous ne payez rien du tout !
      captainmiki                                                       Les (ir)responsables de la politique, locale ou nationale, mettront le pays en faillite plutôt que de tailler dans leurs dépenses de Com’. Incapables de gérer le moindre dossier eux même ils se reposent sur des armées de consultants grassement payés. Quelques grosses sociétés se gavent avec des marchés juteux. Il faut bien que quelqu’un paye: augmentons les impôts! Les riches se barrent et les pauvres perdent leurs boulots, et eux ils se chamaillent et s’accrochent à leurs postes

      La décentralisation a été une catastrophe. Au moins dans une administration centrale il y a des gens compétents et incorruptibles. Dans une mairie???!

      Gooooal                                                             C’est bien joli mais lorsque l’exécutif vous retire les dotations de l’état en guise d’économie nationale, il faut bien que cela se répercute au niveau local, UMP ou pas ! Donc nous assistons tout simplement à un transfert de fiscalité de la part de ce gouvernement qui par ailleurs se targue d’économies !

    6. antiimposteur                                                    Le coût du service public devrait normalement diminuer et ne pas suivre la croissance du PIB (en France il l’a dépassé) du fait des progrès liés à l’informatisation.
      Exemple : les entreprises, pour partie les particuliers déclarent et paient leurs impôts via internet. Ce formidable gain de productivité aurait du contribuer à stabiliser le nombre de fonctionnaires dans ce ministère ce qui aurait eu pour effet de diminuer la charge de l’état en % du PIB. Il n’en a rien été, les gouvernements successifs et les collectivités publiques n’ont cesser d’embaucher surtout avec la décentralisation.
      Ce qui est déplorable c’est que les économies ont eu lieu sur les administrations qui rendent des services aux français et comme disait Coluche qui ne leur mettent pas des bâtons dans les trous.

        Complétement faux c’est bigmillions qui a été le premier Président le + créatif en matière d’impôts et de taxes en tous genres sauf pour les grosses fortunes c’est une des raisons pour lesquels il a été « présidentiellement » fessé comme son suiveur le sera Bear                                                                          En UN SEUL MOT, Fonc arrive a formuler un énoncé totalement inintelligible, voire ambigu. C’est PRODIGIEUX!… antiimposteur                                                         De nombreuses lois conduisent toutes les structures étatiques nationales et locales à produire des charges.
      Un autre exemple : les diagnostics, les autorisations … qu’il faut obtenir pour vendre un bien immobilier. Les mairies sont submergées de « papelards » que nos élites n’ont eu de cesse à inventer. La créativité administrative c’est un coût !!!

    7. L’Etat se défausse de ses propres économies qu’il est incapable de faire en renvoyant la balle aux municipalités et aux régions …
      Le coup du remodelage des régions permettra de justifier encore des dépenses supplémentaires, mais comme de moins en moins de gens peuvent payer il va falloir que tout ce mille feuille administratif implose, que l’on fasse enfin le grand ménage et que l’on rende plus productifs leurs agents…
      Sinon il faudra accepter que les gens descendent dans la rue.
      Une recette grèque adaptée à la la France mais à la sauce hollandaise! Notre pays c’est bien connu est un pays de « Grands Chefs ».

    8. ben25350                                                      Certes, le gouvernement, incapable d’afficher des économies de fonctionnement significatives, se défausse sur les collectivités locales.Mais celles-ci sont autant irresponsables, en choisissant d’augmenter les impôts au lieu (également) d’engager des économies.

      J’ai travaillé en emploi saisonnier dans une mairie : rien qu’en deux semaines il est possible d’observer de nombreux gaspillages ! Je parle uniquement d’une meilleure gestion, même en maintenant les effectifs pléthoriques.

      costibus                                                                      Quand vous avez été cadre dans des PME du privé, et que vous passez dans une collectivité locale, vous êtes sidéré par le faible temps de travail des salariés : pourquoi déroger aux 35 heures ?? et n’en faire statutairement que 28 ou 30, ce qui existe dans pas mal de conseils généraux ou de com »com ? et en plus un absentéisme à 10 / 15 %… Hollande a supprimé le jour de carence dans la fonction publique, c’est certainement sa mesure la plus coûteuse et démagogique.
      Les gisements d’économies sont considérables dans les budgets de fonctionnement des communes, mais des décennies de clientélisme font que les salariés y ont de très mauvaises habitudes…

    9. menil25                                       Le seul concret qui soit …. ce sont les augmentations d’impôts qui n’en finissent plus, malgré notre première place au hit parade européen!
      theodorum                                                          La même incompétence ! on ne peut dépenser plus que ce que l’on gagne, et on gagne d’autant moins que le secteur productif – merci à la Gauche d’avoir « inventé » le terme, même si en réalité ils ont plutôt éventé sa réalité.

      Les dépenses qui ne sont financées que par des impôts diminuent la compétitivité du secteur productif, seul producteur de richesses ,c’est plus que de l’ Économie élémentaire, du simple bon sens.Mettez vous ça dans la tête une fois pour toutes !
      Michel Onfray le philosophe a bien cadré la vraie question en affirmant que le vrai clivage n’était pas entre droite et gauche mais entre gagnants et perdants de la mondialisation !
      Nos hommes politiques n’y ont rien compris, tous ! Nous ne sommes pas sortis de l’ auberge !

    10. menil25                                  Je crois que si … nous sommes sortis de l’Auberge…. elle ferme ses portes et bientôt ce sera les restos du coeur pour tous! Personne ne nous dit qui alimentera les restos du coeur à ce moment là …. peut-être le Qatar?
    11. bisounours inside                    M’étonne même pas la hausse, certaines villes comme Strasbourg ont embauché 400fonctionnaire de plus en pleine période de crise !!!!Faut bien les payer a vie quand les autres se serrent la ceinture….Comme si les mairies de ces villes là, ne savaient pas que l’état aller réduire ces  » dons  ».Tout simplement effarant, n’importe qu’elle boite aurait déjà mis la clé sous la porte…Leurs gestionnaires sont tout simplement nullissimes.
    12. jermaup                                                                           Et Oui faut les payer les 103 aides sociales différentes. 3500 pages de code du travail. 618 384 élus. 1851 primes. 36 769 communes. 37 régimes de retraite.
    13. y-fontaine                                                                      A Pau, Bayrou n’a pas augmenté les prélèvements il l va même plutôt les baisser….c’est peut être ce genre de bonne gestion qu’il faudrait au pays ?
    14. ernest                                                          et si on réduisait ENFIN le train de vie de l’Etat , de nos députés,sénateurs etc      voir l’exemple de mme Merckel elle est tout autant respectable…….;non ??? marre de payer des impôts pour cela suis-je seul?

      YTour                                                         Moins de redistribution, moins de charges pour les entreprises, le monde anglo-saxon nous impose son modèle. On lui ajoute les cadeaux aux entreprises, dont une partie a déjà été utilisée pour augmenter les gros salaires, la french touch. Il ne reste plus qu’à nous convertir au protestantisme, éventuellement puritanisme et au créationnisme, et nous serons heureux.

      citoyen                                                      Où sont les économies: baisse des charges de la dette, meilleure rentrée fiscale, réévaluation des dépenses SS, … Le titre est un peu décalé!

      dick                                                          Exercice de grande qualité : baisse des charges de la dette + baisse d’un objectif de dépense de la sécu (quid de la réalisation ?) + recettes supplémentaires. On se demande pourquoi on emploie un ministre, cette présentation est du niveau de seconde option économie.

      furusato                                                     exposons moins notre endettement Comme ils s’apprêtent à nous endetter lourdement pour des jeux parisiens et une expo universelle ( ils n’ont pas compris que l’heureux dix-neuvième précédant la guerre de 14 /18 n’était plus de mise ) on n’est pas sorti de l’auberge à Picsou . Et je sais, éventuels contradicteurs , cet endettement est pour plus tard .

      ah bon?                                                      +1000 Les monarques s’en fichent, ils ne paieront pas et leur gloire augmente. Les contribuables sont désabusés et savent qu’ils ne peuvent rien, d’autant plus que leur nombre diminue. tout ceci finira mal car on ne pourra indéfiniment faire payer plus à toujours moins de gens… (et oui le rendement des impots diminue..)

  • Publicités
    Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s