Cauchemar en cuisine ?

en attendant les départementales.

Assistants FN au parlement européen: une enquête est ouverte à Paris

Ludovic Lamant et Marine Turchi

Le parquet de Paris a ouvert le 24 mars une enquête préliminaire pour « abus de confiance » présumés dans l’affaire des assistants du FN au parlement européen, à la suite du signalement du président du parlement Martin Schulz, le 9 mars. L’enquête a été confiée à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF).

C’est un deuxième front judiciaire qui s’ouvre en France pour le FN. Après l’enquête sur ses financements de campagnes ouverte en avril 2014 et la mise en examen pour « escroqueries » du trésorier du micro-parti de Marine Le Pen, le 17 mars, le Front national est désormais visé par une enquête préliminaire pour « abus de confiance » présumés dans l’affaire des assistants du parti au parlement européen. L’information a été confirmée lundi à l’AFP et Mediapart par des sources proches de l’enquête.

La justice ouvre une enquête sur les assistants du FN au Parlement européen

La justice a ouvert une enquête sur des soupçons de fraude dans l’emploi des assistants d’eurodéputés du Front national, payés par le budget du Parlement européen.

Déjà confronté à une information judiciaire sur le financement de ses campagnes, le parti d’extrême droite voit un nouveau front s’ouvrir avec cette enquête préliminaire, lancée par le parquet de Paris le 24 mars et confiée à l’Office anticorruption de la police judiciaire (OCLCIFF), ont précisé lundi à l’AFP des sources proches du dossier.

Les soupçons portent sur les conditions dans lesquelles sont employés et payés 20 assistants frontistes au Parlement européen, car leurs noms apparaissent aussi sur le dernier organigramme du parti en France, ce qui laisse supposer qu’ils pourraient être affectés à d’autres tâches tout en étant rémunérés par les fonds européens.

Cette situation a conduit la présidence du Parlement européen à saisir l’organisme antifraude de l’Union européenne, l’Olaf, et à transmettre le dossier à la justice française. Le Parlement avait rappelé le 9 mars que ces salaires « ne peuvent (…) financer des contrats établis avec des groupes politiques du Parlement ou des partis politiques ».

« On ne peut pas être payé par le Parlement européen et travailler pour un parti », avait résumé le président du Parlement, le socialiste Martin Schulz, répondant à la patronne du FN Marine Le Pen qui l’avait accusé d’organiser une « vaste manipulation politique », « sur instruction », selon elle, du Premier ministre Manuel Valls.

« C’est la suite logique », a réagi auprès de l’AFP Edouard Ferrand, chef de la délégation FN au Parlement européen. Pour lui, il s’agit d’une « persécution » à laquelle son parti va « réagir de manière juridique ». « On n’a rien à se reprocher. »

– Abus de confiance –

Principal enjeu pour les enquêteurs: déterminer si le FN rémunère effectivement des cadres avec des fonds réservés aux activités du Parlement européen, en les employant de manière fictive à Strasbourg. Ce détournement pourrait constituer un d’abus de confiance.

En annonçant avoir lancé des investigations, le Parlement européen avait détaillé ses soupçons. Quatre assistants « accrédités » (à Strasbourg ou Bruxelles) apparaissent dans l’organigramme du parti. C’est le cas aussi de 16 assistants locaux, censés être basés dans les circonscriptions d’élection de leur eurodéputé.

Parmi ces derniers, « dix ont conclu un contrat de travail qui indique comme adresse d’exécution l’adresse du siège du FN à Nanterre », expliquait l’instance européenne.

« De plus, la description de leur fonction contractuelle avec le député diffère en tout point de la nature des fonctions détaillées » au FN. Et « toujours selon cet organigramme, certains assistants ne travaillent pas pour le député auquel ils sont liés par un contrat de travail », s’étonnait le Parlement.

L’instance ajoutait qu’au-delà des vingt noms apparaissant sur l’organigramme, neuf autres cas posaient problème.

Le FN réfute toute irrégularité. Dans une note interne pour ses cadres, consultée par l’AFP, la formation assure que son organigramme « ne préjuge en rien du statut des personnes qui y figurent » ni de leurs activités politiques.

« Certains sont des (…) salariés à plein temps du parti, d’autres sont à temps partiel, partageant leurs activités professionnelles entre le parti et le député qu?ils assistent (en particulier lorsque ce député occupe au sein du FN des fonctions exécutives), la plupart enfin sont des bénévoles », poursuit la note.

Le FN était arrivé en tête en France aux élections européennes de 2014, avec 24,86%, ce qui lui avait permis de passer de trois sièges à 23.

Chaque député européen dispose d’une enveloppe mensuelle de 21.377 euros pour rémunérer et défrayer ses collaborateurs.

Dans les couloirs du Parlement européen, plusieurs députés avaient reconnu que la procédure déclenchée contre le FN pourrait cependant conduire à des « dégâts collatéraux » pour d’autres partis. Notamment en ce qui concerne les assistants « locaux », pour lesquels il est moins aisé de contrôler le caractère réel des prestations exercées.

« C’est possible que ça oblige à des ajustements ailleurs aussi », avait ainsi concédé à l’AFP une eurodéputée socialiste française, Pervenche Bérès.

Comment le FN profite de cette Europe qu’il veut « détruire »

Le parquet de Paris a ouvert une enquête sur des soupçons d’irrégularité dans l’emploi et la rémunération des assistants des eurodéputés du Front national. De la fraude à grande échelle. « L’Obs » a enquêté.

Strasbourg, le 11 mars. Marine Le Pen, Florian Philippot et la délégation FN sortent de l'hémicycle. (Pascal Bastien/Divergence pour Strasbourg, le 11 mars. Marine Le Pen, Florian Philippot et la délégation FN sortent de l’hémicycle. (Pascal Bastien/Divergence pour

« Non madame, je ne vous parlerai pas. Votre journal est à gerber. » Il est 14h10 ce mercredi 11 mars. Marine Le Pen sort parmi les dernières de l’hémicycle du Parlement européen de Strasbourg. Depuis deux jours, tout le monde ne parle que de la procédure pour « fraude » lancée par les services juridiques du Parlement à l’encontre de 23 députés du Front national soupçonnés d’utiliser 29 assistants, soit la moitié de leurs effectifs, au service du parti alors qu’ils sont censés travailler exclusivement sur des sujets européens.

Au regard de ce qui pourrait être considéré comme des « emplois fictifs » et du « financement illégal de parti », le président du Parlement européen, Martin Schulz, a saisi l’Office européen de Lutte Antifraude (Olaf) et averti la garde des Sceaux

FN : enquête ouverte à Paris dans l’affaire des assistants au Parlement européen

Le Monde.fr Gérard Davet et Fabrice Lhomme

Marine Le Pen et Florian Philippot lors d'un vote au Parlement européen de Strasbourg, mercredi 11 mars.

Le parquet de Paris a ordonné, mardi 24 mars, une enquête préliminaire visant le Front national, pour abus de confiance. L’enquête a été confiée à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF).

Le parquet général de Paris avait été saisi, mercredi 11 mars, d’une dénonciation émanant du Parlement européen, visant le statut de 29 assistants des 23 députés européens du parti d’extrême droite. Le Monde avait révélé, lundi 9 mars, les soupçons nourris par les services financiers du Parlement européen, à l’égard de ces assistants, suspectés de bénéficier de rémunérations versées par Bruxelles, tout en travaillant exclusivement pour le FN sur le territoire français. L’office européen anti-fraude (OLAF), avait été saisi de ces faits concernant « seulement » 20 assistants de députés FN, mais le président allemand du Parlement européen, Martin Schulz, avait accompagné cette initiative d’une lettre adressée à la ministre française de la justice, Christiane Taubira.

Lire aussi : Le FN au cœur d’une enquête pour fraude

Lire aussi : Qui sont les frontistes visés par l’enquête européenne pour fraude ?

Le parquet de Paris a donc souhaité ouvrir de son côté une enquête judiciaire, assimilant ces rémunérations communautaires à un financement illégal de parti politique. Les investigations, dans ce cadre strictement français, sont élargies à 29 assistants du FN. Parmi les cas suspects, on trouve trois membres du cabinet du président d’honneur du FN, Jean-Marie Le Pen – dont son directeur Guillaume L’Huillier –, et cinq proches de la présidente du parti, Marine Le Pen, parmi lesquels deux de ses conseillers spéciaux, Bruno Bilde et Julien Odoul.

Cela faisait plusieurs mois déjà que les services financiers du Parlement européen nourrissaient des doutes à l’égard des pratiques du Front national. A la fin du mois de février, ces mêmes services ont eu connaissance du nouvel organigramme de la direction du FN. Ils ont constaté que, sur les 82 personnes occupant des fonctions officielles dans cet organigramme, vingt étaient des assistants d’élus au Parlement européen – quatre étant des assistants « accrédités », donc censément basés dans les institutions à Bruxelles ou Strasbourg, et seize des assistants « locaux », c’est-à-dire implantés dans les circonscriptions.

Neuf autres assistants « locaux »

En poursuivant leurs investigations, les services financiers ont même découvert que neuf assistants « locaux » bénéficiaient également d’un contrat de travail les rattachant au siège du FN. N’apparaissant pas dans l’organigramme officiel du FN, leurs cas n’ont pas été soumis à l’OLAF, mais ils ont en revanche été révélés aux autorités judiciaires françaises.

Les mesures d’application du statut des députés européens prévoient (article 33, alinéa 2) que « seuls peuvent être pris en charge les frais correspondant à l’assistance nécessaire et directement liée à l’exercice du mandat parlementaire des députés » par le budget du Parlement européen. « Ces dépenses ne peuvent en aucun cas couvrir les frais liés à la sphère privée des députés. » L’article 43 précise que les salaires versés aux assistants par le Parlement « ne peuvent servir directement ou indirectement à financer des contrats établis avec des groupes politiques du Parlement ou des partis politiques ».

Il apparaît que parmi les vingt assistants locaux dénoncés à l’OLAF, dix ont conclu un contrat de travail qui indique comme adresse d’exécution le 78, rue des Suisses, à Nanterre, c’est-à-dire l’adresse du siège du Front national. C’est également le cas des neuf assistants d’élus au Parlement européen n’apparaissant pas dans l’organigramme et signalés à la justice française.

Un préjudice de 1,5 million d’euros par an

Le coût individuel le plus élevé pour le budget européen s’élève à 10 535 euros par mois. La masse salariale globale des 20 assistants parlementaires dont le cas vient d’être soumis à l’OLAF représente 1,5 million d’euros par an, ce qui équivaudrait à un préjudice global de 7,5 millions d’euros pour la totalité de la législature en cours. Un montant supérieur si l’on y ajoute les neuf autres contrats suspects signalés à la justice française…

Dès la révélation de l’affaire par Le Monde. fr, lundi 9 mars en début de soirée, Marine Le Pen avait réagi sur Twitter : « Le président du Parlement européen sort la grosse caisse (…). Une plainte sera déposée contre lui pour dénonciation calomnieuse. »

Sur son compte Twitter, le vice-président du Front national, Florian Philippot, avait aussi accusé Manuel Valls d’être à l’origine de cette saisie et d’avoir sollicité le président du Parlement, Martin Schulz, pour « monter une affaire bidon ». « Dans le fond, Schulz a raison. Nos assistants ne travaillent pas pour l’Union européenne mais contre elle », avait ironisé le député européen, dont plusieurs assistants seront eux-mêmes concernés par les enquêtes à venir.

Lire aussi : Vingt assistants du FN au Parlement européen visés par une procédure pour fraude

Assistants du FN au Parlement européen: une enquête ouverte à Paris sur des soupçons d’irrégularités de leur rémunération


FN PARLEMENT EUROPEEN

JUSTICE – Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris sur des soupçons d’irrégularités dans l’emploi et la rémunération des assistants des eurodéputés du FN, après un signalement du Parlement européen, ont déclaré lundi 30 mars à l’AFP des sources proches de l’enquête.

Les soupçons portent sur des salaires versés à 20 assistants, qui apparaissent sur l’organigramme du Front national, ce qui laisse supposer qu’ils sont affectés à d’autres tâches que le seul Parlement tout en étant rémunérés par cette instance. L’enquête a été confiée à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la Direction centrale de la police judiciaire.

Un possible préjudice de 7,5 millions d’euros

Le Parlement européen avait annoncé le 9 mars avoir saisi l’organisme antifraude de l’UE, l’Olaf, et transmis le dossier à la justice française. Il avait rappelé que les assistants parlementaires « doivent nécessairement et directement travailler à l’exercice du mandat parlementaire des députés européens ». Le préjudice représenterait 7,5 millions d’euros pour l’ensemble de la législature, avait estimé une source parlementaire.

« On ne peut pas être payé par le Parlement européen et travailler pour un parti », avait résumé le président du Parlement européen, l’Allemand Martin Schulz, répondant à la présidente du FN Marine Le Pen qui l’avait accusé d’organiser une « vaste manipulation politique », « sur instruction » selon elle du Premier ministre Manuel Valls. « L’organigramme de la direction nationale du parti reprend quatre assistants accrédités (à Strasbourg ou Bruxelles) et 16 assistants locaux (basés dans les circonscriptions). Parmi les assistants locaux concernés, dix ont conclu un contrat de travail qui indique comme adresse d’exécution l’adresse du siège du Front national à Nanterre », détaillait le Parlement européen dans son communiqué du 9 mars.

« De plus, la description de leur fonction contractuelle avec le député diffère en tout point de la nature des fonctions détaillées » dans l’organigramme ou sur le site du FN, poursuivait le Parlement. Et, « toujours selon cet organigramme, certains assistants ne travaillent pas pour le député auquel ils sont liés par un contrat de travail ». Le FN était arrivé en tête en France aux élections européennes de 2014, avec 24,86%, ce qui lui avait permis de passer de trois sièges à 23 au Parlement européen.

Parlement européen : ouverture d’une enquête à Paris sur les assistants du FN

Le Point –

Les soupçons portent sur des salaires versés à vingt assistants parlementaires, qui apparaissent également dans l’organigramme du Front national.

Le préjudice représenterait 7,5 millions d'euros pour l'ensemble de la législature, avait estimé une source parlementaire.
Le préjudice représenterait 7,5 millions d’euros pour l’ensemble de la législature, avait estimé une source parlementaire. © POL EMILE / Sipa

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris sur des soupçons d’irrégularités dans l’emploi et la rémunération des assistants des eurodéputés du Front national, après un signalement du Parlement européen, ont déclaré lundi des sources proches de l’enquête. Les soupçons portent sur des salaires versés à 20 assistants, qui apparaissent sur l’organigramme du FN, ce qui laisse supposer qu’ils sont affectés à d’autres tâches que le seul Parlement tout en étant rémunérés par cette instance. L’enquête a été confiée à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la Direction centrale de la police judiciaire.

Le Parlement européen avait annoncé le 9 mars qu’il avait saisi l’organisme antifraude de l’UE, l’Olaf, et transmis le dossier à la justice française. Il avait rappelé que les assistants parlementaires « doivent nécessairement et directement travailler à l’exercice du mandat parlementaire des députés européens ». Le préjudice représenterait 7,5 millions d’euros pour l’ensemble de la législature, avait estimé une source parlementaire.

« Vaste manipulation politique » (Marine Le Pen)

« On ne peut pas être payé par le Parlement européen et travailler pour un parti », avait résumé le président du Parlement européen, l’Allemand Martin Schulz, répondant à la présidente du FN Marine Le Pen qui l’avait accusé d’organiser une « vaste manipulation politique », « sur instruction », selon elle, du Premier ministre Manuel Valls. « L’organigramme de la direction nationale du parti reprend quatre assistants accrédités (à Strasbourg ou Bruxelles) et 16 assistants locaux (basés dans les circonscriptions). Parmi les assistants locaux concernés, dix ont conclu un contrat de travail qui indique comme adresse d’exécution l’adresse du siège du Front national à Nanterre », détaillait le Parlement européen dans son communiqué du 9 mars.

« De plus, la description de leur fonction contractuelle avec le député diffère en tout point de la nature des fonctions détaillées » dans l’organigramme ou sur le site du FN, poursuivait le Parlement. Et, « toujours selon cet organigramme, certains assistants ne travaillent pas pour le député auquel ils sont liés par un contrat de travail ». Le FN était arrivé en tête en France aux élections européennes de 2014, avec 24,86 %, ce qui lui avait permis de passer de 3 sièges à 23 au Parlement européen.

Enquête ouverte à Paris sur les assistants du FN au Parlement européen soupçonnés de fraude

Illustration de Marine Le Pen, présidente du Front national.
Illustration de Marine Le Pen, présidente du Front national. – SIPA

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris sur des soupçons d’irrégularités dans l’emploi et la rémunération des assistants des eurodéputés du FN, après un signalement du Parlement européen, ont déclaré lundi à l’AFP des sources proches de l’enquête.

Les soupçons portent sur des salaires versés à 20 assistants, qui apparaissent sur l’organigramme du Front national, ce qui laisse supposer qu’ils sont affectés à d’autres tâches que le seul Parlement tout en étant rémunérés par cette instance. L’enquête a été confiée à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la Direction centrale de la police judiciaire.

Un préjudice de 7,5 millions d’euros

Le Parlement européen avait annoncé le 9 mars avoir saisi l’organisme antifraude de l’UE, l’Olaf, et transmis le dossier à la justice française. Il avait rappelé que les assistants parlementaires «doivent nécessairement et directement travailler à l’exercice du mandat parlementaire des députés européens». Le préjudice représenterait 7,5 millions d’euros pour l’ensemble de la législature, avait estimé une source parlementaire.

«On ne peut pas être payé par le Parlement européen et travailler pour un parti», avait résumé le président du Parlement européen, l’Allemand Martin Schulz, répondant à la présidente du FN Marine Le Pen qui l’avait accusé d’organiser une «vaste manipulation politique», «sur instruction» selon elle du Premier ministre Manuel Valls.

«L’organigramme de la direction nationale du parti reprend quatre assistants accrédités (à Strasbourg ou Bruxelles) et 16 assistants locaux (basés dans les circonscriptions). Parmi les assistants locaux concernés, dix ont conclu un contrat de travail qui indique comme adresse d’exécution l’adresse du siège du Front national à Nanterre», détaillait le Parlement européen dans son communiqué du 9 mars.

Ils ne travaillent pas pour le député

«De plus, la description de leur fonction contractuelle avec le député diffère en tout point de la nature des fonctions détaillées» dans l’organigramme ou sur le site du FN, poursuivait le Parlement. Et, «toujours selon cet organigramme, certains assistants ne travaillent pas pour le député auquel ils sont liés par un contrat de travail».

Le FN était arrivé en tête en France aux élections européennes de 2014, avec 24,86%, ce qui lui avait permis de passer de trois sièges à 23 au Parlement européen.

Après les accusations de fraude, le FN s’amuse sur les bancs du Parlement européen

LE SCAN POLITIQUE/EN IMAGES – Le Parlement européen accuse vingt collaborateurs d’élus du FN de travailler pour le parti tout en étant rémunérés par l’institution. En réponse, Marine Le Pen et Florian Philippot se sont moqués de la presse qui relaie les accusations.

Mercredi, depuis les bancs du Parlement européen de Strasbourg, Marine Le Pen, Florian Philippot et Marie-Christine Arnautu ont opté pour l’ironie pour répondre à la polémique. À Strasbourg, le Front national est accusé de fraude pour faire travailler, au siège du parti, vingt collaborateurs d’élus qui devraient plutôt se plancher sur les dossiers européens défendus par leurs élus. «Vous aviez tous vos caméras braquées sur nous. On a un peu d’humour, on a adressé un petit signe amical», explique au Scan Marie-Christine Arnautu, eurodéputée FN du Sud-Est.

«Coucou Libé»
«Restez calme et votez FN» sur l'iPhone de Florian Philippot

«C’est un petit coup d’oxygène pendant une séance très longue», explique cette proche de la famille Le Pen. Et tant pis si les images peuvent donner l’impression d’un certain dilettantisme. «Ça m’est égal, j’ai la conscience tranquille», répond Marie-Christine Arnautu.

Selon le journal Le Monde, la fraude, si elle est confirmée, serait préjudiciable pour les contribuables à hauteur de 7,5 millions d’euros. Mais dès la publication de l’article relayant les accusations du président du Parlement européen, Marine Le Pen a annoncé une plainte en diffamation. «Manuel Valls mobilise ses amis socialistes contre le Front National: le président du Parlement européen sort la grosse caisse», avait-elle écrit sur Twitter.

«Dans le fond, Martin Schulz (le président du Parlement européen, ndlr) a raison… Nos assistants ne travaillent pas pour l’Union européenne mais contre elle!», avait quant à lui répondu Florian Philippot, le vice-président du parti.

 

Coignard : Philippot le parano

À peine son parti inquiété dans l’affaire des assistants parlementaires que le vice-président du FN s’attaque à la justice dans son ensemble.

Florian Philippot, le numéro deux du Front national, déclare dans une interview diffusée sur LCI qu’il ne fait « absolument pas » confiance à la justice, qui d’ailleurs lui « fait peur ». « Il y a des juges très bien, mais elle est beaucoup trop liée aux politiques », poursuit-il. À l’entendre, on a le sentiment qu’il évoque une sombre dictature où séviraient des sections spéciales.

Il est rare, sinon inédit, qu’une personnalité politique s’en prenne ainsi à l’institution judiciaire. Une attitude problématique pour quelqu’un qui aspire à exercer des responsabilités. Certes, la France se fait régulièrement condamner par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) parce qu’elle n’a pas coupé le lien hiérarchique qui unit le parquet à la chancellerie, donc au gouvernement. Mais Florian Philippot semble vivre dans une autre époque, celle de la justice couchée. Et avoir oublié quelques précédents édifiants, qui indiquent combien la justice n’a pas épargné le pouvoir exécutif en place.

Emmanuelli, Bérégovoy, Juppé et les autres

C’est la gauche qui est aux affaires quand, en janvier 1992, Renaud Van Ruymbeke, chargé du dossier Urba, perquisitionne le siège du Parti socialiste. À l’époque, le ministre délégué à la Justice, Georges Kiejman, dénonce devant la représentation nationale un « cambriolage judiciaire ». Mais il n’a pas pu l’empêcher. Début 2012, le juge Thierry Jean-Pierre enquête tambour battant sur le Premier ministre, Pierre Bérégovoy, qu’il soupçonne d’avoir bénéficié d’un prêt de complaisance.

C’est la droite qui gouverne le pays quand, en 2004, Alain Juppé est condamné dans l’affaire des emplois fictifs de la Mairie de Paris. Jacques Chirac, alors président, a tout à redouter de cette (…)

=====

Commentaires

  • ekhmervert |                                                       Impossible que nos citoyens nationaux « têtes hautes et mains propres » s’abaissent à de telles bassesses. Eux qui sont, parait-il, tellement plus honnêtes que ceux de l’UMPS !

  • ilsosntdevenusfous |                                    Ce qui constitue surtout la fraude c’est que pour échapper au fisc ils se font domicilier au Luxembourg alors qu’ils ne bossent qu’en France pour le fn … il y a eu des précédents mais les attachés parlementaires payaient leurs impôts en France

  • macros |                                                          Ils auraient fraudé? Non, je ne le crois pas.

  • vadaka |                                                           L’info n’est pas nouvelle. Il s’agit des salaires versés à 20 assistants, qui apparaissent sur l’organigramme du Front national, ce qui laisse supposer, selon Bruxelles qu’ils sont affectés à d’autres tâches que le seul Parlement tout en étant rémunérés par cette instance. Tiens donc! Depuis quand Bruxelles s’intéresse t-il à l’organigramme du FN?

    • macros |                                                     S’ils ne font pas leur boulot, on leur reproche. Il faut savoir…

    • Lyana |                                                        Depuis qu’ils ont découvert cette fraude, mais elle n’avait encore jamais été appliquée à cette échelle.

  • parcendis |                                                       ils font comme leurs députés, qui touchent et qui ne siègent pas. Après on s’étonne qu’un français sur deux rechigne à se déplacer pour voter. des gens élus à la fois dans les mairies, les conseils départementaux, régionaux, communauté de communes, parlements et europe, ça touche de partout et ils siègent quand il y a les journalistes.

  • daniel94                                                                  Heureusement qu’ils n’ont gagné aucun département, sinon la mise en coupe réglée commençait dans nos provinces, frustrés ils sont de voir les autres vivrent sur la bête et pas eux !

    René 88                                                                 Bien, même très bien, à condition que l’on examine tous les représentants des partis politiques français.  Cette affaire, dévoilée le lendemain d’une élection très défavorable au parti en place, me gêne. Donc, même traitement pour tous, et surtout quelques têtes de listes socialistes, dont un ancien syndicaliste, à coup sur expert en politique auprès de l’Europe. Trouverait-on une corrélation entre les absences chroniques des élus européens (pourtant fortement rémunérés pour cela) à Strasbourg et l’affectation des moyens qui leur sont alloués ?

    Skyrunnernumber1                                             C’est vrai : C’est un scandale. Ce ne seraient pas les députés socialistes ou de l’UMPL qui emploieraient des membres de leur famille comme assistant parlementaire ou secrétaire ou autre, qui financeraient leur luxueuse ville, considérée comme permanence électorale, voir le maire de Saint-Raphaël dans le Var, aux moyen des sommes allouées pour louer une permanence. C’est vrai, c’est une vue de l’esprit, ils n’oseraient jamais faire cela. C’est vrai que le PS ne salarierait pas des permanents par le biais des Conseils Généreux. Ils ne feraient jamais cela, et pourtant ils le font. Je suis tout à fait favorable pour que l’on lance une investigation pour vérifier le comportement des TOUS les députés européen et voir si seul le FN agit ainsi. C’est cela faire preuve d’honnêteté morale. Car je suis intimement persuadé que tous les partis agissent ainsi et en particulier ceux qui criant, le plus fort, au scandale. Chiche on mène une enquête de grande envergure. A vous de jouer, amis journalistes.

    totolfb                                                                      Un proche. J’ai eu connaissance ce week-end d’un élu FN (conseiller municipal) qui est rémunéré comme assistant parlementaire européen. Il est cadre du parti et gagne sa vie comme cela, un conseiller d’opposition ne touchant rien. ouvrons les yeux sur ce parti d’aventuriers.

    dtrr                                                                            C’est tout à fait normalMais Quid des autres partis qui en font sans doute autant. Cette enquête devrait être généralisée à tous les partis.

    Thierry443                                                         Ben voyons..Avec une cheffe qui NE VEUT PAS D’EUROPE mais qui a « l’indélicatesse », ainsi que certains de ses potes, d’encaisser ses royalties venant de ladite Europe, comment pouvait-il en être autrement ? L’honnêteté n’est pas forcément ce qui les étouffe. Et ils nous diront qu’ils sont propres.
    Plus que l’honnêteté, l’Honneur, ils ne connaissent pas ; quand on est « CONTRE » on se démet.

    Marc Alaqlot                                                 les LE PEN toujours à l’affût d’une plainte pour dénonciation calomnieuse ! les casseroles s’accumulent sans même que, heureusement pour nous, ils n’exercent le moindre pouvoir à part celui de nuisance / on ne veut pas imaginer ce que ce serait si par malheur le peuple leur en confiait réellement avec à l’appui des pressions sans précédent sur les juges comme pendant la période pétainiste! qu’en pensent les 25 % de sourds et aveugles, qui prétendent lutter contre les politiciens corrompus?

    Marina Th.                                Le FN dit avoir les mains propres… Pfff ! Que la justice passe !

    HENRI CHAMUSSY                                     Depuis des changements récents, le Parlement européen a du pouvoir. Pas assez, certes, de mon point de vue, mais il en a. Dire que les députés européens, et même les députés de l’Assemblée nationale ne servent à rien, c’est faire le lit de l’extrême droite et lui recruter des partisans. Mais c’est peut-être cela que veulent ceux qui écrivent de telles affirmations….

    furusato                                                                le parlement essuie les plâtres délocalisés        Expliquez-nous , Henri : le parlement contrôle la commission, le conseil et les lobbies qui s’agitent dans les couloirs ? Il connaît le contenu exact des tractations secrètes sur le TAFTA et le nom des  » experts  » et responsables de ce qui a une dimension bien autre que les élections départementales françaises en ce qui concerne le reste d’avenir du pays dit France ?

    ricardo uztarroz                                             Encore une fois pour beaucoup, il suffit d’être convoqué devant un juge pour être coupable. Et quand un tribunal vous relaxe, les mêmes l’ignorent. N’ayant aucune sympathie pour le FN, je me permets juste de dire qu’il n’a pas le monopole de cette pratique qui est assez généralisée (ce qui ne signifie pas générale). Je le sais d’expérience. De qui dépendent ces attachés? Du parlement? Ou de leur employeur, l’élu? Rien n’interdit à un parti de mutualiser et de répartir ces attachés à son gré.

    L’Europe tu l’aimes ou tu la quittes !                    > Il n’y a t’il pas moyen de sortir de cette assemblée des gens qui tiennent publiquement de tels propos? Je ne paie pas mes impôts pour me faire saborder ! Courage réagissons ! La démocratie doit savoir s’adapter et se défendre ! L’Europe tu l’aimes ou tu la quittes !

    bécassine pinchon bécassine pinchon                      Il est largement temps que les gens qui votent FN réalisent que c’est un parti qui veut uniquement le pouvoir , d’autant plus qu’il ne la jamais eu. Il veut y arriver, et choisit ses méthodes.
    Tantôt la violence verbale, tantôt l’énorme capacité qu’il a à se poser en victime – comme un enfant qui estime qu’on lui en veut toujours – tantôt la sucrerie des paroles – ou l’ironie vulgaire et le déni de sa dangerosité, tantôt l’acclamation de son amour pour la France qu’il ne cesse de dénigrer.
    Comme il veut se distinguer totalement des autres partis politiques par soit disant une vraie morale politique, une rigueur dans la gestion, une honnêteté infaillible, il niera sans cesse tout ce qui sera rapporté qui risquerait de le faire basculer dans le  » tous pourris  » UMPS qu’il combat tant et dont il faut sans cesse se démarquer

    Jean888                                                   Condamnation avant le jugement….comme toujours!!marylene malaurie                                     Au moment du référendum de 2005, l’opinion publique était largement préparé à un « nivellement par le bas » pour poursuivre sa « construction ».

    Avant de quitter ce monde, Maurice FAURE, signataire du traité de Rome en 1958, avouait qu’il était très pessimiste car cette Europe nécessite effectivement une « harmonisation des salaires » qui de plus doivent concurrencer encore ceux des pays d’Asie, du Maghreb, de l’Europe Centrale.
    J’ai voté non en 2005. Ce vote a été totalement détruit par les accords de Lisbonne.
    D’un article de presse à un autre sur ce site, je réponds « oui » à Hacène Belmessous:
    la politique est effectivement une dictature douce.
    Pierre Rivière

    @J.F.Larue.  :                                               Merci de ne pas m’injurier, et de répondre intelligemment à mon intervention.
    Oui, je suis de gauche, je déplore le 49.3, j’ai voté non au référendum , mais l’héritage du quinquennat Sarkozy fut catastrophique, on ne peut pas le nier.
    Oui parfois, je me sens trahi par ma famille politique, surtout par le virage social-Démocrate de Hollande, mais de là à installer un parti qui n’a qu’un objectif , arrêter l’immigration, pour soit-disant faire repartir la croissance et l’industrie, c’est quelque chose d’invraisemblable.
    Je me demande comment on peut adhérer à ces inepties ?
    Je sais cher Monsieur, que je ne vais pas vous convaincre, mais lorsqu’on parle avec des étrangers Européens, ils nous disent tous, sans exception, que nous avons de la chance de vivre en France.
    Voilà mon opinion, elle est ce qu’elle est, mais malgré tout, à 67 ans je n’aurais jamais cru vivre à compter de 2017, sous un régime ou les opposants seront stigmatisés, si ce n’est plus. Croyez moi, je connais le déroulement de l’Histoire, et comment un Pays glisse insensiblement vers le fascisme

    .SARRAZIN Jean SARRAZIN Jean                         Mais je soutiens le virage social démocrate qui est la seule ligne à suivre pour répondre aux critères de Bruxelles

    .john spotyjohn spoty                                   Papa Schulz a voulu donner un coup de main à ses potes socialistes français en sortant un lapin d’un chapeau mais comment dire la ficelle est grosse
    .SARRAZIN Jean SARRAZIN Jean                        blablablabla!edouard soutoul edouard soutoul                           il n’y a pas de fumée sans feu…

    Jean COUDERC                                                Au parlement européen il y a environ 780 députés SEULS LES 23 DEPUTES FN abusent !!!! TOUS les autres sont des saints vertueux honnêtes et modèles.
    Pierre Rivière                                                  Encore un coup, l’ anti-FN pur et dur comme moi, est censuré par l’OBS, mon Hebdo de chevet, depuis sa création.Que dois-je faire ou pas, dire, ne pas dire ?
    Je suis consterné de lire les « saloperies » des blogueurs frontistes qui bombent leurs torses, à l’égard des citoyens de Gauches ( j’en suis un, et je ne suis pas pathologiquement dangereux ).
    Leur seul et unique programme pour les nuls c’est : L’immigration, source pour eux, de la crise économique et financière mondiale.
    Et dire que plus de 30% des Français gobent ce mensonge, et appellent à voter extrême droite, pour, que d’un coup de baguette magique , notre chère France retrouve l’emploi, la prospérité, la croissance, l’égalité citoyenne ( pour Français de souches: ça n’existe pas. )
    Frontistes, lorsque leur régime autoritaire va se mettre en place (malheureusement en 2017 ), n’allez pas pleurer, c’est vous qui aurez vendu notre France au diable.
    Les Allemands, les Italiens, s’en souviennent, ils ne retrouveront jamais sur leur route le fascisme d’état.J.F. Larue J.F. Larue                                Cher « citoyen de gauche », j’espère que vous êtes content de l’état dans lequel vous avez contribué à mettre la France depuis 1981…

    Quant au régime autoritaire, il n’y a que la gauche et la droite actuelles pour avoir foulé au pied un référendum et avoir utilisé sans sourciller le 49.3.
    Je comprends les 30 % des électeurs qui votent FN. Ils ne croient certainement pas que la situation changera du jour au lendemain. Par contre, ce dont ils sont sûrs, c’est qu’elle ne s’améliorera pas si le pays continue à être géré par l’UMPS.
    • MAXIM                                                     ETRE DE GAUCHE C’EST ETRE….GAUCHE TOUT SIMPLEMENT DONC; ….HESITANT….MALADROIT….TORVE…..MENTEUR……..LES SOCIALOPES ….. NOUS DÉMONTRENT TOUS LES JOURS LE CONTRAIRE DE CE QU’ILS DISENT ET …..ILS ONT TOUJOURS PEUR DE LA VÉRITÉ QU’ILS MASQUENT CONTINUELLEMENT.
      LES SOCIALOPES, ROIS DU MENSONGE, DES MAGOUILLES, DES TRUCAGES, DE LA DÉSINFORMATION…PARLENT, CONCERTENT, COMMISSIONNENT….C’EST MIEUX QUE DE BOSSER….!!
      ILS AGISSENT SOURNOISEMENT, MACHIAVELIQUEMENT, VICIEUSEMENT, UTILISANT LA DÉSINFORMATION,… MIEUX LA CENSURE, LA MAUVAISE FOI, FAISANT BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN….
      FAISANT SYSTÉMATIQUEMENT OPPOSITION A TOUT CE QUI EST PROPOSÉ NE VENANT PAS D’EUX, MÊME SI C’EST BIEN…..C’EST UNE DICTATURE SOCIALOPE….!!
      ….TOUT DANS L’OPACITÉ, EN DOUCE….!!!…VOTEZ FN…!!
      Mirage 2012  •                                          il faut casser du FN
      il faut casser du Sarko
      on a cassé du DSK
      sinon je ne serais pas président , alors il faut faire de la place par tout les moyens.
      Je tiens trop à ma place; c’est ce que ce sinistre président doit penser
      CORBAC 75  •                                          Et leur conneries il y’a des irrégularités , c’est vrai que dans les partis UMPS , ils sont toujours propres sur eux , jamais de problèmes a ce niveaux là !!
      jean michel  •                                           j..mimi…. personne NE se pose la question de savoir comment et avec quel argent le cher premier ministre a payé les 15 jours de campagne pour les départementales …..son seul programme le f.n…..chômage salaires ce n’est pas son problème
      Jean Marcel                                               Il cherche des poux dans la tète du F N mais eu mémé en son plain .
      Ezekiel  •                                                      « Toi qui portas les premières atteintes à la fausseté de la presse, et châtras impitoyablement la Constitution des juifs, le signe de la réprobation est sur ton front, par-tout sur ton passage on te montrera du doigt, en disant : voici le FN, parti d’un breton, qui a mit a ses pieds l’Europe et sur sa tête le bonnet de la liberté française . »
      ana  •                                                                il faut aussi regarder sur les emplois fictifs de nos députés et autres
    • Jacques  •                                                     Trésorier de Jeanne FN, Olivier Duguet a été reconnu coupable d’une escroquerie au préjudice de Pôle emploi dont le montant s’élève à 100.000 euros.
    • aghir  •                                                             Et ça continue cet harcèlement anti F.N! L’obsession de Valls pendant toute la campagne ne lui a pourtant pas profité, il devrait un peu se calmer….
      Marie  •                                                              Ce n’est pas la première fois que le parlement européen repère le FN pour des « irrégularités ». En 2012, la présidente du FN avait déjà été « remarquée » par le parlement européen car elle salariait depuis deux ans, comme assistant à Strasbourg, le numéro deux de son parti, à qui elle versait plus de 5 000 euros en brut par mois, pour un temps partiel. Que le problème était que Louis Aliot est aussi son compagnon. Pour sa « défense », elle avait affirmé qu’ils n’étaient pas en couple (mensonge !! Ils le sont depuis 2009 et avaient même acheté ensemble une maison à Millas. Et comble de l’hypocrisie, la présidente du FN avait même pris soin pendant la campagne présidentielle de 2012 de ne pas apparaître en couple avec Louis Aliot … Sauf exception … Le PE n’avait pas donné suite car c’est la loi du pays d’origine qui prévaut. Autrement dit, comme en France il n’est pas interdit d’employer son compagnon …
      Le PE avait également tiqué sur l’emploi comme assistant pendant la campagne présidentielle de Florian Philippot, qui était, tout comme Aliot, directeur de campagne …Bref … Contre l’Europe … sauf exception …
      • ♥Savana  •                                                   Et vous avez absolument raison Monsieur philippot, la justice atuelle fait peur, ce qui est normal lorsque que la garde des « sots » de ces politiciens verreux est la raciste haineuse et indépendantiste Taubira !!!!
      • Cleveland  • 

        Il y a une justice en France…. Si si regardez guerini est en prison! Ah on me dit qu’il est libre, et pire qu’il continue la politique…. La justice est aux ordres de nos gouvernants….
        LUC  •                                                             La justice suit les lois du code mais pt être qu il faut faire une exception pour le FN

     

    Publicités
    Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s