Le chômage nuit gravement à la santé

Au soir du premier tour...Au soir du premier tour…

Et si le paquet de cigarettes passait à 13 € ?

Le Parisien© Le Parisien Le Parisien Combien un paquet de cigarettes devrait-il coûter pour que l’addiction des fumeurs ne pèse pas financièrement sur la collectivité ? Réponse : 13,07 €, soit environ 6 € de plus que le prix de référence actuel. Ce « juste » prix, réévalué donc de 87 % par rapport aux tarifs d’aujourd’hui, est le résultat d’une très sérieuse étude réalisée par Microeconomix, un cabinet de recherche et d’expertise économiques.

Ce travail est rendu public au moment opportun : depuis mardi, les députés examinent en commission à l’Assemblée nationale le projet de loi Santé, qui intègre des mesures antitabac.

Pour réaliser leur calcul, deux économistes se sont basés sur les travaux de l’Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) et ont largement puisé dans les bases de l’Insee et de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, avant de calculer le « coût social » du tabac, à savoir l’impact positif ou négatif du tabac, en termes financiers, sur la richesse du reste de la société.

Or, ce coût social n’est pas le même, selon que l’on regarde l’impact sur le budget de l’Etat, sur celui des entreprises ou sur le revenu des fumeurs.

L’Etat y gagne  C’est l’une des conclusions surprenantes de cette étude : la cigarette a un impact… positif sur les finances publiques. Concrètement, l’Etat gagne en effet de l’argent grâce au tabac, environ 1 Md€ même. D’un côté, certes, les dépenses de santé engendrées par le tabac sont estimées à 16,3 Mds€, et les impôts non encaissés à cause du décès prématurés des fumeurs sont évalués à 3,3 Mds€, soit un surcoût de 19,6 Mds€. Mais d’un autre côté, l’Etat engrange 14 Mds€ de taxes perçues grâce aux ventes de cigarettes et, calcul un peu cynique mais indéniable, économise… 6,6 Mds€ en pensions non versées aux fumeurs décédés plus tôt. Au final, le plus l’emporte donc sur le moins.

Les entreprises paient le prix cher… L’addiction au tabac a en revanche des conséquences très dommageables sur les entreprises, du fait de la perte de production (et donc de chiffre d’affaires) due aux absences ou aux décès (nécessité de recruter un nouveau salarié, de le former, etc.) Pour 2013, ce surcoût est estimé à 16 Mds€.

Pour combler ces pertes, nos experts estiment donc que le prix du paquet devrait être fixé à 13,07 €.

… les fumeurs aussi L’étude va même plus loin, en évaluant ce prix neutre à 15,69 € (soit une envolée de 124 % par rapport au prix actuel !), si l’on ajoutait à tout cela la perte de revenus des fumeurs liée aux différentes pathologies qu’ils peuvent développer un jour.

« Mais nous n’avons pas retenu ce troisième scénario, car pour certains spécialistes, ce coût-là n’impacte que la personne, pas la collectivité », décrypte l’économiste Julien Gooris, qui ne cache pas l’existence de débats internes entre experts à ce sujet. Ainsi, dans un foyer, la perte de revenu du fumeur peut toucher toute la famille, s’il était le soutien financier. « Pour éviter toute polémique, nous avons préféré juste retenir un paquet à 13,07 € », conclut Julien Gooris.

Une étude pédagogique Au final, ce travail montre que le tabac n’est pas rentable pour la France. Dès lors, pour Microeconomix, fixer le prix du paquet en fonction du coût social aurait plusieurs vertus. D’abord, responsabiliser les fumeurs pour qu’ils prennent conscience du coût qu’ils imposent à la société. Ensuite, il permettrait aux pouvoirs publics de fixer un « juste » prix, non contestable. « Aujourd’hui, celui-ci est calculé pour ne fâcher ni les fumeurs ni les buralistes, tout en envoyant un signal aux associations antitabac, estime Julien Gooris. Notre principe serait basé sur l’idée du pollueur-payeur. » Le débat — sensible — est lancé.

Prix du paquet de cigarettes: pour être « rentable » pour la société, il devrait coûter 13 euros selon une étude

PRIX PAQUET CIGARETTES

SANTE – Fumer a un coût. En France, le prix de la plupart des paquets de cigarettes se situe entre 6,50 et 7 euros. Un tarif souvent jugé excessif par les buralistes et les fumeurs, alors que les cigarettes vendues dans l’Hexagone font partie des plus chères de l’Union européenne, derrière l’Angleterre et l’Irlande.

Selon Microeconomix, ce montant est pourtant loin d’être assez élevé. Dans une étude relayée par Le Parisien ce lundi 23 mars, ce cabinet de recherche et d’expertise économiques souligne que si la consommation de tabac a un coût pour les fumeurs, elle en a aussi pour la société. Et pour compenser ce « coût social », les auteurs de l’étude ont calculé que le prix moyen du paquet de tabac devrait être de… 13 euros.

« L’État et ses contribuables non-fumeurs, mais aussi les entreprises, voient leur richesse affectée par les conséquences du tabac », expliquent les économistes de Microeconomix. Pour évaluer ce « coût social », les économistes ont comparé les « coûts nets des recettes que la population fumeuse fait supporter à la société (…), et les coûts et recettes que cette même population aurait fait supporter en l’absence de consommation tabagique ». L’étude intègre « les dépenses de santé directement liées au tabac (16,3 milliards pour 2013), les impôts non-encaissés du fait des décès prématurés des fumeurs (3,3 milliards) et les dépenses de prévention et de recherche (55 millions) ».

Des coûts pour les entreprises

Evidemment, la consommation de tabac rapporte aussi beaucoup d’argent à l’Etat, grâce aux taxes. Selon Microeconomix, ces rentrées d’argent ne sont évaluées qu’à « 14 milliards d’euros (y compris la TVA) ». L’étude va jusqu’à prendre en compte « les paiements évités de retraites résultant de la mortalité précoce du fumeur », qui s’élèvent à 6,6 milliards, selon le cabinet, qui se base sur des données de l’INSEE, de l’INPES et des douanes.

Or, le coût social du tabac ne pèse pas que sur l’Etat, estime Microeconomix, il faut donc aussi tenir compte de la « perte de richesse produite par les entreprises du fait de l’absence ou des décès dus au tabagisme », qui s’élevait en 2013 à quelque 16 milliards. On en arrive bien à un coût social largement supérieur aux recettes que la consommation de tabac rapporte, d’où la proposition de mettre en place une « tarification fondée sur le coût social ».

« À l’affirmation selon laquelle le tabac serait rentable pour la France, nous répondons clairement par la négative », concluent les auteurs, qui estime qu’un paquet à 13,07 euros permettrait de compenser la différence coûts-recettes. « Une telle tarification impliquerait de faire peser sur les fumeurs le coût de la perte du capital humain qu’ils représentent, et dont ils auraient fait bénéficier la société », ajoutent les auteurs.

L’étude évoque enfin le coût individuel subi par le fumeur en termes de pertes de revenus, notamment à cause de leurs éventuels problèmes de santé. S’il était intégré dans le calcul des chercheurs, il pourrait faire grimper la note à 15,69 euros.

Lire aussi: »Paquets neutres: Touraine annonce le lancement pour début 2016

»Le gel des prix au 1er janvier 2015 ne plaît pas à tout le monde

  • Fumeurs, prêts pour le paquet de cigarettes à 13 euros?

    LEXPRESS.fr

    C’est le prix que devrait coûter un paquet de cigarette pour prendre en compte ses effets nocifs sur la société, selon une étude du cabinet Microeconomix. Après le paquet neutre, faudra-t-il relever encore les prix?

    Fumeurs, prêts pour le paquet de cigarettes à 13 euros?

    13,07 euros le paquet de cigarettes pour couvrir le coût social du tabagisme.   afp.com/Thomas Samson

    Plus cher qu’une place de cinéma. Plus cher qu’un menu plat du jour + dessert. Fumer risque vraiment de devenir un calvaire, si la proposition émise par le cabinet d’études Microeconomix de faire passer le paquet de cigarettes à 13 euros est un jour retenue par le législateur. D’après leur étude citée par Le Parisien, le paquet de cigarettes devrait coûter 13,07 euros pour couvrir son véritable coût social, sous forme de taxes. Une mesure qui a déjà été prônée par certains députés, dont la socialiste Michèle Delaunay, cancérologue et ancienne ministre.

    La députée, dans la discussion sur la loi de santé publique qui introduit le paquet neutre en mai 2016, avant proposé un amendement, rejeté, en ce sens.

    Coût pour les entreprises: 16 milliards

    « Les non-fumeurs sont aussi concernés car le tabac affecte négativement leur bien-être sans qu’ils ne reçoivent pour autant de compensation », notent les deux économistes auteurs de l’étude, Julien Gooris et Olivier Sautel. En économie, ces coûts ordinairement cachés s’appellent « externalités négatives ».

    Pour calculer le juste prix d’un paquet de cigarette, ils ont donc additionné les dépenses de santé liées au tabac, les impôts non-encaissés du fait des décès prématurés des fumeurs, et les dépenses de prévention et de recherche. Problème: du fait des taxes encaissées par l’Etat et des retraites non-payées, le gain pour la société s’élève toujours à un milliard.

    Pour faire basculer la balance, il faut lui ajouter la perte de richesse pour les entreprises « du fait de l’absence ou des décès dus au tabagisme », et des coûts de formation que cela implique. Cette perte est estimée à 16 milliards, pour un coût social global de 15,7 milliards d’euros pour 2013.

    C’est ce coût qui serait compensé par un prix du paquet à 13,07 euros, soit une augmentation de 87% par rapport à celui pratiqué actuellement. Histoire de « sortir de la logique floue qui prévaut actuellement », que dénoncent les auteurs de l’étude: « celle de hausses modérées pour ne fâcher ni les fumeurs, ni les buralistes ».

    Le « juste » prix d’un paquet de cigarettes ? 13,07 euros

    L' Obs

    Pour calculer ce prix, le cabinet de conseil Microeconomix a pris en compte le coût du tabagisme pour la société, qui s’élèverait en France à 15,7 milliards d’euros par an.

    Le prix "socialement responsable" d'un paquet de cigarettes ? Près du double du prix actuel... (c) Sipa Le prix « socialement responsable » d’un paquet de cigarettes ? Près du double du prix actuel… (c) Sipa

    Les fumeurs ne vont pas apprécier. Selon le cabinet de conseil Microeconomix, le « juste » prix, le prix « socialement responsable » d’un paquet de cigarettes serait de… 13,07 euros ! Soit près du double du prix actuel d’un paquet…

    Pour calculer ce prix, le cabinet de conseil, dont l’étude est relayée par « Les Echos », a pris en compte le coût du tabagisme pour la société, qui s’élèverait selon lui en France à 15,7 milliards d’euros par an.

    La consommation de tabac induit en effet des coûts. Pour l’Etat d’abord, à hauteur de 19,7 milliards : dépenses de santé (16,4 milliards), impôts non-encaissés du fait des décès prématurés des fumeurs (3,3 milliards) et les dépenses de prévention et de recherche (55 millions). Mais les « bénéfices » imputables au tabac pour le budget de l’Etat s’élèvent eux à 20,6 milliards : TVA (14 milliards), retraites non-versées, en raison des décès des fumeurs (6,6 milliards). L’Etat est donc « bénéficiaire » d’environ 1 milliard d’euros, selon Microeconomix.

    Une hausse de 87 % du prix

    Mais le chiffre est trompeur, car la consommation de tabac induit également des coûts pour l’ensemble de la société, en raison de la perte de richesse produite par les entreprises du fait de l’absence ou des décès dus au tabagisme. Un coût évalué à 16 milliards d’euros !

    Alors que l’impact net de leur consommation sur les comptes publics est quasiment neutre, la perte de richesse que subit la société du fait des décès prématurés est importante », écrivent les auteurs de l’étude.

    Au total, le tabagisme coûte donc 15,7 milliards par an à la société… En prenant en compte celui-ci sous forme de taxes, le prix du paquet grimperait donc à plus de 13 euros, soit une hausse de 87 % par rapport au prix du paquet de référence.

    « Fixer le prix du tabac à son coût social imposerait alors de sortir de la logique floue qui prévaut actuellement : celle de hausses modérées pour ne fâcher ni les fumeurs, ni les buralistes, mises en œuvre sous prétexte de prévention des risques mais sans réelle justification des montants appliqués » concluent les auteurs.

    « Le mécontentement serait certain chez les fumeurs, mais la règle de fixation du prix aurait l’avantage d’être fondée sur une logique économique explicite et un calcul certes complexe mais transparent, conduisant à ce que les fumeurs paient le prix réel de leur consommation. »

    Sans préconiser (pour l’instant) une telle hausse des prix, certains députés, dont l’ancienne ministre socialiste Michèle Delaunay, ont déposé fin octobre un amendement au projet de loi santé visant à prendre en compte le coût social du tabagisme pour fixer le niveau des taxes prélevées sur les ventes de tabac. L’étude de Microeconomix vient sans aucun doute appuyer le projet des parlementaires.

    Pourquoi un paquet de cigarettes devrait coûter 13 euros

    Le Point –

    Les cigarettes ne sont pas encore assez chères en France ! Une étude dévoile quel prix devrait vraiment coûter un paquet pour compenser son « coût social ».

    La cigarette rapporte à l'État, mais coûte à la société.
    La cigarette rapporte à l’État, mais coûte à la société. © Challiyil Eswaramangalath Vipin / Wikimedia

    Seriez-vous prêt à payer 13,07 euros pour un paquet de cigarettes ? Si vous fumez, et que cela vous semble hors de prix, c’est pourtant moins que ce que le fait de fumer coûte à la société. Tel est l’étonnant constat révélé dans Le Parisien par une enquête du cabinet de recherche et d’expertise économiques Microeconomix. Malgré le niveau de taxes sur le tabac en France, qui place l’Hexagone en troisième position en Europe quant au prix des cigarettes, derrière l’Angleterre et l’Irlande, il faudrait que les fumeurs déboursent 13,07 euros par paquet pour compenser les 15 milliards d’euros que leur vice coûte à la société chaque année.

    Les morts ne paient pas d’impôts… et ne travaillent pas !

    Comment cette étude en arrive-t-elle à une telle somme ? Le cabinet Microeconomix a d’abord calculé ce que les ventes de cigarettes font gagner à l’État : non seulement 14 milliards de taxes, mais aussi 6,6 milliards d’économies sur les retraites… du fait du décès prématuré des fumeurs ! Alors, rentable, la cigarette ? En fait, non, bien que les dépenses de santé induites par le tabac s’élèvent à 16,3 milliards d’euros, auxquels s’ajoutent 3,3 milliards de non-recettes d’impôt toujours engendrés par la mort des contribuables. Un calcul qui pourrait sembler cynique, mais pourtant réaliste. Car il faut encore ajouter à cela ce que le fait de fumer coûte… aux entreprises. Baisse de la productivité, absences et décès, recrutement et formation de nouveaux collaborateurs…

    Au total, pour 2013, Microeconomix évalue ce coût social à 16 milliards d’euros. Un « coût social » du tabac qui fait s’évanouir en fumée le mythe de la cigarette manne financière pour l’État. « Notre principe serait basé sur l’idée du pollueur-payeur », résume l’un des auteurs de l’étude au Parisien. Pour autant, qui serait vraiment prêt à payer son paquet de cigarettes plus de 13 euros ?

    13 euros, voilà le « juste » prix du paquet de cigarettes

    11.1.378713399
    11.1.378713399

    Le paquet de cigarettes à 13 euros : voilà le résultat d’une étude très sérieuse réalisée par Microeconomix, un cabinet de recherche et d’expertise économiques.

    Ce travail est publié alors que depuis mardi dernier, les députés examinent en commission à l’Assemblée nationale le projet de loi Santé, qui intègre des mesures antitabac.

    Pour réaliser leur calcul, rapporte Le Parisien, les économistes se sont basés sur les travaux de l’Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) et ont puisé dans les bases de l’Insee et de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, pour établir le « coût social » du tabac, c’est à dire l’impact, en termes financiers, sur la richesse du reste de la société.
    L’Etat y gagne : d’un côté, les dépenses de santé engendrées par le tabac sont estimées à 16,3 Mds€, et les impôts non encaissés à cause du décès prématurés des fumeurs sont évalués à 3,3 Mds€, soit un surcoût de 19,6 Mds€. Mais d’un autre côté, l’Etat engrange 14 Mds€ de taxes perçues grâce aux ventes de cigarettes et, calcul un peu cynique mais indéniable, économise… 6,6 Mds€ en pensions non versées aux fumeurs décédés plus tôt. Au final, le plus l’emporte donc sur le moins.
    Les entreprises…  paient car l’addiction au tabac a des conséquences sur les entreprises, du fait de la perte de production due aux absences ou aux décès (nécessité de recruter un nouveau salarié, de le former, etc.) Pour 2013, ce surcoût est estimé à 16 Mds€.

    Les experts ont donc estimés que le prix du paquet devrait être fixé à 13,07 €, soit 87% de plus qu’actuellement..

    L’étude va même plus loin, en évaluant ce prix neutre à 15,69 € (soit une envolée de 124 % par rapport au prix actuel !), si l’on ajoutait à tout cela la perte de revenus des fumeurs liée aux différentes pathologies qu’ils peuvent développer un jour.

    France: le prix du paquet de cigarettes augmente de 20 centimes

    media Photo prise le 18 avril 2011 à Paris des nouveaux paquets de cigarettes représentant notamment des poumons noircis ou des dents avariées de fumeurs. AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA

    Le prix du paquet de cigarettes augmente une fois de plus ce lundi 13 janvier 2014, de 20 centimes d’euros. Le paquet le moins cher passe donc à 6,50 euros. Les buralistes dénoncent la progression de la fraude et du trafic de cigarettes aux frontières.

    Les marchands de cigarettes du nord de la France lancent un « Observatoire du commerce illicite du tabac » pour dénoncer la fraude, qui en raison des augmentations régulières, atteindrait selon eux près du quart de la consommation.

    En 2013, leurs ventes ont reculé de plus de 7%. Depuis 1991 et la loi Evin contre la tabagisme, le prix du tabac augmente plus vite que la moyenne des prix avec une accélération depuis 2003 liée au plan de lutte contre le cancer.

    En 30 ans le prix du tabac a été multiplié par quinze

    En 1980, le paquet de cigarettes coûtait l’équivalent de 0,41 €. En 1995, le prix du paquet de cigarettes était de 1,60 € et en 2002, il coûtait 3,70 €.

    En 2011, il passait à 6,30 euros et en 2014 le paquet de Marlboro, qui représente une cigarette sur quatre consommée en France, vaudra désormais 7 euros.

    Mais les fumeurs pourront se consoler en pensant que le même paquet vaut l’équivalent de 8 euros au Canada, 9 euros en Irlande, près de 11 euros en Norvège et 12,5 euros en Australie.

    Rappelons qu’il n’y a PAS de DEPENDANCE à la NICOTINE seule, mais aux ADDITIFS ajoutés aux tabacs :

    Les ADDITIFS sont une DROGUE DURE :  ARRÊTEZ de fumer avec un SEVRAGE progressif des ADDITIFS

    ==============

    Commentaires

    Durand  •                                                      Ce n’est pas innocent ; ils ne vont pas tarder à prévoir des augmentations et c’est clair que l’on va y arriver !!!! il serait tellement plus simple de cesser toutes les productions de tabac, car les Etats en réalité ne protègent pas la santé, puisqu’ils acceptent la mise en vente de produits toxiques, mais ils protègent leurs finances !!!!

    • marc M  •                                                    ben tiens augmentation du paquet dans peu de temps, ça se sent…..sauf que ce trafic de tabac est organisé par l’Etat, qu’il cède aux lobbies divers; qu’il prend pour des idiots les fumeurs….stoppons la production et la vente de tabac et l’économie souterraine va se gaver..Le tabac n’est pas plus nocif que les particules fines émises par les véhicules..certes c’est nocif mais respirer dehors est encore plus nocif, le cancer du poumon a de beaux jours devant lui et les fumeurs, les conducteurs préparez votre porte monnaie.
      K•                                                                   Un petit coup de pouce pour le pouvoir d’achat des trafiquants qui vont pouvoir aussi augmenter un peu leur tarifs.
      Qui a dit que ce gouvernement ne luttait pas contre la pauvreté ?
    Djill 

    @cbrvince:                                                           Le problème pour l’état c’est que la e-cig ne lui rapporte « que » 20% (tva). Tandis que la vraie…

    Menthe Sèche                                                    Itinéraire bis:  Bonjour la contrebande !

    Gilles04                                                           Faut travailler, pour sortir quelque chose de réel

    @À booboo!                                                          c’est faux, le tabac crée beaucoup plus de dégâts que l’alcool au niveau cancer dans plein d’endroits différents, et beaucoup de maladies chroniques

    Keepcool

    @Phil49 !                                                               Bravo pour cette analyse qui me conforte dans mes pensées.
    Mais ne vous inquiétez pas, nos moralisateurs sont à nos portes.

    daniel94                                                                Le tabac c’est comme l’essence ou le gas-oil  Son prix est composé essentiellement de taxes perçues par l’état ! Si c’est vraiment un poison, l’état devrait décider au minimum de le vendre au coût qu’il représente pour la société mais plus logiquement de le prohiber. Vivement une class action/ action de groupe contre l’état pour empoisonnement en connaissance de cause !

    MissPic                                                              E-cig     Tout à fait d’accord, Crbvince. Mais pour moi, le marathon… Bon mais restons discrets, on ne sait jamais. De toute façon, ce sont  » les cigarettiers » qui devraient payer la totalité des taxes car qui empoisonne avec les agents de saveur et cie ? Sinon, les humains ont toujours fumé, du naturel, du fait maison, partout et en tout lieu mais ce n’était pas du trafiqué

    sword                                                                      Oui, mais l’escroquerie et l’offense discriminatoire faite aux fumeurs depuis des années doit se chiffrer a des milliards d’euros. Surtout si l’on considère que le cancer est à 80% dû à la pollution industrielle, que la population des fumeurs est assignée à un monopole d’état qui distribue du tabac contenant des additifs chimiques néfastes à la santé, alors que le tabac naturel non toxique n’est pas autorisé à la libre production artisanale… Or le tabac n’est pas le problème, ni la santé, puisque le vapotage fut dénoncé comme dangereux pour tenter de l’interdire, et de fait, la chicha et tout autre coutume du fumeur, est habilement incriminée dans le but d’obtenir une société sans fumeurs qui n’existera pas dans tous les cas, sinon l’humanité ne fumerait plus depuis des milliers d’années !

    –                                               L’Etat ferait mieux de supprimer la vente de tabac en France, mais cela rapporte tellement à l’Etat, comme les carburants que cela, est impossible comment ferait-il pour pouvoir payer ces ministres qui dorment pendant les séances de l’Assemblée Nationale????? Enfin!!!!!   l’état ferait mieux de supprimer le tabac carrément au lieu de nous faire chier.Mais cela rapporte trop à l’Etat (cette bande de bon à rien qui dorment pendant les assemblées nationales) mais cela ne ce fera jamais alors!!! subissons!!!!

    –                                                                Je ne sais pas si c’est lié à l’augmentation du prix du tabac, mais dans les années 70/80, on voyait fréquemment des gens fumer 2 ou 3 paquets par jour. C’est desormais devenu beaucoup plus rare, les fumeurs se limitant en général à 1 paquet. D’ailleurs, les fabricants de tabac se sont rabattus sur des marchés moins réglementés dans les pays émergents où les fumeurs fument désormais de grandes quantités de cigarette par jour. A méditer… Si déjà, on arrivait à réduire la consommation quotidienne et rendre la cigarette moins nocive, ce serait un belle avancée.

    –                                                         Est ce qu’ils tiennent compte dans leur etude des couts indirects d’une telle mesure (marché noir, buralistes, tenanciers de bars etc) ? Non mais plus sérieusement, je me demande comment ils estiment à 15mds la perte de richesse pour les entreprises. Ahahaha tu peux faire dire n’importe quoi à un modèle éco. Moi je dis ok aux clopes a 13 balles si les prix du restau du ciné et de la bière baissent aussi significativement. Nah

    –                                                                Voilà une vraie solution!!! Ils attendent quoi les politiques pour prendre leurs responsabilités et l’expliquer aux français? Du courage qu’ils n’ont pas et le lobbying des cigarettes qui achète leur collaboration?!

    –                                                          En Australie le paquet est a $24 et le whisky a $50 la bouteille , le vin $15 la bouteille , le pack de bière de 25 a $50 . Il y a toujours des fumeurs et les gens font la queue pour acheter de l alcool . Et le tabac a été remplacer par la marijuana .

    –                                                  Ca ne changera strictement rien, 13 euros le paquet, les gens en acheteront toujours, c’est juste PSYCHOLOGIQUE avant tout, qui va arreter de fumer ses deux paquets par jour quelque soit le prix alors quil en est accro ? L’enjeu est STRICTEMENT ECONOMIQUE, le paquet était 4.90 (je crois) en 2009 ! on est en 2015 il est à 7.80, et je suppose que le gars qui fume 2 paquets par jour, en fume autant aujourdhui ! ou meme un paquet … donc je pense que l’enjeu est economique … malgré le fait qu’ils émettent des arguments sur la santé … ptet que c’est vrai, nous fumeurs mettont la vie des non fumeurs en danger ! OK désolé ! mais la cause réelle est economique …soyons clair la dessus, ya de l’argent en jeu ! 13euros le paquet n’importe quoi …. 10 euros le gramme de cannabis ! on en achete bien deux grammes non ? et depuis bien plus de dix ans ! je pense qu’ils cherchent juste à avoir du fric tout en nous disant que c’est de notre faute lol

    @bleuroyal76, aucun rapport avec le vin. Il arrive à tout le monde de boire un petit verre de temps en temps, sans aucune conséquence néfaste (il paraîtrait même que c’est plutôt bon pour la santé, sans parler de l’aspect culturel et social du vin…). De plus, peu nombreux sont les alcooliques (bien heureusement). Concernant le tabac, au contraire, il est très rare de ne fumer une cigarette qu’occasionnellement. Il suffit de regarder autour de soi. Ces deux produits n’ont à peu près rien à voir entre eux. Sans oublier la pollution que représente la cigarette. On se fait enfumer à longueur de journée, et même les cafés sont complices, en réservant aux fumeurs les terrasses couvertes en pleine hiver. Merci pour nos poumons ! Si les fumeurs ne tiennent pas aux leurs, qu’ils préservent les nôtres. Les passionnés de vin, eux, ne nuisent à personne.

    –                                                       Je suis d’accord, c’est même pas encore assez. Je serai pour responsabiliser les gens, vous fumez!!! toutes maladie ayant trait au tabac ne sera pas prise en charge par la secu ni les mutuelles. Vous ne mettez pas la ceinture, pas d’amende mais si vous avez un accident même chose , ni secu, ni mutuelle si vous êtes hospitaliser. Là, je trouverais ça intelligent.

    –                                                                Prendre le problème du tabagisme comme un problème comptable a vraiment quelquechose de dérangeant. Les personnes dépendantes du tabac devront être soignée avant de tomber gravement malade, lorsque nous aurons trouvé un vrai remède à ce dérèglement du cerveau. En attendant, il vaudrait mieux lutter à la source contre les fabricants de tabac et réglementer ce qu’ils lui ajoutent pour les bienfaits de leurs bénéfices. Une loi sur la composition des cigarettes et de leur effet de dépendance (selon des études menées par un organisme independant au niveau Européen, chaque fabricant devant s’acquitter d’une somme forfaitaire à chaque mise sur le marché d’un nouveau produit ou d’une nouvelle formulation, les formulations existantes bénéficieraient d’une autorisation provisoire de 2 ans maximum en attendant les résultats des études de conformité avec la possibilité de retrait du produit du marché si non conforme).

    –                                                         Je suis tabagique me disait le médecin en juillet dernier après un inphractus qui m’a frappé à l’age de 58 ans , ma mauvaise habitude a commencé à l’age de 18 ans et je n’ai rien gagné sauf la maladie du coeur et des veines . Maintenant devant une question de vie ou de mort j’ai cessé de fumer et je ne me sens plus esclave de cette mauvaise habitude.

    –                                                  A 13€, tout le monde ira s’en acheter au marché noir. Déjà qu’actuellement il parait qu’1/3 l’est déjà…

    Gérard Villet ·                                  il y a longtemps que nous ne sommes plus en démocratie. après il faudra s’occuper des gens qui mangent trop de sucre(diabète) trop de graisses (cholestérol) parce que ces maladies qui , sans excès pourraient etre évitées coutent très cher à la collectivité. faut – il mettre le kg de sucre à 50 euros et le kg de beurre à 100 euros ????

  • Publicités
    Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :